Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPProjekct One › Jazz Café suite 1997

Projekct One › Jazz Café suite 1997

3 titres - 50:40 min

  • 1/ Suite One (29:02)
  • 2/ Suite Two (15:13)
  • 3/ Suite Three (6:25)

enregistrement

The Jazz Cafe, Londres, Angleterre, 1-4 décembre 1997

line up

Bill Bruford (batterie, percussions), Robert Fripp (guitare), Trey Gunn (touch guitar), Tony Levin (basse, chapman stick, synthétiseur)

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
avant garde > musique improvisée

Des quatre entités à émerger de la fraKctalisation du King Crimson en double trio, j'ai toujours eu un faible pour ProjeKct One. C'est celle qui me semblait la plus apte à créer un pont entre cette sensation de danger en équilibre précaire, issu de ce désir impétueux d'improviser à l'aveugle, et les perspectives d'un avenir qui se construit dans le présent. Et puis, il y a Bill Bruford. C'était la dernière incarnation en date - mais on ne le savait pas encore - à laquelle ce gentleman allait prendre part. Tout ceux qui disent aimer le Roi Pourpre ont leur vision des choses, leur manière d'imaginer ce qu'il représente et ce qu'il incarne. Pour les uns, c'est avant tout son incroyable puissance, reposant tout entière entre les doigts agiles de Robert Fripp. Pour les autres, c'est le symbole d'un genre musical révolu. Pour moi, c'est plus que tout cela réunit. C'est surtout un état d'esprit. Une volonté immuable, et la faculté à réaliser ce saut de géant vers des territoires inconnus. Une prise de risque qui vous rend fébrile rien qu'à l'écoute des détours qu'osent prendre chacun de ses membres. ProjeKct One avait inmanquablement l'esprit du grand Crimson de 1974. Et la présence de Bruford n'est pas étrangère à cet état de fait. Il est encore plus phénoménal de se rendre compte que cette formule n'a existé que durant quatre petits jours, en concert au Jazz Café de Londres du 1er au 4 décembre 1997. On regrettera que le choix du Club ait été de nous proposer un montage de moments choisis issus de ces quatre dates sous la forme de trois suites plutôt que de nous proposer un témoignage fidèle d'une de ces quatre prestations. Malgré ou grâce à sa nature volatile, ProjeKct One s'évertua à ouvrir une brèche vers un ailleurs qu'on ne peut hélas définir qu'une fois qu'on y est. Le résultat n'a pas toujours été à la hauteur des espérances, mais quand ils y parvenaient, comme on peut l'entendre de temps à autres ici, il n'existe aucun mot qui puisse simplement traduire le degré des sensations que l'on ressent alors. Magique.

note       Publiée le jeudi 14 août 2003

partagez 'Jazz Café suite 1997' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Jazz Café suite 1997"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Jazz Café suite 1997".

ajoutez une note sur : "Jazz Café suite 1997"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Jazz Café suite 1997".

ajoutez un commentaire sur : "Jazz Café suite 1997"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Jazz Café suite 1997".

fracture › mercredi 20 août 2003 - 14:03  message privé !
Super, mais elle est introuvable ailleurs que sur leur site! Et j'ai cherché, crois-moi!
Progmonster › mercredi 20 août 2003 - 13:49  message privé !
avatar
"The Great Deceiver", paru en 1992, a déjà fait l'objet d'une réédition !
Note donnée au disque :       
fracture › mercredi 20 août 2003 - 13:47  message privé !
Cela n'arrête pas avec ces publications du collector's club. Dire qu'il y a pleins de choses intéressantes là-dedans, alors que je ne possède même pas encore le coffret Great Deceiver! Je pense le commander sur le site de DGM, mais il est introuvable dans le commerce. UNe 2ème édition de l'objet est-elle prévue?