Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOld Man's Child › Born of the flickering

Old Man's Child › Born of the flickering

10 titres - 51:21 min

  • 1/ Demons of the Thorncastle
  • 2/ Swallowed by a buried one
  • 3/ Born of the flickering
  • 4/ King of the dark ages
  • 5/ Wounds from the night of magic
  • 6/ On through the desert storm
  • 7/ Christian death
  • 8/ Funeraln swords and souls
  • 9/ The last chapter
  • 10/… leads to utopia/the old man’s dream

enregistrement

Enregistré et mixé en novembre et décembre 1995 au studio 3, Norvège. Produit par Old man’s child et Tom Sennerud. Enregistré par Tom Sennerud.

line up

Gonde (basse et chœurs), Jardar (guitares lead et rythmique), Tjodalv (batterie), Grusom (Vocaux, guitares lead, rythmiques et acoustiques, synthés )

Musiciens additionnels : Torill Snyen (voix féminines), Richard Wilkstrand (Guitare classique sur 5 et 6)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
heavy/black metal symphonique

Le premier album de Grusom/Galder montre que le bonhomme a un style, mais si fort qu’il le cherche encore un peu. «In the shades of life», leur premier EP de 1994 nous avait d’ailleurs prévenu. «Born of the Flickering» est plus cru que son petit prédécesseur. Le son et la relative sobriété des arrangements sur certains passages lui confère un voile général plus purement black. Les compositions sont entièrement basées sur les mélodies, aux guitares, et le clavier est plus rare que dans la suite de la discographie, sinon par de larges nappes profondes lors des passages plus aériens ou grandiloquents. Claviers secondaires mais incontestables ; la guitare acoustique est, elle aussi, bien présente et enrichit fort heureusement la palette sonore : ponts acoustiques, arrangements, riffs ou simple effet, l’instrument amène sa couleur et sa texture à une musique encore très brute. La basse, au son rond mais claquant, est mixée très en avant et imprègne fortement l’ensemble : la production encore roots cherche néanmoins l’épaisseur à venir. Tout cela est simplement construit, sans grand génie, toujours inspiré néanmoins, et déjà varié dans les rythmiques : blasts bien sûr, mais aussi heavy, thrash, death par pointe. Les morceaux se présentent donc comme des ensembles de passages bien trouvés, variés et bien enchaînés. C’est narratif, tour à tour épique, puissant, mélancolique et atmosphérique. … la noirceur d’un blast plombé d’un riff rapide, la lourdeur d’une batterie heavy/doom sur laquelle les accords de guitares ravissent par leur ampleur, un break instrumental, lent et acoustique… des chœurs victorieux… des solii limpides et heavy… des accélérations thrashisantes. Quant à la voix de Galder, moi, j’adore… sombre et misanthrope, elle est encore assez primitivement produite sur ce disque, assez approximative dans son placement et se charge ainsi de reflets presque «Attilesque», ce qui sied plutôt bien à ce premier album, déjà souple et rond, mais encore agréablement primitif. Les vocaux d’Aldrahn ne sont ni mieux ni moins bien, ils sont à leur place, comme Galder l’aurait été si il avait tout vocalisé tout seul, comme il le fera par la suite. Noire, assez violente et étouffante, mais d’abord mélodique, l’atmosphère générale et particulière que dégage le groupe est fortement liée à la patte de Galder, que l’on identifie tout de suite, et qui dominera l’ensemble de ses albums. Une véritable inclination stylistique qui porte aussi bien sur les mélodies proprements dites que sur le rythme et les syncopes qui les régissent ; si, dans ce premier LP, Grusom compose encore des riffs en pures doubles croches, on le sent désireux de les définir de plus en plus par des accents, de les constituer autant dynamiquement, que mélodiquement. «The pagan prosperty» à suivre suit tellement cette logique qu’il relèvera plus du heavy et du thrash que du black. Ici, le tout est encore trop liée à la volonté de vitesse et de violence noire, et cette variété dynamique, qui va donner au groupe toute sa dimension, lui manque encore. Une note bien sèche, à remettre dans la perpective de la carrière à suivre, mais déjà un album franchement recommandable.

note       Publiée le dimanche 9 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Born of the flickering".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Born of the flickering".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Born of the flickering".

Potters field › mardi 2 février 2010 - 18:33  message privé !

tiens, je l'avais ce cd. il m'avait puissement emmerdé à l'époque, mais je testerais bien les suivants.

Le Troll › jeudi 5 avril 2007 - 21:10  message privé !
Un album ultime qui recèle des riffs de tarés, des mélodies envoutantes ainsi que des claviers plus discret que sur les albums suivants mais qui sont juste présents quand il faut ; une basse bien vrombissante à l'instar du 1er Dodheimsgard et des parties à la guitare seche vraiment jouissifs !! Ma discographie est maintenant complète concernant ce groupe et pour l'instant le 1er est le plus beau à mon gout !!
Note donnée au disque :       
obscurcisromancia › mercredi 25 mai 2005 - 02:27  message privé !
Très bon album j'adore Galder c'est un génie
Note donnée au disque :