Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPlacebo › Never Let Me Go

Placebo › Never Let Me Go

cd 1 • 13 titres • 57:36 min

  • 1Forever Chemicals
  • 2Beautiful James
  • 3Hugz
  • 4Happy Birthday In The Sky
  • 5The Prodigal
  • 6Surrounded By Spies
  • 7Try Better Next Time
  • 8Sad White Reggae
  • 9Twin Demons
  • 10Chemtrails
  • 11This Is What You Wanted
  • 12Went Missing
  • 13Fix Yourself

informations

line up

Brian Molko (chant, guitare, synthétiseurs, percussion, fouet, production, programmation), Stefan Olsdal (basse, guitare, synthétiseurs, piano, chœurs, production)

chronique

Continuons dans cette triviale série "le plastique c'est pas si fantastique" des sorties 2022, en tirant sur une ambulance, ou plutôt un camion volé : le dernier Placebo et sa pochette assez parlante sur le contenu, des bouts des plastoc imitant les pierres précieuses. Premier album en dix ans... Alors qu'on les espérait ensevelis à jamais, ces préservatifs usagés reviennent nous coller sous la grole. Molkovitch frappe à la porte, veut-il nous refourguer des doubitchous ? A-t-il un kloug tout chaud ? Allez, on va lui dire de rentrer, pour se divertir un peu entre deux écoutes de suicidaires... C'est aussi ça Guts of Darkness : sortir de sa zone de confort, se mettre en danger. Et comme Placebo ça me fait plus bobo aux oreilles que Merzbow... On les croyait donc enfin splittés, pas vrai ? Naïfs cliqueurs que nous sommes. Les médiocres sont souvent comme les matières plastiques : biodégradabilité très faible. Une tortue luth meurt étouffée à chaque chanson de Plastique-pas-beau. Réflexion extra-musicale (de plus) : le nouveau look à la Stephan Eicher meets John Galliano de Molko, qui me laisse perplexe. Ielle n'est pas beaulle. Enfin, quand je dis perplexe... Toujours moins perplexe que l'espèce de pop-rock insipide que son groupe inflige aux masses depuis bientôt trente ans. Groupe qui m'a toujours semblé être pris bien trop au sérieux, pour un personnage recalé au casting de Zoolander. Et puis c'est quoi ces pochettes made in 3 Suisses de leurs supposés "classiques", avec un gosse en pull qui fait la grimace ou deux nanas bien cadrées qui se font face ? C'est quoi ce nom de groupe, à la fin ???! "Mais... Mais qu'est-ce que c'est qu'cette matière ???!!!" Mmm'bref, on entame ce Plapla 2022 avec "Forever Chemicals" (on dirait qu'ils y parlent d'eux !), aux forts accents Marilyn Manson - en plus pervers et nasillard... Sombre : Check. D'ailleurs l'album se montrera dans une tonalité gothique, n'ayons pas peur des mots. Le son de guitare est intéressant, cela ressemble à une game boy qui a choppé un rhume. Expérimental : Check. Molko y est égal à lui-même, sorte de Reg Presley traveloté dans un groupe "alt-rock" moins inspiré qu'Indochine, mais... ça s'écoute ! Admettons. On retrouvera sur les douze titres suivants, le parfum teen-vanillé écœurant typique du groupe, et ses gimmicks ouin-ouin-suce-son-pouce-dans-les-WC... Avec des litres d'aspartame, mais surtout des tartines de synthétiseurs ultra-chimiques, sonnant parfois non pas années 80 mais plutôt comme ceux des groupes d'electro-metal "indus" des années 90/2000, ou juste comme du maquillage moche ("Beautiful James")... Parfois un semblant de grâce ("Went Missing"), des tentatives de hit comme "Surrounded by Spies" (une énième "Pure Morning"), la véloce "Chemtrails", ou ce final dans lequel le gloss de Milky-Way s'efface un peu sous le cafard... Mais trop de choses affreuses comme "Try better next time" ou gnan-gnan-niaises comme la prétentieuse "Hugz", qui se la joue "je balance des vérités existentielles hyper profondes" ("un câlin est juste un moyen de cacher son visage"... Gné ?!) ou "Happy birthday in the sky", qui commence par du sous-R.E.M. ma foi accrocheur, mais finit par se saborder dans du Placepabo sur une ambiance pourtant assez typée O Negative / Paradise Lost (ouais)... "I want my medicine" couine Braille-âne Milka : il est grand temps. Car on a soupé de cette volonté forcenée de sonner obsédant, couplée à ce naturel de footing en Louboutin et sac à main Gucci(otte)... J'ai cru piger que ce disque était, pour des placebophiles, un retour à l'inspiration et aux vrais compositions. Moi, j'y entends surtout une attention whore qui veut prodiguer des fellations en regardant de haut. Des mélodies oui, beaucoup, de l'émotion sans doute, mais trop de cette laideur qui se croit belle, de ces tortillages de croupe ridicules sur le spleen, de ces kalimotxos vendus comme kirs royaux. Que nous raconte donc cet ultime Placebol de nouilles instantanées, au final, dans sa teinte dark-electrognonne ? L'histoire sordide d'une vieille pute de l'alternatif, botoxée et déprimée, qui rentre à son loft, se sert une coupe, pose des rondelles de concombre sur ses paupières, et s'exhibe sur son transat au balcon en se prenant pour Lady Godiva... Où sont les pigeons quand on a besoin d'eux, je vous le demande ?

note       Publiée le vendredi 5 mai 2023

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

KoЯn - The Serenity of Suffering

KoЯn
The Serenity of Suffering

préférez le chimique de Jonathan aux gimmicks de Brian

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Never Let Me Go" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Never Let Me Go".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Never Let Me Go".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Never Let Me Go".

Pierre-Arnaud Envoyez un message privé àPierre-Arnaud

5 boules sans hésiter. Deux derniers titres à part j'ai eu du mal à lui trouver des qualités au début, comme pour tous les albums depuis Meds (très très inclus), surtout que ç'a été présenté par "Beautiful James" ; les défauts du Placebo boursouflé post-Without you sautent évidemment aux yeux immédiatement mais y a plein de bonnes idées un peu partout en fait. C'est le live Arte de la tournée actuelle qui m'a fait voir la chose sous un autre angle ; et du coup ce qui me choque sur album c'est la batterie qui fluctue. Un batteur effacé chez Placebo c'est quand même un peu con... Mais ravi de retrouver ma Molkouille, que vous écrirez comme vous voudrez.

Message édité le 10-08-2023 à 00:44 par Pierre-Arnaud

Note donnée au disque :       
Thirdeye Envoyez un message privé àThirdeye

Sûrement un besoin de renflouer les caisses... On va rester sur les 3 premiers et basta..

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

c'est dingue comme ce groupe a perdu le mojo d'un coup... Ils resteront à jamais un groupe adolescent qui n'a pas su évoluer en adulte... Une illusion de 8 ans, pas plus.

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

La vanille artificielle de parfum de chiotte, mais oui du caramel de flamby aussi.

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

J'applaudirais bien à plusieurs reprises, mais faute technique : ce n'est pas la vanille qu'on sent depuis toujours chez eux, c'est le caramel industriel des Flanby. Nausée instantanée garantie, à chaque disque sans faute.

Note donnée au disque :