Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMecano › Snake tales for dragon

Mecano › Snake tales for dragon

  • 2005 • Mutantjasz 1003 MJ • LimNum • 300 copies • 1 CD

cd • 11 titres

  • 1Intro/Dusty soul
  • 2Treasure lost and found
  • 3Drag on
  • 4Excluded from the heart
  • 5Saint of sorrow
  • 6Love you in a million
  • 7November 2
  • 8Painted words
  • 9Clarity I guess
  • 10Le chant du cygne du dragon
  • 11New skin

line up

Dirk Polak (chant, accordéon), Tejo Bolten (instruments, programmation, production)

Musiciens additionnels : Hans Dagelet (trompette)

remarques

https://mecanomusic.bandcamp.com/
Il s'agit de l'édition box limitée signée incluant le cd, une photo et une pièce de mecano.

chronique

Styles
cold wave
pop
Styles personnels
cold wave cabaret du monde

Année du Dragon ? Non. Année du Serpent ? Non plus. Vingt-trois ans après 1982, c’est juste l’histoire du dragon qui ne voulait plus être un monstre ou celle du serpent qui se rêvait plus grand… Mecano de retour après ce long hiatus, qu’est-ce que ça donne ? La fin d’un post punk électrique cède le pas à une pop classieuse, riche, clairement baignée pourtant de ce spleen existentiel héritée des 80’s cold wave et marqué d’une démarche arty dans la composition et l’écriture des paroles. ‘Intro/dusty soul’ résume la démarche, violon, guitare sèche, mandoline, sans tomber dans le plan-plan ‘musique du monde’. Non, c’est de la cold wave fidèle à ses manteaux gris et ses casquettes soviétiques ne cherchant pas à se dissimuler sous des chullos colorés ou des keffiehs rouges et blancs comme le confirme ‘Treasure Lost and found’. Imaginez Minimal Compact version pop avec une production moins sèche et vous aurez un début d’idée. On songe beaucoup aussi à David Bowie (‘Drag on’, ‘Clarity I guess’, ‘New skin’), vocalement de par le timbre de Dirk Polak mais aussi dans cette aisance à coupler new wave, pop, une touche de blues cabaret, de folk interlope, d’électronique même en une formule des plus cohérente, doucement grise dans la brume qui l’enveloppe jusqu’au bout, un peu à l’image des compatriotes de The Nits coupables de mélanges inattendus et irrésistibles. En hispaniques des terres humides, Mecano tissent leur propre tango, celui qui aimait robotiser ses mouvements dans le halo de fumée des clopes tolérées dans les lieux publics (le splendide ‘One in a million’ qui renvoie Gotam Project sur le bitume à coups de pied au cul, ‘Excluded from the heart’ ou ‘Painted words’ évoquant deux potos espagnols jouant ensemble dans un bar du port de Reykjavik); ils aiment en extraire la gravité pour l’implanter dans d’autres planches anatomiques (le faux trip hop élégiaque de ‘November 2’ dédié au réalisateur Theo Van Gogh assassiné ce jour-là en 2004, le mambo funèbre de ‘Le chant du cygne du dragon’). Pop alternative, extrêmement travaillée, complexe mais toujours fluide, tranquille mais puissamment expressive. Des contes pour les coeurs brisés qui tentent de se reconstruire…

note       Publiée le jeudi 24 novembre 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Snake tales for dragon" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Snake tales for dragon".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Snake tales for dragon".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Snake tales for dragon".