Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNJalal Zolfonoun / Shahram Nazeri › Gol-e Sadbarg

Jalal Zolfonoun / Shahram Nazeri › Gol-e Sadbarg

k7 • 9 titres

  • 1moghaddameh chavoshi
  • 2pishdaramad e dars e sahar
  • 3dars e sahar
  • 4saz o avaz bayat-e tork
  • 5andak andak
  • 6chahar mezrab bayat e tork
  • 7saz o avaz bayat-e tork: dele man raye to darad
  • 8ala ya ayyohassaghi
  • 9ghete zarbi: che danestam ke in soda

line up

Jalal Zolfonoun, Reza Ghassemi, M.H. Mehdian, Kaveh Dalir-Azar & Houshang Amir-Ardalan (setar), Bijan Kamkar (daf), Shahram Nazeri (chant et setar)

remarques

Ce disque n'existe bien entendu plus

chronique

Styles
world music
Styles personnels
iranian setar worship

En ces lendemains d’élection présidentielle, une réhabilitation du sêtar me semble primordiale. N’ayant jamais intégré les grands ensemble, le setar restait cet instrument du partage de l’intimité joué entre amis ou dans la famille ; et malgré les avancées technologiques d’amplification, il ne jouit point d’un succès semblable à son cousin le tar. Ca c’était avant cet album. Le trio Zolfonoun (hélas mort le mois dernier), Ghassemi (également écrivain) et Nazeri (aussi chanteur d’exception,dit "le rossignol"), compositeurs grandioses et maître ès répertoire classique, font avec Gol-e Sadbarg un album pour setar. Uniquement du setar ; un orchestre de setar ! Ok, y’a aussi un daf pour le rythme - également un instrument un peu bâtard et discret rarement mis en avant. Depuis devenu l’un des plus grands classiques de l’interprétation traditionnelle, et qui restera une marque de fabrique dans les orchestres de Ghassemi (on pense à son magnifique Quatorze morceaux pour un redécollage), cet album sera à l’origine d’une vague setarisante touchant même votre serviteur, tant la finesse et la précision de ce merveilleux instrument font ici les grâces de l’introspection ; si l’ornement est un signifiant à part dans la langue persane, il en trouve ici une représentation qui vous coupe littéralement le souffle, au pire, et vous fera léviter très haut dans les rêves de l’histoire, au mieux, des tourments métaphysiques et spirituels, humanistes, des poèmes de Rûmi et d’Hafez, gavé d’or, des couleurs des tapis et des miniatures et des mystères mathématiques. Le setar est un instrument qui n’a rien du sortilège ou de la baguette magique ; et pourtant…

note       Publiée le lundi 23 avril 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gol-e Sadbarg".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gol-e Sadbarg".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gol-e Sadbarg".

saïmone › mercredi 22 octobre 2014 - 08:50  message privé !
avatar

Bien joué Rasti ! A jeudi alors :)

Rastignac › mercredi 22 octobre 2014 - 00:59  message privé !
avatar

Petit commentaire extrêmement à rebours : merci Saïmone pour cette chronique qui m'a permis de découvrir la musique iranienne il y a quelques mois de cela. Disque complètement psyché-doux pour les amateurs, d'une profondeur incroyable. Par ailleurs, j'ai pu dégoter une réédition du truc dans un centre culturel iranien basé à Los Angeles... c'est donc compliqué, mais pas impossible de choper les disques de Shahram Nazeri! Ce disque est bien souvent crédité sous son nom plutôt que sous celui d'un ensemble de musiciens, avis aux amateurs chercheurs.