Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBanco Del Mutuo Soccorso › Darwin !

Banco Del Mutuo Soccorso › Darwin !

cd • 7 titres

  • 1L'Evoluzione13:59
  • 2La Conquista Della Posizione Eretta8:42
  • 3Danza Dei Grandi Rettili3:42
  • 4Cento Mani E Cento Occhi5:22
  • 5750,000 Anni Fa... L'Amore ?5:38
  • 6Miserere Alla Storia5:58
  • 7Ed Ora Io Domando Tempo Al Tempo Ed Egli Mi Risponde... Non Ne Ho!3:29

enregistrement

Studio Dischi Ricordi, Milan, Italie, 1972

line up

Gianni Nocenzi (clarinette, piano, claviers), Pier Luigi Calderoni (batterie, timpani), Renato D'Angelo (basse, guitare), Francesco DiGiacomo (chant), Vittorio Nocenzi (orgue, synthétiseur, claviers, clavinet), Marcello Todaro (guitares, voix)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
symphonique

Les premières notes de "Darwin!", comme c'était déjà le cas sur "In Volo" qui ouvrait son prédecesseur, montre Banco toujours très inspiré quand il s'agit d'installer des ambiances à la fois mystérieuses et inquiétantes. Et pour cela, rien de tel en effet qu'une ribambelle de claviers au son typé, tellement démodés qu'en définitive le temps n'a plus de prise sur eux. "L'Evoluzione" et "La conquista della posizione eretta" sont, de fait, les deux gros morceaux de cette nouvelle parution, et il faut certes du temps pour assimiler parfaitement ces deux compositions aux tiroirs multiples, une formalité pour les habitués du genre qui aiment se frotter à ce genre de défi musical. Les ingrédients restent inchangés, l'influence majeure demeurant Emerson, Lake and Palmer pour ce foisonnement irrépressible (conferatur le festival pyrotechnique en introduction de "Cento Mani e Cento Occhi"), le chant haut perché et outrageusement lyrique de Francesco Di Giacomo demeurant peut-être la seule composante qui pourrait si pas rebuter, en tout cas nécessiter un réel temps d'adaptation. Car curieusement, le chant en italien ne semble pas facilement assimilable par tout le monde. Par ailleurs, la sensibilité et la richesse des compositions des frères Nocenzi s'expriment plus souvent qu'on ne le croit au travers d'un filtre plus pondéré, proche du romantisme exacerbé du Genesis période "Selling England by the Pound" (la ballade sentimentale "750.000 Anni Fa... L'Amore ?", un bel exemple de tout le sens mélodique inné propre à ces formations). Mais ce concept album autour de l'évolution et l'histoire chaotique de l'humanité révèle toutes ses surprenantes richesses au travers d'une recherche constante par la diversification des instruments employés ; ainsi, au violoncelle passé inaperçu sur leur premier disque, on peut y ajouter clavecin, accordéon et clarinette. Un détail, à première vue, mais qui permet à la musique de Banco d'exister par elle-même, d'être bien plus qu'un antépénultième vulgaire groupe progressif.

note       Publiée le mardi 17 août 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Darwin !".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Darwin !".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Darwin !".

Scissor Man › lundi 13 mai 2013 - 20:13  message privé !

Encore un chef d'œuvre du prog transalpin. Progmonster a la note sévère.

Note donnée au disque :       
Dun23 › jeudi 2 septembre 2010 - 08:38  message privé !

La voix du chanteur est tout ce qu'il y a de plus rital, à savoir légèrement rocailleuse, et 750,000 Anni Fa... L'Amore? est ce qui s'appelle une belle chanson.

Dun23 › jeudi 26 août 2010 - 18:44  message privé !

En train de découvrir et ça me plait bien pour l'instant. J'avais arrêté quelques temps le prog rital. Fallait que je m'y remette.

Hymnos › vendredi 12 août 2005 - 14:38  message privé !
La chronique n’est pas mauvaise, bien au contraire, mais personnellement j’aurai mis la note maximum à cet album. Il possède une puissance incroyable, un peu à la Tarkus, mais surtout la musique revet toutes les qualités requises pour enchanter mes pavillons sonores : une construction impeccable, une humble virtuosité, un chant puissant et subtil (Francesco DiGiacomo et un authentique ténor), et un je-ne-sais-quoi, subtil et typiquement italien, qui parachève mon admiration pour ce monument : la grâce certainement.
COLDSTAR › mardi 17 août 2004 - 12:08  message privé !
Marrant ça, je cherchais des renseignements sur ce disque il y a pas longtemps, je rapplique ici illico et stupeur! Il n'était pas chroniqué! Du prog italien pas chroniqué par Proggy ;o))) Bon bah l'erreur est réparé, même si le titre cento mani e cento occhi que j'ai téléchargé tout à fait légalement mais je ne sais plus où ne m'a pas vraiment convaincu. Je vais peut-être me renseigner aussi sur le troisième album.