Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDThe Doors › The Doors

The Doors › The Doors

  • 1988 • Elektra 7559-74007-2 • 1 CD

cd • 11 titres

  • 1Break on through2:25
  • 2Soul kitchen3:30
  • 3The crystal ship2:30
  • 4Twentieth century fox2:30
  • 5Alabama song3:15
  • 6Light my fire6:30
  • 7Back door man3:30
  • 8I looked at you2:18
  • 9End of the night2:49
  • 10Take it as it comes2:13
  • 11The end11:35

enregistrement

Ingénieur Bruce Botnick, sunset sound recorders, Hollywod. Prdouit par Paul A. Rothchild

line up

John Densmore (batterie), Robby Krieger (guitare), Ray Manzarek (claviers), Jim Morrison (chant)

remarques

chronique

Styles
rock

"Break on through", "Light my fire", "Alabama song", "The end" : le premier album des Doors aurait suffit à leur légende. La rencontre improbable d'un organiste classique, d'un guitariste de flamenco et d'un batteur aspirant au jazz autour d'une figure charismatique qui finira consumée dans ses propres fumées aurait pu tourner au difforme... mais le miracle a eu lieu. Mythe tout autant que réalité, les Doors sont à l'image de leur musique, une histoire un peu ampoulée faite de bric et de broc, des rêves et délires narcotiques portés par une tendance à la liberté qui confina souvent à la sauvagerie. Ce rock bizarroïde à base d'arrangements minimaux, de petites mélodies entraînantes et d'ambiance mystique trouve dans cet album éponyme son incarnation la plus spontanée et la plus scintillante. Entre le rétro, l'atmosphérique et le blues rock, les onze premières livraisons du quatuor américain sont autant de petits moments de délire musical, du nerveux "break on through" à "The end" l'incantatoire, en passant par les vapeurs d'opium et d'encens mêlées de "Crystal ship", l'atmosphère fascinante de "Alabama song", un conte triste et alcoolisé au décor de ruelle, "End of the night" la droguée ou la pétillante "Take it as it comes". Lignes de basse entêtantes, de petits éclats d'orgue dérangé, une guitare qui tricote et une batterie légère, un chanteur à la voix fascinante et à l'investissement hors du commun; la musique des Doors se reconnaît entre mille, mélodique et rythmée, délicate et spontanée, atmosphérique et violente. Du plus ouvragé à l'improvisation, chaque pièce de ce disque distille son parfum, ses couleurs, mais aussi ses secrets, ses enjeux souterrains, ses mystères. "The end" ne tient qu'à un fil, d'atmosphère inquiète en furie soudaine et souvent mal contrôlée, les onze minutes de cette pièce étonnante où l'on sent la spontanéïté la plus totale, la découverte par les musiciens eux-mêmes des détours et recoins possibles sous la direction possédée de Jim Morrison sont entrées dans l'histoire de la musique; leur gravité, leur sauvagerie latente ou lâchée, leur mystique inimitable ont fait de cette ultime composition une des plus emblématique du groupe. Ce premier album est à son image: l'incarnation d'un groupe, d'un mythe et d'un univers hors du commun.

note       Publiée le samedi 15 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Doors".

notes

Note moyenne        85 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Doors".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Doors".

god › mercredi 4 janvier 2017 - 20:04  message privé !

50 ans aujourd'hui que ce chef-d'oeuvre est sortie et l'album n'a pris aucune ride.

C'est fou comment cette musique vieillit bien.

god › jeudi 8 décembre 2016 - 09:06  message privé !

Pour moi, Jim Morrison est l'artiste par excellence. Il est beaucoup plus qu'un simple chanteur. C'était un poète, un philosophe et un mystique qui avait une vrai vision de la vie et de la mort. "Il y a le connu et il y a l'inconnu. Et entre les deux il y a la porte. C'est cette porte qu je veut être".

god › mercredi 21 septembre 2016 - 15:32  message privé !

J'abonde dans le sens de stankey. Même si les albums studio sont excellents, c'est en live que l'on peut vraiment apprécier à sa juste valeur le talent des musiciens. Il y a de ces titres que l'on retrouve seulement en live justement. Universal mind, mystery train, build me a woman....Et là reprise de van Morrison, l'incendiaire Gloria.

vieille fessée › samedi 6 février 2016 - 05:41  message privé !

Jim Morrison est mort trop tôt avant de pouvoir pondre de la merde avec les Doors.

6 Albums, 6 chef d'oeuvres pondu en un temps relativement bref qui ont marqué définitivement l'histoire du rock. Après on peu toujours tergiverser sur quel album est le meilleurs et le moins réussi, mais sa reste juste une fausse histoire de faux intellos...

Allez hop ! The Doors, on emballe par lot de six et on ne discute pas !!

Note donnée au disque :       
stankey › dimanche 14 juin 2015 - 10:53  message privé !

Un disque vraiment intemporel, ces parties d'orgue qui font à la fois les basses et les mélodies sont réellement jouissives. Mais j'avoue préférer la spontanéité des live. Le solo halluciné de Ray par exemple dans Light My fire y est d'une rigueur absolue, sous une apparente décontraction défoncée. Quel groupe !

Note donnée au disque :