Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCathedral (G-B) › Forest of equilibrium

Cathedral (G-B) › Forest of equilibrium

cd | 7 titres

  • 1 Pictures of beauty & innocence (Intro)- Comiserating the celebration
  • 2 Ebony tears
  • 3 Serpent Eve
  • 4 Soul sacrifice
  • 5 A funeral request
  • 6 Equilibrium
  • 7 Reaching happiness, touching pain

enregistrement

Juillet-août 1991, Workshop studios, Redditch.

line up

Lee Dorrian (chant), Mark Griffiths (basse), Garry Jennings (guitare), Adam Lehan (guitare), Mike Smail (batterie)

Musiciens additionnels : Helen Acreman (flutes), Reverend Wolski (claviers)

chronique

Styles
metal
metal extrême
doom metal
Styles personnels
doom metal > proto-cathedralien

Les amis attention !!! Car je m'en vais vous de l'album, que dis-je, du monument cultissime des non-moins cultissimes anglais de Cathedral... Quoi vous dire quoi vous dire, hum... commençons donc par le commencement... Qui, mais alors qui aurait pensé que ce cher Lee Dorrian, en quittant Napalm Death en 1989 allait donner naissance, aidé de son compère Gaz, à l'un des groupes les plus cosmiquement débile et généreusement baveux de toute l'histoire de la musique ? Et pourtant c'est vrai, Cathedral est né autour de deux trois bières (en fait, sûrement plutôt huit ou neuf), de cette passion déjà partagée par les deux compères pour le vibe doom old school des grands anciens, la volonté conséquente, après taillage de bout de gras de rigueur, de rendre hommage via cette formation complètement hors du temps, à tous les chantres proto-doomistiques qui font la joue du doom '80s... Pourtant à l'époque, l'humeur n'est pas franchement encore tout à fait à la rigolade... Forest of Equilibrium est clairement l'un des albums les plus anachroniques qui fut... pensez-vous ! La mode est au death metal et voilà que déboule cette recrudescence de ringards finis, complètement apathiques et hallucinés... Où en étais-je ? Oui, disais-je donc, qu'avec Forest of Equilibrium, l'heure n'est pas encore à la rigolade pourtant... La musique de Cathedral flirte à l'époque douteusement avec le doom quasi-extrêmiste, du haut de ses guitares molles et ultra pataudes / pateuses, de son rythme léthargique et ses battements de mesure sporadiques, de son son d'une chaleur suave et de son groove pas vraiment multicolore mais déjà plus pastel que noir et blanc... Bref, le Cathedral première cuvée, c'est çà. C'est un peu le dur choix se laisser aller dans un hommage fleur bleue au rock des '70s, et de l'autre, celui de s'affilier à toute cette scène doom death boomisante des '90s, Forest of Equilibrium s'y veut clairement à cheval... Parce que, d'un côté, vous avez le doom a deux de tension, morbide et passivement hallucinogène à souhait, cette ambiance de poésie macabre, ces leads d'une lenteur... lenteur... et de l'autre, vous avez bon nombre d'éléments complètement incohérents ça et là... des solos couillus et bêlants complètement incongrus, des accélérations proto-stoneriques déjà d'un kitsch fini, du Lee Dorrian qui est constamment à mi-chemin entre chant guttural gras mais pas vraiment, et chant caverneux bouffonesque à forte tendance imbibée... vous avez aussi le groove lourdaud d'un Soul Sacrifice... les flûtes de Reaching Happiness complètement oniriques... et puis voilà... Alors oui, si vous voulez mon avis, ce disque est bel est bien le premier album de Cathedral, et non pas celui d'une obscure formation extrêmiste qui aurait évolué dans le mauvais sens... Parce qu'au dela de l'état primitif des choses qui nous est rapporté ici, ce disque est définitivement fun, je n'arrive pas à en faire abstraction... Lee est d'ores est déjà le moule de sa propre personne (c'est à dire celui de celle qui enfilera le costume de l'homme le plus groove de la galaxie, si vous permettez ce petit clin à quelques suisses qui se reconnaitront peut-être), avec son chant démoniaque allumé du fin fond des forêts, dans lequel il est impossible de ne pas deviner, déjà, une bonne dose d'acides multicolores... parce qu'on sent que toute cette formule, finalement, ce n'est que le protoype de celle qui suivra, jouée de façon retenue, et qui serait encore contrôlée, avant que les deux compères ne passent définitivement du côté kitsch de la force (j'en reparlerai sans doute à l'occasion de la chronique d'un live même époque, qui démontre point par point l'exact contraire de ce que je m'efforce de retranscrire... toujours est-il que- bref). Hum voilà... Ce disque, Forest of Equilibrium, au bout du compte, est à mon goût l'exact lien manquant entre la période extrêmiste de Cathedral, oui-belle-et-bien rattachable à ce fameux mouvement doom death naissant, et à celui qui va être le sien, où personne d'autre ne s'amusera à les suivre... Forest of Equilibrium, c'est le Cathedral dans sa version forestière : champêtre, humide, oppressant, onirique, mais incontestablement déjà complètement grouillant, et fourmillant d'animaux étranges, au poil ébourrifé et à l'oeil louche...

note       Publiée le mercredi 15 septembre 2004

partagez 'Forest of equilibrium' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Forest of equilibrium"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Forest of equilibrium".

ajoutez une note sur : "Forest of equilibrium"

Note moyenne :        43 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Forest of equilibrium".

ajoutez un commentaire sur : "Forest of equilibrium"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Forest of equilibrium".

Klarinetthor › mardi 13 octobre 2015 - 15:22  message privé !

http://noisey.vice.com/fr/blog/with.... Un vrai bavard le Lee Dorrian, une petite mine d'infos cette itw.

dimegoat › dimanche 17 mai 2015 - 23:46  message privé !

Sacré Lee, putain de génie. Sans lui, ce groupe serait intéressant. Avec lui, il part dans la stratosphère.

Spiegel › dimanche 7 octobre 2012 - 15:31  message privé !

A funeral request, sainte pute nègre; j'ai pas eu un tel hocquet depuis Jesus saves de Slayer.

Note donnée au disque :       
boumbastik › mardi 3 mai 2011 - 22:59  message privé !

terrible la flûte sur la dernière piste. kèk chose me dit qu'il va visiter ma platine très bientôt, çui-ci

prowler › jeudi 28 octobre 2010 - 21:33  message privé !

Mouais et ben bof bof...une semaine que je me le passe et y a rien à faire ,j'accroche pas ,ça me fait rien.Je crois que c'est clair la lethargie doomesque n'est pas faite pour moi.Je suis quand meme un peu deçu de pas etre en mesure d'apprecier ce qui apparemment est un chef d'oeuvre.Peut etre que je le ressayerai un de ces 4 mais pour le moment il va servir de repose verre...