Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPlacebo › Black market music

Placebo › Black market music

12 titres - 55:48 min

  • 1/ Taste in men 4'15
  • 2/ Days before you came 2'33
  • 3/ Special K 3'52
  • 4/ Spite & malice 3'37
  • 5/ Passive aggressive 5'24
  • 6/ Black-eyed 3'48
  • 7/ Blue american 3'31
  • 8/ Slave to the wage 4'06
  • 9/ Commercial for levi 2'20
  • 10/ Haemoglobin 3'46
  • 11/ Narcoleptic 4'22
  • 12/ Peeping tom 14'10

enregistrement

Olympic, Townhouse, Moody studios, Londres.

line up

Brian Molko, Stefan Olsdal, Steve Hewitt.
Severe Loren (vocaux additionnels sur "Taste in men" et "Special K"), Justin Warfield (vocaux additionnels sur "Spite & malice"), Bill Lloyd (basse sur "Peeping tom")

remarques

La douzième piste est suivie d'un ghost track : "Black market blood".

chronique

Styles
rock
Styles personnels
indie

Ce troisième album de Placebo était plus ou moins attendu au tournant. Quel chemin allait choisir le groupe ? Aillait-il délaisser le rock nerveux pour s'oublier dans une pop noire pur et dure ? La réponse ne se fit pas attendre puisqu'il est clair que le trio n'a pas l'air décidé à s'assagir. Entre les lignes aiguisées de "Days before you came", les accélérations poussives de "Special K", l'envolée lyrique de "Black-eyed" ou le martelement insoutenable du prodigieux "Haemoglobin". Le première chose qui frappe est la qualité de la production, et - par extension - la profondeur du son. Les lignes de basse sont si sourdes ("Taste in men" !) qu'elles en deviennent hypnotisantes et directrices, le chant marque d'une force sans équivoque, les cordes rugissent d'une puissance phénoménale, Steve joue d'un toucher et d'une précision chirurgicale, le tout dans une osmose parfaite qui ne laisse que peu de place au crénelé et à l'incohérent. Au delà, il y a bien sûr des morceaux plus calmes dans lesquels le groupe a acquis une expérience et une maîtrise certaine, les rendant plus consitants, utilisant piano ou samples pour y parfaire son son. L'ensemble dévoile pourtant une volonté d'évolution : la présence de couplets rappés sur "Spite & malice" (merci Warfield !), le travail et les effets sur les voix, les arrangements judicieux... En fait, la seule chose que j'aurais à reprocher à ce disque, serait les paroles légérement moins cohérentes que sur le précédent opus, mais je chippote.

note       Publiée le samedi 21 septembre 2002

partagez 'Black market music' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Black market music"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Black market music".

ajoutez une note sur : "Black market music"

Note moyenne :        35 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black market music".

ajoutez un commentaire sur : "Black market music"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black market music".

Richard › jeudi 4 janvier 2018 - 10:40  message privé !

En rotation lourde à sa sortie, puis un peu lassé et de nouveau rotation lourde au regard des dernières productions.

Note donnée au disque :       
Ramon › lundi 17 mars 2014 - 21:42  message privé !

Un ensemble bien froid, il me fait penser à Absolution de MUSE avec son côté boursouflé.

Note donnée au disque :       
Anomaly › dimanche 21 mai 2006 - 21:23  message privé !
Un bon album... Je me suis lassé des "special K" et autre "slave to the wage". Quant à "spite & malice"... Bref, c'est l'album que je trouve le moins émouvant et profond de la discographie (placebo jusq'à meds).
Note donnée au disque :       
Twilight › mardi 22 février 2005 - 01:53  message privé !
avatar
J'aime cet album mais c'est clairement le plus faible du groupe. Possédant toute le disco du groupe, que j'adore et continue à adorer, je trouve qu'il resiste moins bien au temps. Ls mélodies sont efficaces mais moins profondes que sur les autres opus. Du coup, après un certain temps, elles perdent un peu de leur charme...
Note donnée au disque :       
Brutal Sanglier › mardi 22 février 2005 - 01:14  message privé !
ouai ! j'ai subi un concert (gratos et sans savoir qui c'était, JE PRECISE) de ces nains d'anglais de merde, on dirait tous des gonzesses, le public avait onze ans et demi en moyenne et en plus ces pisseux faisaient le signe EVIL avec l'index et l'auriculaire, c'était NAVRANT