Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDadaruhi Tribute › Dadaruhi Tribute

Dadaruhi Tribute › Dadaruhi Tribute

  • 2013 - Offprint (1 téléchargement internet)

téléchargement | 13 titres | 63:01 min

  • 1 Change of Plans - Kemir Beni [2:50]
  • 2 Nekizm - Kör Taşın Kıyısında [6:04]
  • 3 Ventochild - Hadi Bir Ses Duy [6:30]
  • 4 Kim Ki O - . [2:47]
  • 5 Hayvanlar Alemi - Hacıyatmaz [4:29]
  • 6 Toll Tres - Yaş Elli [4:59]
  • 7 AYYUKA - Deli Halayı [3:11]
  • 8 Chopstick Suicide - Karabasan [4:49]
  • 9 roadside.picnic - Bir Bağlam Roka [3:37]
  • 10 Umut Çetin - Ş [3:47]
  • 11 Teyp Quartet - Ömür Sayacı [3:57]
  • 12 D2GG - Kesit(Kesif) [5:37]
  • 13 Kafabindünya - Tabu [10:24]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Babajim İstanbul Studios, Studio Bee, Istanbul.

line up

Ayyuka, D2gg, Hayvanlar Alemi, Kafabindünya, Kim Ki O, Nekizm, Roadside.picnic, Change of Plans, Ventochild, Toll Tres, Chopstick Suicide, Umut Çetin, Teyp Quartet

remarques

https://offprint.bandcamp.com/album/dadaruhi-tribute

chronique

Sans doute est-il toujours bon de rappeler que seul le moment présent compte. Tout passe. Les amours, les peines, comme les scènes musicales underground. Plus restreint l’espace dans lequel elles se débattent, plus vite elles évoluent. Au début des années deux-mille, voilà qu’une foule de nouveaux artistes d’horizons divers sont convoqués pour rendre un hommage mérité à Replikas, figure majeure de l’underground stambouliote des quinze années qui viennent de s’écouler. A l’album culte Dadaruhi pour être précis, le deuxième, celui sur lequel le quintet trouve sa patte distinctive, entre noise-rock oriental et krautrock à touches électroniques. Alors, comme une photographie d’un élan en cours, avec des formations qui trouveront leurs voies, d’autres qui ne donnent déjà plus signe de vie quelques années seulement plus tard, mais de toutes les façons une relève et de nouvelles histoires. Le signe d’une grande vitalité aussi, en témoigne le nombre de styles qui viennent se frotter au répertoire impeccable et déjà expérimental des Replikas, pas la moindre redite ou imitation. Il y a bien sûr les descendants les plus directs, les tenants d’une flamme anatolian rock tête chercheuse et chiadée, AYYUKA et leur version acoustico-groovy de « Deli Halayı »; les rugueux surf-rockeurs globe-trotteurs d’Ankara Hayvanlar Alemi, lointains cousins instrumentaux des Sun City Girls, dont l’interprétation saignante colle sans doute au plus près de l’original, avec leur goût pour les improvisations sur thème. Nouveaux venus sur la scène, la formation Nekizm délite l’envoutant « Kör Taşın Kıyısında » tout en longueur avec son prog-rock sinueux et abrasif, caressé par la voix suave du chanteur Alican İpek, entrée en matière impressionnante parmi cet underground bouillonnant. Figure importante de la décennie, le duo féminin Kim Ki O est également de la partie, calant la ritournelle de « . » sur sa basse post-punk cogneuse et ses synthés glaciaux, transfert réussi du son des Replikas dans une toute autre atmosphère, cold-wave et minimaliste. A l’exact opposé, le groupe math-rock Chopstick Suicide transpose « Bir Bağlam Roka » dans une tempête de riffs hardcore, chant bien grogné et envolées free-jazz, transformant absolument la matière première. Encore une touche jazz cette fois avec un quartet spécialement créé pour l’occasion dans lequel on retrouve le batteur Alican Tezer de AYYUKA, pour un « Ömür Sayacı » très film noir contemporain, où le sax louvoie parmi des textures électroniques hallucinogènes. On y reconnait le thème original à travers un sample de voix, tout comme la boucle de basse utilisée par roadside.picnic vient poser la base pour un de ces morceaux de hip-hop industriel dont ils ont le secret, Ağaçkakan posant ses lyrics poétiques sur la structure du morceau concassé et reconstruite par Armonycoma. Possibilités illimitées, c’est avec un bain de d’électro-dub bien poisseux, virant au dubstep caverneux, que se présente Ventochild, le boss de l’excellent label Tektosag, alors que Tolga Toll Tres, également artiste visuel, emprunte une voie électro-kraut hypnotique qui évoque déjà un peu le son de Pitohui, son futur groupe formé justement avec Barkın Engin, membre original de Replikas. D’autres encore manipulent des bandes dans leur studio, un « Ş » méconnaissable et fantomatique, ou déshabillent les mélodies sur des guitares acoustiques elle-aussi mises en boucle en direct, moment magique de rêve éveillé avec le duo D2GG. D’un bout à l’autre de cet hommage tourné vers le futur, un esprit d’expérimentation digne des grands Replikas, qui commence avec les clochettes de « Kemir Beni » démultipliées dans le post-rock taquin de Change of Plans et s’achève dans une charge furieuse avec les assauts de riffs lancinants de Kafabindünya sur Tabu, bien vite pris dans une tornade instrumentale post-metal sans chichi ni crescendo pleurnichard, un final explosif collant Dadaruhi sur orbite, en gage de témoignage de deux scènes underground qui se fond écho dans les clubs d’Istanbul, à dix ans d’intervalle. Une image de son temps aussi, laissant d’autres futurs, d’autres noms, d’autres formations apparaitre depuis. Mais on a toujours raison d’aimer au moment où on aime, quitte à toujours recommencer différemment. Replikas, Dadaruhi : done. Next.

note       Publiée le mercredi 6 décembre 2017

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Dadaruhi Tribute' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dadaruhi Tribute"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dadaruhi Tribute".

ajoutez une note sur : "Dadaruhi Tribute"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dadaruhi Tribute".

ajoutez un commentaire sur : "Dadaruhi Tribute"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dadaruhi Tribute".