Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOld Man's Child › Revelation 666 - the curse of damnation

Old Man's Child › Revelation 666 - the curse of damnation

8 titres - 40:12 min

  • 1/ Phantoms of mortem tales
  • 2/ Hominis Nucturna
  • 3/ In black endless void
  • 4/ Unholy vivid innocence
  • 5/ Passage to pandemonium
  • 6/ Obscure divine manifestation
  • 7/ World expiration
  • 8/ Into silence embrace

enregistrement

Enregistré au studio Abyss en novembre 1999 par Peter Tätgren. Produit par Peter Tätgren et Galder.

line up

Galder (voix, guitares lead, synthés), Jardar (guitares lead), Tjodalv (batterie), Memnoch (Basse) ; Grimar (Batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
black/thrash symphonique

On l’avait oublié mais cet album au titre soudain si pertinent est là pour nous le rappeler : OMC, au départ, était un groupe de black metal (sympho… certes). Difficile de renouveler ses chroniques lorsqu’on fait l’intégrale d’un groupe aussi inscrit dans une ligne directrice. Donc on y retourne : patte mélodique reconnaissable entre mille, volonté de riffs rythmés et thrashisants, couleurs heavy, et toujours cette ambiance sombre et cynique… grostesque. Depuis le précédent album, Galder a encore affiné et enrichi son travail des claviers, leads à l’occasion, et qui sortent du cadre de l’ornementation sophistiquée pour devenir véritable composante essentielle de la musique et de son déroulement. L’inspiration est au beau fixe, la variété des climats, des systèmes et des rythmiques est plus remarquable que jamais, et la cohésion générale toujours aussi incontestable. Mais dans «Revelation 666» Galder revient indiscutablement au black metal et à la furie. «In black endless…», «Unholy vivid innocence», «Passage to pandemonium», entre autres, sont traversés de passages blastiques surviolents, d’une noirceur extrême et furieuse, portés par une ampleur harmonique constante. Mais il y a aussi les merveilles heavy, l’ajout de chœurs féminins qui relèvent tour à tour de la folie d’enfants tarés lorsqu’ils reprennent le riff malade du sublime «Phantoms of mortem tales», et des voiles angevins en soutien d’un Galder plus haineux et profond que jamais, comme dans «World expiration» pour ne citer que ça. C’est de plus en plus mature, fin, riche et personnel, et c’est à nouveau black metal. La folie des arrangements, l’ampleur, la puissance et la vitesse de certains passages s’inscrivent dignement dans les pluies mélodiques et furieuses de Obtained Enslavement. Et par instants, on presque envie de parler de brutal sympho… (Into silence embrace…). Très varié, mais aussi très cohérent. Noir, noir, noir… mille et un sons… 8 grandes réussites mélodiques et harmoniques. Pour moi, sans hésiter, le meilleur OMC, et l’alternative parfaite au manque d’âme et de profondeur d’un «Puritanical…».

note       Publiée le dimanche 16 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Revelation 666 - the curse of damnation".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Revelation 666 - the curse of damnation".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Revelation 666 - the curse of damnation".

Anomaly › vendredi 22 septembre 2006 - 22:23  message privé !
je ne connais que trois albums du groupe, celui ci et les deux suivants. celui ci est celui que je prefere. vraiment très très bon. le second titre est par ailleurs un hymne au black sympho, je trouve.
Note donnée au disque :       
enslaver_666 › mardi 8 avril 2003 - 06:37  message privé !
À partir de cet album, je pense que Galder a vraiment commencé à s'inspirer musicalement de ses amis de Dimmu Borgir. "Revelation 666...." et un mélange entre "Spiritual Black Dimension" et "Enthrone Darkness Triumphant" je dirais. Évidemment, le mec n'a pas nécessairement besoin d'écouter ce que font les autres pour nous pondre un album à son image. OMC s'est toujours démarqué grâce à ce mélange de super riffs de guitares qui tuent (LA force de Galder) avec de superbes mélodies. Le tout étant toujours bien arrangé et orchestré. En plus de ça, OMC nous arrive avec son album le plus ravageur à ce jour. C'est noir, intense, puissant et ça cogne dur. La présence de Tjodalv à la batterie permet au groupe de s'aventurer dans des moments de blast beats très rapides. Attention, pas question d'être bourrin. Galder aime la diversité et les mélodies fortes, principalement amenées par les claviers. L'album est une vraie claque du début à la fin, bien que les moments très forts se retrouvent surtout sur les 4 premiers titres. Ajoutons la production du Abyss et nous avons une bombe. Ni plus ni moins le meilleur album d'OMC à ce jour !
Note donnée au disque :       
Wolf666 › samedi 26 octobre 2002 - 22:20  message privé !
J'adore Old man's child. Le mélange black et thrash/heavy. Cet album est mon préféré avec "Spiritual invasion". C'est du tout bon. Les claviers sont plus présents on dirait. D'ailleurs à ce propos "unholy vivid innocence" et le bijoux, que c'est bon! Arf, la chaire de poule, grandiose!
Note donnée au disque :       
Kerdrak › vendredi 21 juin 2002 - 16:41  message privé !
bizarrement j'accroche pas trop sur celui-ci, meme si la qualité de prod c'est amélioré, j'ai l'impression que OMC à perdu quelque chose dans leur facon de jouer dans cette album
Note donnée au disque :       
Sheer-khan › dimanche 16 juin 2002 - 14:52  message privé !
avatar
Il me semble tout à fait normal que ce qui se réabreuve à nouveau aux fontaines du black métal, sorte par conséquent du cadre du strict "agréable".
Note donnée au disque :