Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTenhi › Folk Aesthetic 1996-2006

Tenhi › Folk Aesthetic 1996-2006

27 titres - 3:00:4 min

  • CD 1 - (Kertomuksia Demo 1997) - - 1/ Näkin Laulu (6:52) - 2/ Havuisissa Saleissa (9:18) - 3/ Tenhi (6:52) - - (Hallavedet MCD 1998) - - 4/ Hallavedet (7:38) - 5/ Hiljaiseksi Lampi Jää (8:12) - - (Airut:Ciwi MCD 2001) - - 6/ Tuulennostatus (1:50) - 7/ Kielo (10:42) - 8/ Ciwenkierto (6:26) - CD 2 - Alternatives And Unreleased - - 1/ Kausienranta (6:00) - 2/ Suortuva (7:31) - 3/ Etäisyyksien Taa (5:34) - 4/ Linnuit (4:00) - 5/ Tuulenkaato (5:04) - 6/ Sydänvalkea (4:26) - 7/ Kuoppa (4:21) - 8/ Korvenraivaajat (5:29) - 9/ Kielo (12:28) - 10/ Niin Auer Hiljaa Vie (7:36) - CD 3 - Kaski 1996-2006 - - 1/ Häie (4:14) - 2/ Luo Varjo (11:07) - 3/ Koiranlainen Peura (6:44) - 4/ Suruiksi Soi (8:54) - 5/ Sarahdus (6:36) - 6/ Tuuli Varista (7:42) - 7/ Laule (1:24) - 8/ Vasen (9:38) - 9/ Neidiie (4:00)

enregistrement

Utustudio, sauf premières démos et certains titres

line up

Ilmari Issakainen (guitare, piano, batterie, basse, percussions, voix), Tyko Saarikko (voix, piano, guitare, synthétiseur), Ilkka Salminen (guitare, voix, basse, batterie), Tuuka Tolvanen (voix), Juka Eerola, Eleonora Lundell (violon), Janina Lehto, Veera Partanen (flûte).

remarques

Le livret retrace les dix ans de carrière du groupe et inclut les paroles traduites en anglais ainsi que les illustrations (superbes) de Tyko Saarikko, illustrations d'ailleurs à la base de la vidéo réalisée pour Kausienranta et disponible sur http://utustudio.com/res/kausienranta.mov
Digipak cartonné 3CD, livret de 76 pages

