Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKafabindünya › Obi

Kafabindünya › Obi

cd | 11 titres | 64:29 min

  • 1 Anger Circus [2:32]
  • 2 Binlerce Özür [7:12]
  • 3 İlk Buluşma [3:42]
  • 4 Kapanış Konuşması [4:56]
  • 5 Moongazing [4:17]
  • 6 Mutlu Son [3:28]
  • 7 Nightwalk [6:39]
  • 8 Platonik Aşk [4:52]
  • 9 Wake Up to a Brand New Day [5:22]
  • 10 When We Were Young [3:09]
  • 11 Yapılabilecek Bir Şey Yoktu [18:20]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Burç Tuncer (guitares, claviers, sampling), Feryin Kaya (basse, contrebasse), Aybars Turan (guitares), Berke Özcan (batterie)

chronique

Styles
post rock
noise rock
Styles personnels
bon post-rock

Le post-rock, c’est chiant. Si si, on va pas se le cacher, le post-rock comme style aisément circonscrit, c’est chiant. Ce dégueuli de sentimentalisme larmoyant, de longs crescendo épiques à s’en faire péter les glandes lacrymales, de boursouflure appliquée d’explosions de guitares noisy prévisibles et de tapisseries de cordes pour souligner le côté romantique écorché-émo-à-tatouage-merdique. Merci pour rien les écossais, les montréalais, d’avoir fait style cadenassé d’un élan qui voulait autre-chose pour la musique à guitares. C’est que tout le monde en a fait du post-rock ensuite. En Islande, ça fait du post-rock prénatal avec le bonus infâme de vocalises pour bercer le côté foetal régressif des indie-kids. Au Japon, mais au Japon ça te fait du post-rock bien strictement recopié comme un artisan s’entraine pendant vingt ans sur ses estampes, du post-rock plus post-rock que nature, avec des titres qui font des phrases et des cordes pour amplifier le côté larme à l’oeil. Au Texas, putain au Texas il te font du post-rock épique comme un rodéo, qui tourne plus en rond qu’une course de Nascar. Partout du post-rock. Alors pourquoi à Istanbul on ferait pas du post-rock ? Du vrai post-rock avec des guitares qui tintinnabulent et des explosions noisy ? Putain mais oui faut en faire aussi à Istanbul du post-rock, y a pas de raison ! Istanbul, c’est pas moins triste que Glasgow. Istanbul, y a de quoi rager, pleurer, avoir envie de casser des trucs, hurler sous la pluie. On va t’en faire du beau post-rock mais sans influence anatolienne, sinon que le premier morceau pas très post-rock ne peut pas récuser l’influence des légendaires Replikas. C’est d’ailleurs notamment sur la compilation hommage à "Dadaruhi" (album culte de Replikas) que Kafabindünya sont apparus avant leur premier album, pour une reprise bien turbulente de « Tabu ». Maintenant, c’est à eux de jouer, de faire rugir leur post-rock tout seul comme des grands. Et c’est peu dire qu’ils savent faire. Ils ont du en écouter des albums de post-rock. Bon d’accord les titres sont pas toujours en anglais et en plus ils ne comportent que rarement plus de deux mots. En plus, leur son est quand même largement moins chichiteux que la plupart des groupe qui font du post-rock, y a un côté assez rentre-moi-dedans dès que ça se met à intensifier le truc. Faut reconnaître que pour du post-rock, c’est plutôt du beau post-rock, rien qu’un morceau comme « Moongazing » ça te met un peu la pâté à plein de vétérans du post-rock en terme d’atmosphère. C’est du post-rock bien foutu avec des bouts d’électronique dedans, quelques samples et puis de la contrebasse aussi mais sans en foutre partout pour pas se la jouer trop post-rock-ambitieux-avec-des-cordes non plus. Ca reste plutôt près de l’os. Tiens, manquerait plus qu’ils aient enregistré avec Steve Albini. C’est un peu du post-rock qui sent la marée aussi, du coup ça ferait presque du post-metal, vous savez le genre de post-metal maritime avec des pochettes qui font très Thalassa, et ben « Mutlu Son » c’est un peu comme si Pelican avait un batteur pas chiant et des mélodies pas chiantes, surtout quand à la fin on dirait presque du hard-blues noisy à la John Parish. C’est même du beau post-rock à guitare crépusculaire dans les meilleurs moments, ça te grippe bien le cerveau ce début de « Nightwalk », t’as même plus l’impression qu’ils font du post-rock, on dirait une sorte d’intro bristolienne à la Adrian Utley. C’est bien de donner d’autre références que du post-rock, c’est pour ça que je cite des noms pour une fois. Mais pas des noms de groupe de post-rock, on sait qu’ils s’imitent tous entre eux de toute façon. Ensuite le morceau en question il fait vraiment pleurer, c’est sentimental, c’est beau et ça donne un peu la gerbe comme sur un vapur (c’est le nom des bateaux-bus à Istanbul) par temps incertain ce balancement qui monte et monte et monte, comme un joli crescendo de post-rock même pas chiant surtout que quand ça explose, ben ça donne une bonne idée de comment tu peux faire du post-rock en version super bien. Comme quoi c’est un album qui monte et monte aussi, plus ça va, plus on s’y fait, plus c’est agréable et puis faut avouer qu’ils ont un son quoi, un mélange de volupté et claques dans la gueule qui m’évoque bien Istanbul à moi. Après, faut pas se le cacher, faut aimer le post-rock quand même, parce que ça y ressemble vachement, ce mélange de mélodies trainantes super tristouilles et de déblocage d’énergie brutasse. Ca ne tombe pas dans les excès qui concourent aux pires des pièges, c’est parfois plus tordu que ça, le fantastique dernier morceau « Yapılabilecek Bir Şey Yoktu » dépasse largement les bornes du genre avec ses glougloutements électroniques bien stridents (influence Replikas qui remonte, pas la peine de vouloir le nier, c’est pour ça que c’est le meilleur moment aussi), c’est particulièrement bien plombé quand ça se lâche la bride. Bref, pour du bon post-rock, c’est du bon post-rock, ça.

note       Publiée le vendredi 9 mars 2018

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Obi' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Obi"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Obi".

ajoutez une note sur : "Obi"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Obi".

ajoutez un commentaire sur : "Obi"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Obi".

Dun23 › lundi 12 mars 2018 - 18:45  message privé !

Je dois être bigleux, je le trouve pas...

(N°6) › samedi 10 mars 2018 - 14:56  message privé !
avatar

Un indice s'est glissé dans la chro. Sauras-tu le retrouver ?

Note donnée au disque :       
Dioneo › samedi 10 mars 2018 - 14:15  message privé !
avatar

J'ai pas bien compris : c'est quoi, comme style ?