Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoror Dolorosa › Severance

Soror Dolorosa › Severance

cd • 6 titres

  • 1Beau Suicide
  • 243°
  • 3Dare me
  • 4Trembling androgyneous
  • 5Thousand clouds
  • 6American chronicle

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Necropolis Studio, France

line up

Andy Julia (chant), Emey (guitare), Hervé Carles (basse), Franck Ligabue (batterie)

remarques

chronique

J'ai été plutôt surpris d'apprendre que les musiciens de Soror Dolorosa venaient de la scène metal (Nuit Noire, Celestia, si j'ai bien compris) parce que bien que travaillant pour un webzine ayant maintes fois prouvé que les carcans musicaux peuvent être brisés avec talent, j'ai, je le confesse, une certaine méfiance vis-à-vis de musiciens de cette scène se tournant tout soudain vers le gothique, tout d'abord parce que l'amalgame est très vite fait chez les ados boutonneux pensant êtres goths en écoutant Nightwish et Epica, ensuite parce que se lancer dans un style requiert un état d'esprit, une philosophie créatrice qui, elle, ne tombe pas du ciel (remarquez, je tiendrais le même discours à des goths décidés à se tourner vers le metal; Valor lui-même s'y est bien cassé les dents)...Je fus surpris, disais-je, car si ces informations sont exactes, la reconversion est plutôt stupéfiante et largement réussie. La musique, notamment la basse (beau jeu d'ailleurs), puise ses racines chez les Sisters of Mercy, de même que certaines guitares au son cristallin et sec, mais également du côté de leurs compatriotes de Corpus Delicti au niveau du chant et d'une certaine forme d'intensité dramatique, décelable également dans le deathrock. L'ambiance de ce premier EP est profondément nocturne, c'est là sa beauté, on s'y installe donc confortablement même si l'ambiance n'y est pas joyeuse; cette mélancolie presque cold wave dans son dépouillement ('Dare me') serre la gorge mais c'est en elle que, plaisir masochiste, l'auditeur puise ce que l'on peut presque qualifier de réconfort (le summum étant la plage fantôme en fin de 'American chronicle'). Soror Dolorosa s'essaie également à des titres plus appuyés comme le bon 'Thousand clouds', peut-être mon favori, où une fois encore le parallèle avec Corpus Delicti s'établit. Contrairement à ces derniers pourtant, le groupe manque encore d'assurance et de charisme; il séduit sans affoler, convainc sans passionner entièrement même si les musiciens démontrent une maîtrise certaine de leurs ambiances (petit bémol quant à la batterie manquant de punch dans sa frappe). Rien de mal à cela, Rome ne s'est pas faite en un jour; ce Ep reste prometteur et j'avoue me réjouir à l'idée d'un album complet.

note       Publiée le mardi 9 novembre 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Severance".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Severance".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Severance".

born to gulo › jeudi 20 septembre 2018 - 21:35 Envoyez un message privé àborn to gulo

Rooh, fallait le dire, qu'ils avaient sorti un bon disque, au début !

Note donnée au disque :       
vincenzo › lundi 10 janvier 2011 - 22:41 Envoyez un message privé àvincenzo

Soror quoi ?

Solvant › lundi 10 janvier 2011 - 19:52 Envoyez un message privé àSolvant

Ils passent samedi aux Trois Baudets, sur le Bd de Clichy.