Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOrchestral Manoeuvres In The Dark › Dazzle Ships

Orchestral Manoeuvres In The Dark › Dazzle Ships

détail des votes

Membre Note Date
Wotzenknecht      dimanche 9 février 2020 - 22:33
Aladdin_Sane      lundi 10 février 2020 - 11:21
Seijitsu      lundi 10 février 2020 - 11:28
taliesin      lundi 10 février 2020 - 10:37

cd | 12 titres

  • 1 Radio Prague [1:18]
  • 2 Genetic Engineering [3:42]
  • 3 ABC Auto-Industry [2:06]
  • 4 Telegraph [2:57]
  • 5 This Is Helena [1:58]
  • 6 International [4:26]
  • 7 Dazzle Ships (Parts II III & VII) [2:21]
  • 8 The Romance Of The Telescope [3:26]
  • 9 Silent Running [3:33]
  • 10 Radio Waves [3:44]
  • 11 Time Zones [1:49]
  • 12 Of All The Things We've Made [3:23]

line up

G. A. McCluskey, M. A. Holmes, M. H. Cooper, P. D. Humphreys

chronique

Phaéton a son chariot, Icare son soleil, OMD son Dazzle Ships... vous l'aurez compris, ils se sont bien cramés sur cet album. Leur ambition, ou peut-on parler d'hubris, était de leur propre aveu de devenir à la fois ABBA et Stockhausen, d'impressionner le chaland après la réception jugée insatisfaisante du classieux Architectures & Morality, et de s'embarquer encore plus loin dans l'angoisse politique en s'attaquant à la guerre froide de plein front (de l'Est). Car la partie “Stockhausen” du bastringue, c'est surtout de l'autre côté du rideau qu'ils sont allés la puiser, parfois dans des recoins franchement glauques et qui feront couler beaucoup d'encre, comme pour cet 'International' et son reportage sur une jeune fille aux mains tranchées par les milices du Nicaragua. Perdus dans cet univers de Kraftwerk de Merseyside (avec la dégaine et les déhanchements du dadais Andy McCluskey, la comparaison vaut son pesant de cliquetis), six petits titres se présentent comme de véritables chansons : 'Genetic Engineering' aussi imparable que stressant, mais aussi et surtout 'Telegraph', plus 1980 et naïf dans l'esprit ; deux lancinantes ballades, 'The Romance of the Telescope' et 'Silent Running' les placent là en espèce de New Order-wannabe, et enfin le surf asthmatique de 'Radio Waves' et le final so british 'Of All The Things We've Made' dont la rythmique se résume à un coup de caisse claire nous rappellent qu'il s'agit là encore d'un groupe de synth-pop dans tout ce qu'il a de plus anglais et gominé. C'est bon à savoir, parce que les expérimentations sonores qui envahissent le reste l'album ont eu raison de leurs fans à l'époque : presque partout peut-on entendre bip-bips, click-clicks, tac-tac-tacs ; les télégraphes, les dictées magiques, les imprimantes, les transmissions radio remplissent l'album comme les fonds sonores de THX 1138. Et au milieu de ce brouhaha paranoïaque s'en vient le titre éponyme qui à lui seul résume le torpillage de leur carrière, littéralement : en deux minutes d'une bizarrerie extrême, le groupe tente de retranscrire le torpillage d'un bateau de guerre par un sous-marin. Mais loin d'un field recording, les sons qu'ils manipulent ont une vague ressemblance avec des voix humaines et l'effet acousmatique est si dérangeant que beaucoup avouent être physiologiquement incapables d'écouter ce titre. Malgré sa réhabilitation tardive de par sa réédition en 2008, Dazzle Ships par ses expérimentations si magnifiquement maladroites et complètement hors de propos (on ne parle pas d'un compositeur du GRM mais bien d'un groupe qui explosait régulièrement les charts anglais) restera un trou d'air dans leur discographie dont ils ne se remettront jamais vraiment.

note       Publiée le dimanche 9 février 2020

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'Dazzle Ships' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dazzle Ships"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dazzle Ships".

ajoutez une note sur : "Dazzle Ships"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dazzle Ships".

ajoutez un commentaire sur : "Dazzle Ships"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dazzle Ships".

dariev stands › mercredi 12 février 2020 - 12:51  message privé !
avatar

Super, j'ai lu la chro, je l'ai réécouté et retiré de ma liste de vente (pour l'instant), merci Wotzy ! De toutes façons lire guts nuit au compte en banque, quelque soit la façon dont on examine la question... Y'a un truc, y'a un truc... Marrant, je voulais y voir un côté YMO raté aux premières écoutes (la fascination du bloc Soviétique, les cliquetis, le gros boucan steampunk sur les passages les plus chargés), et là ce qui m'a frappé c'est à quel point ça fait penser aux Sparks période N°1 In Heaven/Terminal Jive, en mieux (j'aime pas trop ces deux disques)... si tu connais pas déjà, Wotz.

Aladdin_Sane › lundi 10 février 2020 - 11:23  message privé !

Excellent album dont le très bon single "Telegraph" est l'arbre qui cache la forêt.

Note donnée au disque :       
Twilight › dimanche 9 février 2020 - 23:17  message privé !
avatar

Je n'avais jamais entendu parler de celui-ci. Hop ! Commandé.