Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCC.S.I. › Ko de mondo

C.S.I. › Ko de mondo

  • 1994 • Black Out Black Out 518 871-2 • 1 CD digipack

cd • 12 titres

  • 1A tratti
  • 2Palpitazione tenue
  • 3Celluloide
  • 4Del mondo
  • 5Home sweet home
  • 6Intimisto
  • 7Occidente
  • 8Memorie di una testa tagliata
  • 9Finistère
  • 10La lune du Prajou
  • 11In viaggio
  • 12Fuochi nella notte

enregistrement

Manoir 'Le Prajou', Finistère, Bretagne, France, août-septembre 1993

line up

Giovanni Lindo Feretti (chant), Massimo Zamboni (guitare), Giorgio Canali (guitare), Gianni Marocollo (basse), Francesco Magnelli (clavier)

Musiciens additionnels : Pino Gulli (batterie), Ginevra di Marco (choeurs), Alessandro Gerby (percussions)

remarques

chronique

Et quand l'histoire fait basculer le destin du monde, faut-il renoncer à la musique ? Non. Le Mur de Berlin tombé, les musiciens de C.C.C.P. avaient encore bien des choses à dire; d'ailleurs si les frontières avaient été ébranlées, bien des voyages s'ouvraient alors dans ce monde nouveau. Après une performance au Festival delle Colline en 1992 aux côtés de Üstamò et Disciplinatha, Giovanni Lindo Feretti et Massimo Zamboni flanqués de deux ex-Litfiba (Gianni Maroccolo, Francesco Magnelli, déjà présents sur les ultimes enregistrements de C.C.C.P.) rebaptisés C.S.I. (pour Consorzio Suonatori Indipendenti...toujours ce goût des sigles) plient bagages et se rendent en Bretagne pour enregistrer leur premier album. Difficile pourtant de tourner le dos à une aventure de presque dix ans et 'Ko de mondo' n'est rien d'autre qu'une déformation de 'Codemondo', petite ville de leur chère province de Regio Emilia. Sans m'attarder davantage sur les paroles, comme dans le cas de C.C.C.P., nulle volonté nationaliste, plutôt des réflexions existentialistes sur l'état du monde, la géographie servant
surtout de métaphore. Avec ce disque, nos Italiens se lancent clairement dans une nouvelle voie mais d'une manière finalement pas si surprenante; qui a écouté 'Epica etica etnica pathos' comprendra que 'Ko de mondo' en est la parfaite continuation. Le groupe semble surtout s'être accordé une liberté d'action quasi totale en piochant dans un bon paquet de styles, du rock au trip hop ('Palpitazione
tenue') en intégrant des éléments progressifs, post-punk, et sans doute même un peu pop, avec l'aura mystique réglementaire. Il y a bien sûr le chant (on peut même parler de flow sur certains passages) de Giovanni Lindo Ferreti reconnaissable dès le premier mot, conférant encore et
toujours une identité marquée au projet mais globalement, la musique est plus riche, dense, moins sèche et dépouillée, même si certaines structures évoquent forcément des échos de C.C.C.P., à commencer par la première chanson, 'A tratti',
qui dégage quelque chose de 'Emilia Paranoica' en plus tribal avant un final rock plus appuyé proche de ce que pouvait produire Litfiba à la même époque. Cette option électrique est flagrante dans le jeu de guitare et il est clair que l'emploi d'une vraie batterie y contribue aussi. 'Del mondo' conserve la touche dub présente dans 'Inch'Allah-ça va', toujours avec la même efficacité, mais là également on sent le groupe tourné vers l'avenir et non son passé. Si j'établis ces parallèles avec C.C.C.P., c'est avant tout pour accentuer le fait que C.S.I. n'a rien d'une formation rock lambda, les ambiances sont très diversifiées. On glisse de titres pêchus comme l'excellent 'Celluloide', 'Home sweet home' ou 'Finistère' à des ambiances plus
feutrées sur 'Del mondo', 'Intimisto', sans oublier ceux qui conjuguent tous ces éléments à la fois. Ajoutez quelques touches ethniques ou du moins folk ('Occidente', 'Fuochi nella notte') et vous aurez une vision du tableau dans son ensemble: une image ni vraiment amère, ni positive, ni colérique et encore moins joyeuse, plutôt un mélange de tout ça, une réflexion à la fois globale et intimiste. A en
juger par ce premier essai, C.S.I. se présente donc comme un projet passionnant capable de réunir en ses sonorités plusieurs des bons éléments qui caractérisaient C.C.C.P.
mais également Litfiba (en route pour la partie la moins intéressante de leur carrière).

note       Publiée le vendredi 17 décembre 2010

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ko de mondo".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ko de mondo".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ko de mondo".

Twilight › vendredi 17 décembre 2010 - 16:19  message privé !
avatar

je parlais de la carrière de Litfiba post 'El Diablo' qui devient un peu rock pompier à mon goût. je suis tellement plus fan de leurs débuts...

dariev stands › vendredi 17 décembre 2010 - 16:05  message privé !
avatar

partie la moins intéressante de leur carrière ? tiens je pensais pas que tu dirais ça, j'y avais entendu pas mal de choses cool moi... sans doute moins classe que CCCP et peut etre plus daté aussi, mais quand même.