Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlonde Redhead › Misery is a butterfly

Blonde Redhead › Misery is a butterfly

  • 2004 • 4AD CAD 2409 CD • 1 CD digipack

11 titres - 44:54 min

  • 1/ Elephant Woman (4:49)
  • 2/ Messenger (3:21)
  • 3/ Melody (4:36)
  • 4/ Doll Is Mine (3:06)
  • 5/ Misery Is a Butterfly (5:07)
  • 6/ Falling Man (3:26)
  • 7/ Anticipation (4:04)
  • 8/ Maddening Cloud (3:20)
  • 9/ Magic Mountain (3:02)
  • 10/ Pink Love (6:13)
  • 11/ Equus (3:50)

enregistrement

Longview Farm Studios, 16 mars-6 avril 2003

line up

Kazu Makino (guitare, clavinet, chant), Amedeo Pace (guitare, chant), Simone Pace (batterie, percussions, programmation)

Musiciens additionnels : Eyvind Kang (violon), Skuli Sverrisson (basse), Jane Scarpantoni (violoncelle)

remarques

chronique

Styles
pop
trip hop
Styles personnels
alternatif

S'il y a bien une constante dans la discographie des Blonde Redhead, c'est leur assiduité à vouloir toujours publier des albums à la durée modeste qui permettent à l'oreille de l'auditeur de ne jamais être saturé. Depuis la réussite avérée de "Fake Can Be Just as Good", le groupe n'a pas cessé un seul instant de bousculer ses habitudes, en jouant avec la forme et le fond de leurs compositions qui, depuis les premiers jours, ont toujours renfermé en elles une profonde mélancolie. Rapidement, suite à un "In an expression of the inexprissible" farouchement anticonformiste, cette évolution vers un comment qui restait encore à définir se fit par bonds de plus en plus grands, au risque de déstabiliser durablement celui qui les écoute. A défaut d'être mémorable, "Melody of certain damaged lemons" s'avéra être finalement une étape nécessaire à l'éclosion du petit bijou qui nous est présenté ici. "Misery is a Butterfly" se distingue par sa grande sophistication. "Misery is a Butterfly" existe par et pour sa préciosité. Dès l'introduction du presque trip hop "Elephant Woman", on finit par comprendre que pendant toutes ces années Blonde Redhead n'était en fait qu'une chenille, juste bonne à se morfondre sur le sens de son existence. Aujourd'hui, le papillon sort enfin de sa chrysalide et, sans doute conscient du triste sort que la vie lui réserve, se met à battre des ailes avec grande frénésie. Les mélodies attachantes qui faisaient tant défaut à leur prédécesseur reviennent en force, et c'est heureux ; car sans elle, cette perfection plastique aurait pu paraître bien stérile. Cultivant un côté noir et retro qu'on retrouve à la fois chez les britanniques de Mono, The Divine Comedy, The Black Heart Procession ou encore Serge Gainsbourg, les guitares n'y font plus la loi et lèguent les pleins pouvoirs aux violons, violoncelles et autres clavecins à leur suite. On est donc loin, très loin, de leurs débuts noisy. Il n'empêche qu'aux côtés de "Fake Can Be Just as Good", ce "Misery is a Butterfly" providentiel compte définitivement parmi les essentiels de Blonde Redhead.

note       Publiée le lundi 27 juin 2005

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Misery is a butterfly".

notes

Note moyenne        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Misery is a butterfly".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Misery is a butterfly".

SEN › dimanche 16 octobre 2016 - 01:25  message privé !

quel merveille cet album, je me fait avoir à chaque fois !

Note donnée au disque :       
No background › mercredi 22 octobre 2014 - 11:52  message privé !

Oui, le Blonde Redhead hommage à DNA est bien loin aujourd'hui. L'album "23" ressemble à "Misery" en moins bien. Les morceaux entendus live de Penny Sparkle m'avaient dissuadé d'écouter l'album. Merci pour l'info en tout cas concernant le dernier.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › mercredi 22 octobre 2014 - 11:35  message privé !

Autant "Penny Sparkle" m'avait déçu, autant le nouvel album "Barragàn" me parle plus, même si le groupe semble avoir définitivement tourné le dos aux guitares "noise" des débuts...

Note donnée au disque :       
SEN › jeudi 29 août 2013 - 21:40  message privé !

J'ai ce belle album en vinyle, et il résonne à chaque fois magnifiquement à travers tout mon appartement !

Note donnée au disque :       
salida › jeudi 29 août 2013 - 21:19  message privé !

Des voix laides ? Bon je ne sais pas ce que c'est que la laideur. Je sais juste que ces voix sont originales, et par extension artistiques. Il s'avère en plus qu'elles me procurent des frissons...Le tout évidemment avec ces arrangements dans cet endroit inconnu, à mi-chemin du noisy et du gainsbourg 70's le tout baingé dans une mélancolie plus moderne...