chronique

Embrasser d'une écoute dix années de Tenhi, c'est remonter lentement le courant d'une carrière élégante et sans défaut dans sa mélancolie tantôt champêtre, tantôt enneigée, et toujours baignée d'une lumière éthérée et magique ; la mise en perspective des dernières oeuvres des magiciens finlandais en regard de Kauan (1999), premier album et pourtant déjà si abouti, et à l'influence égale à celle d'un Kveldssanger pour toute une frange d'artistes en pâmoison, ne pouvait que mettre en exergue leur évolution incroyable. C'est un chemin un peu différent qu'emprunte Folk Aesthetic, sans pour autant entamer l'aura des réalisations du groupe. La réédition des travaux originels de Tenhi, qui n'aurait pu être qu'une curiosité destinée aux fervents admirateurs sans l'adjonction de l'album-sans-l'être Kaski, permet bien mieux que la comparaison avec Kauan : dévoiler Tenhi à sa source, déconstruire sa magie, pour seulement constater qu'elle y survit et perdure. - (CD 1) - Un ami me confiait son émotion, encore visible malgré les années, à la découverte des premiers morceaux de Tenhi. "Les nouveaux Ulver", s'était-on exclamé à l'écoute de leurs démos des lointaines 1997 et 1998, "et des Ulver finlandais", et l'on pouvait entendre dans sa voix les lointains échos d'un moment d'histoire de la musique, aussi personnel soit-il. Je me souviens aussi, il y a quelques mois, de la cassette à la jaquette xerox qui m'était passée entre les mains et sous mes yeux émerveillés. Le dessin d'un cygne, selon toute probabilité celui de Tuonela, sur un lac forestier. Kertomuksia. Et l'édition cassette originale, une autre voix m'avait dit avec une fierté guère dissimulée. La cassette avait rapidement repris sa place dans son étui de protection, et en haut de son étagère, avec le soin accordé d'usage aux reliques sacrées. Il a fallu dix ans pour que les trois titres de Kertomuksia soient mis à portée d'un public autre que finlandais et confidentiel. Dans cette démo comme dans la suivante, Hallavedet, l'auditeur reconnaîtra sans mal des mélodies familières puisque reprises sur des albums postérieurs, débarassées de leurs nappes atmosphériques pas encore assez discrètes, leurs bruitages forestiers et leur mixage un peu pataud. Difficile d'imaginer un titre comme Havuisissa saleissa lorsqu'on écoute Maaäet, et pourtant peu surprenant, à y réfléchir, d'y trouver des claviers quasi-horrifiques, de la double-pédale et des murmures pas si éloignés du black metal... En contrepartie, Hallavedet recèle le charmant Hiljaiseksi lampi jää, qui indique assez clairement la direction progressive prise ensuite. Quant à la réédition si attendue de l'introuvable Airut:Ciwi, si l'on avait déjà entendu les titres Tenhi et Ciwenkerto sur Väre (2002), elle en ravira plus d'un - à la fois par l'incantatoire Tuulennostatus et par la singularité de ses instrumentations (didjeridoo, guimbarde) par rapport à la discographie plus récente du groupe. - (CD 2) -
Le second volet de la rétrospective Tenhi pourrait sembler valoir essentiellement pour ses versions alternatives plutôt que pour les quelques inédits révélés, mais l'on suspecte facilement que c'est l'absence de référence pour ces derniers qui donne cette impression. Face à la richesse instrumentale d'un Kausienranta, face à la tension des percussions invocatoires et aux spires et frémissements des cordes décrivant la lutte du Soleil vers le ciel, le minimalisme lunaire de Linnuit et Sydänvalkea peut paraître d'une certaine pâleur. Mais on ne pourrait rêver d'un meilleur choix de versions alternatives, ailleurs à l'intérêt très limité pour des artistes parfois majeurs, et ici tout juste - et toutes - magnifiques. Etäisyyksien taa émouvait déjà sur Kauan, mais sa poésie délicate n'en est que plus bouleversante encore au son lointain et chaud de deux guitares entrelacées ; on entend sur ces versions alternatives ce que l'on ressentait à certains instants de l'écoute de Maaäet : on entend le bois chanter. Un bois qui craque, grince et grésille, des versions plus rugueuses, dépouillées, presque plus naturelles, pourrait-on dire des voix s'élevant nues et des instrumentations débarrassées de leur écran d'effets. Derrière la richesse des atmosphères de Maaäet, sous l'écorce de son élaboration sonore, il n'y a donc que cela : cette force aussi directe et vitale que la sève courant au coeur du bois dur. L'inspiration sublime qui emporte toutes leurs prestations live, piano ou non, violons ou non. - (CD 3) - Le terme Kaski désigne la technique de brûlis, une technique de défrichage et de fertilisation du sol par incendie de la végétation abattue. Il correspond étonnamment bien à une collection de morceaux somme toute disparate, couvrant toute la décennie d'activité de Tenhi. Il ne s'agit pas seulement de la si fine palette de nuances, des tons de brun de la terre et du noir de la cendre, le rougeoiement du feu à travers la fumée épaisse et toutes ses nuances jusqu'au gris pâle du ciel, celles que l'on retrouve sur la toile du même nom de Järnefelt ; son sens va bien au-delà ; c'est le cycle des saisons, celui, plus lent, de la rotation dans l'usage des terres agricoles, c'est le rapport organique, plus complexe et profond, peu évident au premier abord, à la nature végétale comme animale, et encore au-delà, à la terre et tout ce qu'elle représente. (As above, so below, résumeraient certains.) Kaski est un album difficile, le plus ambient de tout Tenhi, nocturne, mais surtout profondément insaisissable. A peine là, glissant sur l'eau au travers de méandres marécageux, hanté par de lentes lamentations dont on ne sait si elles proviennent du vent, des vivants ou des morts. Les voiles ne se font jamais plus impalpables que lors de Samhain, lorsque l'obscurité et l'humidité gagnent le Nord - un autre temps du cycle agricole, correspondant à la fin des vendanges. Kaski s'ouvre sur un coucher de soleil aux ultimes rayons presque blessants, passe par un réveil en mi-teinte, une aurore obscurcie par les émanations de la terre brûlée ; un chant impromptu, court et joyeux, s'élève au coeur d'une accalmie, alors qu'à notre gauche, de l'autre côté du voile, les morts marchent vers le monde souterrain. Kuollut kävelee, kuollut kävelee...

note       Publiée le dimanche 16 novembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Folk Aesthetic 1996-2006".

notes

Note moyenne        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Folk Aesthetic 1996-2006".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Folk Aesthetic 1996-2006".

Arno › jeudi 25 février 2016 - 11:02  message privé !

Le titre "Savoie" fait tout le prix de l'album "Saivo"... C'est un bain de lumière au milieu d'un océan de tristesse...

Aladdin_Sane › lundi 19 décembre 2011 - 11:54  message privé !

Je termine mon tour de la discographie du groupe avec cette trés belle compilation.

Note donnée au disque :       
Khyber › jeudi 15 décembre 2011 - 15:27  message privé !

De mon côté franchement emballé par ce nouveau 'Saivo' - gros boulot sur les harmonies vocales & arrangements des cordes, piano en contrepartie beaucoup plus discret que par le passé.. Peut-être plus lent que Maaäet, plus recueilli et en même temps quelque chose de plus déchirant ici, j'ai l'impression. Bref, à suivre...

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › lundi 12 décembre 2011 - 17:33  message privé !

Je viens de commander le coffret Tenhi (de Kauan à Folk Aesthetic). L'hiver sera long, froid et glacial.

Note donnée au disque :       
Arno › lundi 12 décembre 2011 - 17:04  message privé !

Oui, moi aussi il m'a un peu déçu... Mais attention, j'ai eu la même impression avec Maäeet au début... Et maintenant je ne peux plus m'en passer... (Le premier morceau est quand même génial, avec ses ambiances fantasmagoriques... Les arpèges au piano m'ont fait pensé à Shadow of the Colossus)...