Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLord Belial › Unholy crusade

Lord Belial › Unholy crusade

10 titres - 54:01 min

  • 1/ Summon the legions
  • 2/ Unholy crusade
  • 3/ War of hate
  • 4/ Lord of evil spirits
  • 5/ Death is the gate – mors iannua bitae
  • 6/ Bleed on the cross
  • 7/ Divide et impera
  • 8/ Master of destruction
  • 9/ Night divine
  • 10/ And heaven eternally burns (realm of a thousand burning souls part II)

enregistrement

Enregistré en août 1998 à «Los angered recording studio».

line up

Dark (guitares et vocaux), Vassago (guitares), Bloodlord (basse), Sin (batterie).

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
dark metal

Lord Belial ne cherche visiblement pas à surprendre. «Unholy crusade» présente le même dark metal extrême que son excellent prédécesseur, toujours aussi vite, de mieux en mieux exécuté (la précision des musiciens est remarquable…), et toujours cette volonté d’intégrer l’ambiance et la mélodie sans laisser tomber la brutalité. Le groupe laisse plus ouvertement couler le heavy dans ses rythmiques et ses tensions, mais les mélodies se recentrent de plus en plus sur l’occulte et l’agressif. Elles perdent en intensité. A la recherche de l’efficacité purement coup de poing, le groupe suédois, sauvé par une maturité musicale encore accrue, semble, parfois, passer un peu à côté de sa propre musique. L’incontestable savoir-faire de composition aura été acquis, le temps de cet album tout au moins, au détriment d’une identité atmosphérique qui avait transcendé «Enter the moonlight gate». «Death is the gate» est de ce point de vue tristement révélateur. Riffs de sorcières, violence sombre, guitare acoustique, et le retour de la fameuse flûte, à dix secondes de la fin du morceau… mais tout cela ne s’élève jamais vraiment autant qu’on le souhaiterait. Pour autant, l’album est loin d’être de mauvaise augure, Lord Belial reste une bonne formation et continue de défendre la bannière d’un dark intègre et furieux comme peu d’autres en font. Les excellents passages ne manquent pas et au détour d’un solo ou d’un lead, les guitares atteignent une véritable beauté. La qualité est incontestable, mais on se demande dans quelle mesure le groupe est vraiment totalement sincère. A l’image des photos du groupe de plus en plus posing à mesure des albums, Lord Belial cherche peut-être un peu trop à nous signifier son énervement. Cela fait mouche dans l’excellent «Night divine», mais ce n’est pas toujours le cas. L’album est investi… mais il n’est pas très habité. Reste le dark metal de Lord Belial, aux lignes vocales parfaites, aux guitares sombres et violentes, à la puissance et à la vitesse imparables. Sans atteindre la magnifique ambiance de son chef-d'oeuvre, Lord Belial en offre tout de même avec ce troisième album un successeur de haute volée. Très gros 4...

note       Publiée le samedi 20 avril 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Unholy crusade" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Unholy crusade".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Unholy crusade".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Unholy crusade".