Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlonde Redhead › La mia vita violenta

Blonde Redhead › La mia vita violenta

10 titres - 38:19 min

  • 1/ [I am taking out my eurotrash] I Still Get Rocks Off (3:40)
  • 2/ Violent Life (3:51)
  • 3/ U.F.O. (5:38)
  • 4/ I Am There While You Choke on Me (1:56)
  • 5/ Harmony (5:16)
  • 6/ Down Under (4:09)
  • 7/ Bean (4:37)
  • 8/ Young Neil (1:12)
  • 9/ 10 Feet High (4:38)
  • 10/ Jewel (3:22)

enregistrement

Magic Shop, Water Music et Random Falls, USA, mai-juin 1995

line up

Kazu Makino (guitare, basse, chant), Amedeo Pace (guitare, basse, chant), Simone Pace (batterie, percussions), Tombi Tokchom (sitar), Tada Hirano (claviers)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
alternatif > noisy

Suivant de quelques mois à peine la publication de leur tout premier album éponyme, "La Mia Vita Violenta", s'il confirme tout le talent de Blonde Redhead, a pour lui l'avantage de présenter le groupe dans sa formule définitive ; celle du trio. Cimenté au départ autour de la rencontre entre deux japonais et deux frères jumeaux italiens, Amadeo et Simone Pace, le départ expéditif de Maki Takahashi, autrefois relégué au rôle de bassiste, ne va pas pour autant changer de manière drastique leur façon de concevoir la musique. En tout cas, pas tout de suite. Repéré par Steve Shelley qui les signe immédiatement sur son label Smells Like Records, dresser un parralèle avec Sonic Youth devenait presque inévitable. Et c'est vrai qu'à l'écoute de cette manière abrasive et faussement détachée qu'ils ont d'écrire et d'interpréter leurs morceaux, pareille comparaison semble tout sauf déplacée. Cependant, il y a moins, voire presque pas de volonté d'expérimenter avec la matière sonore chez Blonde Redhead. Les guitares qui saignent perpétuent une longue tradition qui remonte jusqu'aux premiers pas du Velvet Underground. Ils enfilent les titres avec toujours en point de mire un ascendant mélodique prononcé. Si leur musique se nourrit de contrastes, c'est parce qu'aux dissonances et autres saturations, ils opposent la nonchalance du chant paresseux d'Amadeo, ou encore plus plaintif et acidulé quand c'est Kazu Makino qui s'empare du micro. Pourtant, des titres comme "Violent Life" ou "U.F.O." transpirent exactement la même inquiétude citadine que la bande à Thurston Moore. La chaleur du bitume en plus. Blonde Redhead sait lui aussi raconter des histoires, et celles-ci ont parfois une odeur d'opium ("Harmony"). Et quand ce n'est pas à Sonic Youth qu'ils font songer, c'est l'ombre de PJ Harvey qui traîne ça et là ("I Am There While You Choke on Me", "Down Under" ou "Young Neil"). Bref, on reste toujours en excellente compagnie même si de toute évidence pour l'instant Blonde Redhead rechigne encore à s'écarter des sentiers battus.

note       Publiée le lundi 27 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "La mia vita violenta".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La mia vita violenta".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La mia vita violenta".

cyrod › lundi 17 mai 2010 - 14:44  message privé !

je les ai connu avec cet album, je ne suis donc pas objectif...

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › jeudi 18 juin 2009 - 18:07  message privé !
avatar

blonde rousse ?... qu'on ne me parle plus de Hongrie

Slugbait › lundi 19 septembre 2005 - 19:49  message privé !
Pas le plus original, mais néanmoins excellent.
Note donnée au disque :       
Slugbait › mardi 28 juin 2005 - 14:01  message privé !
Yesss Blonde Redhead... un des premiers, de l'époque "a la sonic youth", excellent mais les chef d'oeuvres sont encore a venir
Note donnée au disque :