Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSShe Past Away › Narin Yalnızlık

She Past Away › Narin Yalnızlık

cd | 11 titres

  • 1 Soluk
  • 2 Asimilasyon
  • 3 Uzakta
  • 4 Narin Yalnızlık
  • 5 Hayaller?
  • 6 Katarsis
  • 7 Uçtu Belirsizliğe
  • 8 Gerçekten Özleyince
  • 9 Yanımda
  • 10 Kuruyordu Nehir
  • 11 İçe Kapanış II

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Volkan Caner (chant, guitare, programmation), Doruk Öztürkcan (synthé)

remarques

https://shepastawayofficial.bandcamp.com/music

chronique

Les congés, c’est cool: plus de temps pour faire la fête, dormir (quoique…), écouter de la musique et tenter de mettre à jour la discographie de certains groupes. Profitons justement du fait que She Past Away tournent intensivement pour parler de leur second album avant qu’ils n’en sortent un troisième. ‘Narin Yalnızlık’ se profile comme complémentaire de son prédécesseur comme pour assumer plus fort encore les lignes directrices du duo que je résumerais par un mot tiré du vocabulaire anglais, ‘black ice’ (pour ‘givre’ mais l'image me semblait parlante). Les Turcs s’inspirent en effet d’une certaine vague goth synthétique des 90’s parmi laquelle on trouvait en tête de file Suspiria qui n’avait pas peur de mêler gothic rock et électronique mais eux poussent le dépouillement plus loin, frisant une forme de cold wave minimale parfois (‘Uzakta’ qui évoque les Cure). L’album s’écoule dans ce que l’on pourrait qualifier de ‘monotonie travaillée’; pas de vague, de réel coup d’éclat (encore que le beau et mélancolique ‘Hayalier ?’ ou les plus gothiques ‘Katarsis’, ‘Gerçekten Özleyince' fassent exception), plutôt une ambiance générale, jamais entièrement glacée, jamais 100 % noire, plutôt quelque chose d’oscillant à la limite des deux, avec ce timbre grave nappé de réverbération, détaché mais empreint d’une certaine force. Le duo équilibre également cette fausse impression de linéarité en variant les tempo, la boîte restant assez basique dans sa programmation. Je l’avoue, il faut arriver à entrer dans ce disque mais plus il s’écoule, plus son charme obscur opère, la seconde partie se révélant la meilleure à mon sens. La formule opérerait-elle sur un troisième opus ? Pas facile de répondre mais pour l’heure, cette galette est plaisante à l’écoute et de saison en ce début de janvier.

note       Publiée le lundi 2 janvier 2017

partagez 'Narin Yalnızlık' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Narin Yalnızlık"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Narin Yalnızlık".

ajoutez une note sur : "Narin Yalnızlık"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Narin Yalnızlık".

ajoutez un commentaire sur : "Narin Yalnızlık"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Narin Yalnızlık".

Richard › mardi 3 janvier 2017 - 10:06  message privé !

J’étais plutôt sceptique, voire déçu à la sortie durant l’été 2015 de « Narin Yalnizlik ». Il faut dire que le premier album des Turcs m’avait agréablement surpris et j’en attendais peut-être un peu trop de celui-ci…Lorsque tu parles Twilight de « monotonie travaillée », je ressens plutôt de la monotonie tout court. Les morceaux ne sont pas mauvais en soi, mais sur la longueur, j’ai du mal à les distinguer et pointe la sensation de répétition. Ce que j’avais aimé sur « Belirdi Gece » m’ennuie ici. A l’instar de Motorama ou des derniers albums de Clan of Xymox (dans un style différent, évidemment), les Turcs vont peut-être concocter à l’envie cette recette goth old school agrémentée de zest d’electro. «La formule opérerait-elle sur un troisième opus ? » En espérant que She Past Away ne soit pas un énième feu de paille.

Note donnée au disque :