Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThe Mission › God's own medicine

The Mission › God's own medicine

cd • 12 titres

  • 1Wasteland
  • 2Bridges burning
  • 3Garden of delight (hereafter)
  • 4Stay with me
  • 5Blood brother
  • 6Let sleeping dogs die
  • 7Sacrilege
  • 8Dance on glass
  • 9And the dance goes on
  • 10Severina
  • 11Love me to death
  • 12Island in a stream

enregistrement

Ridge Farm et Utopia, août-septembre 1986; produit par Tim Palmer et The Mission

line up

Craig Adams (basse), Mick Brown (batterie), Simon Hinkler (guitare), Wayne Hussey (chant, guitare)

remarques

chronique

‘I still believe in God but God no longer believes in me’, c’est sur ses paroles pessimistes que s’ouvre ce second album, en fait le premier sorti sur le marché, des ex Sisters of Mercy Wayne Hussey et Craig Adams. Encore marquée par les ambiances gothiques mais également teintée de psychédélisme, leur musique se veut plus sensuelle, moins lourde et froide. Wayne Hussey qui se révèle un bon chanteur, avec un timbre moins guttural et plus chaleureux que son ex collègue Andrew Eldritch, y parle beaucoup de spiritualité, d’amour, de plaisir ; des valeurs hippies diront certains, mais passées à la moulinette gothique. Le résultat est des plus réussi et God’s own medecine me semble à ce jour le meilleur album du groupe. Wayne Hussey et ses acolytes font montre d’un réel talent mélodique, les arrangements et les compositions sont soignées, et les atmosphères variées sans perdre de leur unité. On trouve un certain nombre de titres d’inspiration gothique comme les excellents ‘Wasteland’, ‘Severina’, ‘Love me to death’ ou l’envoûtant ‘And the dance goes on’ ; certains sont plus rageurs et violents, ainsi ‘Sacrilege’ ou ‘Bridges burning’ qui se termine par un concert de cris qui rappelle sans problème une jungle en folie. D’autres morceaux se montrent plus délicats et atmosphériques comme ‘Let sleeping dogs wake’ ou la poignante version pour violons de ‘Garden of delight’. ‘God’s own medecine’ ruisselle de sensualité par tous les pores mais d’une sensualité marquée par un arrière-goût d’interrogation, voir de désespoir. The Mission même s’il a d’emblée pris ses distances avec les sonorités de la période Sisters of Mercy n’en demeure pas moins un groupe gothique et cela se sent très nettement. Est-ce ce mélange d’Eros et de Thanatos qui fait de cet album un petit chef-d’œuvre ? Malgré de bons albums par la suite, jamais le groupe n’atteindra une telle intensité au niveau des émotions.

note       Publiée le jeudi 27 février 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "God's own medicine".

notes

Note moyenne        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "God's own medicine".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "God's own medicine".

allobroge › mardi 15 septembre 2020 - 22:23  message privé !

Oh que oui Twili, cet album est un chef d'oeuvre intemporel et leur meilleur évidemment .

Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 21 juillet 2020 - 11:52  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Tiens, j'avais pas capté ça la/les dernières fois mais, par moments, je trouve à Hussey un timbre et une façon de chanter pas si loin que ça de Mark Almond version premiers Soft Cell - en moins "distancié". (Et présentement sinon, Garden of Delight me donne envie de m'en rouler un bien fatos mmais bref... C'est pas la question et on s'en fout. Très cool, cette balade à la limite (?) du goth-kitsch-kitach mais qui à la place tourne enchanteresse, tout ça pour dire).

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 20 janvier 2020 - 14:57  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Je découvre ce disque (et à peu près le groupe), juste là... Cool. Je les vois - c'est pas original de dire ça, je sais mais bon - dans les mêmes parages que The Cult (celui de Love sorti l'année d'avant) ou The Fields of the Nephilim : des types venus du goth/post-punk (dont ils étaient parmi les créateurs hein, avant même sans doute que ça s'appelle un genre...) qui se rappellent ou cessent de nier qu'avant tout ça ils s'étaient sans doute bouffé "du rock", des tas de trucs euh "pré-punk", psyché entre autres, sûrement du hardrock sous une forme ou l'autre, de la pop pleine de mélodies(ouais : y'a des moments celles-là sonnent carrément sixities, ne serait la production)... Des restes de Sisters of Mercy très certainement là-dedans, aussi, bien sûr et comme dit dans la chronique - mais sans le côté ne-pas-péter-surtout-ne-pas-péter d'Eldritch (que j'avoue, j'ai longtemps carrément pas pu saquer - les Sisters of Mercy restant pas trop ma came même si maintenant tel ou tel morceau peut me causer à l'occase). La voix est plus "emportée", plus "héroïque", plus "ouvertement émotionnelle", clairement ! (Ce qui j'avoue bis, m'aurais sans doute rebuté jusqu'à relativement récemment, disons jusqu'à ces dernière années. Maintenant, selon - le groupe, l'artiste, le disque... - ça va carrément bien passer ou me faire chier direct, ce registre. Bah là ça passe tout seul, donc). Bon bref, merci Gibert encore avec ses disques à 2 euros, et merci Twilight aussi, dont cette chro y'a quelques jours m'avait fait me dire "tient, The Mission faudra quand-même bien que je tente un jour, et ce disque, là, y'a moyen que ce soit le bon pour attaquer l'affaire".

Note donnée au disque :       
Dane › mercredi 19 octobre 2016 - 16:36  message privé !

La 1ère moitié du nouveau est efficace mais je trouve que l'album s'essouffle ensuite. J'étais d'ailleurs assez enthousiaste avant de me raviser même si effectivement c'est le meilleur depuis longtemps.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › mercredi 19 octobre 2016 - 10:44  message privé !

Bon j'ai écouté ce dernier opus de The Mission, effectivement c'est le meilleur depuis des lustres, rien a dire. Après je suis pas tombé sous le charme non plus, j'ai arrêté en cours. C'est bien fichu, ça sonne bien, mais il manque un truc quand même, c'est un peu plat et déja vu. "Tyranny Of Secrets" fait pensé à "Alice" des Sisters, c'est presque la même ligne directrice. On retrouve les même ritournelles que dans les début oui, mais là ce ne me parle pas plus que ça. Peut être que les vieux albums de The Mission sont liés à des souvenirs donc je les écoute avec grand plaisir, alors que celui là n'a pas d'affecte pour moi. C'est comme les derniers Clan Of Xymox ou les Cure, c'est bien fait, mais ça ne transcende pas. C'est plus une relecture des vieux standards du groupe qu'une nouveauté, donc pas pour moi :)

Note donnée au disque :