Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGThe Glimmer Room › Now We Are Six

The Glimmer Room › Now We Are Six

  • 2007 • A-Frame A-Frame 06 • 1 CD

cd • 11 titres

  • 1Fields Full Of Poppies (Live 05)6:52
  • 27077:07
  • 3Brown5:17
  • 4One Room Flat (Live 05)6:16
  • 5Without You I Would Have No One to Leave2:20
  • 6Hawfrost5:11
  • 7Christmas in Jonestown7:07
  • 8Unknown Substance6:09
  • 9Sweet Smell Of Cloves (Macondo Mix)3:54
  • 10Everyday I Die For Your Body (Live 05)9:34
  • 11Fields Full Of Poppies (Original Version)3:37

line up

Andy Condon: Synthé Nord et Korg, logiciels et programmation Mark OJ Simpson: Guitares et basses sur One Room Flat et Every Day I Die For Your Body

remarques

Pour plus d'info sur The Glimmer Room et entendre des extraits sonores, vistez le site web: http://www.theglimmerroom.co.uk/index.htm

chronique

Now we Are Six est le 3ième opus de The Glimmer Room, projet du musicien Anglais Andy Condon. Il s’agit d’une compilation de titres parus sur diverses compilations, ainsi que des extraits des concerts présentés au Festival d’Awakenings de 2005 et 2006.
L’intro carillonnée de Fields Full Of Poppies, enregistré lors du festival de 2005, capte l’attention. Flottants dans une masse dense au synthé moulant, les prismes sonores errent à débit feutré avant de se fondrent à un beat léger, grugé par un synthé vaporeux. L’approche est harmonieuse et les synthés soufflent une douce et enveloppante mélodie appuyée sur un tempo de plus en plus constant. Comme une trame sonore, le synthé scintille d’un romanesque mélancolique avant de fondre sur un tempo aux martèlements subtils et aux orchestrations mellotronnées d’un synthés mélodieux. Un superbe titre qui ouvre un opus aux superbes surprises, comme 707 avec de légers tintements échotiques dans un univers de percussions éclectiques. Une séquence se moule délicatement sur un tempo aussi langoureux que ses chœurs lancinants. Les notes voltigent en un axe rotatif, encadrant un synthé aux accords bouclés, comme un rêve sidéral. Un titre d’une douceur harmonieuse qui étale ses flammes sur Brown, où règne une douceur minimalisme légèrement saccadé, mais étrangement sensuel. Les séquences, dont l’écho dessine une basse réverbération, serpentent un beat hésitant et plus lent que sur 707.
Des accords vaseux, sur échantillonnages vocaux féminins, nous plonge dans le surréaliste One Room Flat; un titre lent aux douces émanations synthétisées où les sonorités d’une accordéon solitaire nous plonge dans un univers sombre et ringard. Après le ténébreux Without You I Would Have No One to Leave, qui semble emprunter les sentiers de Jarre nouveau genre, Hawfrost revient nous chercher avec de belles séquences lourdes et rondes sur un synthé d’une tendre retenue. Parlant tendresse, Christmas in Jonestown est le joyau mélodieux de cet opus. Beaux synthés agencés sur chœurs furtifs où les passages mélodieux se scindent aux différentes modulations. Une vraie merveille qui vaut l’écoute, c’est l’un des plus beaux titres que j’ai entendu cette année.
Unknown Substance change la tangente de Now we are Six, en apportant un beat enflammé sur séquenceurs nerveux, aux lignes saccadés, et un beau synthé sifflotant. La rotation syncopée est superbe et nous amène directement sur les planchers de danse. Un autre superbe titre. Plus lourd et martelé, Sweet Smell Of Cloves est un titre chanté avec percussions et effets sonores éclectiques sur un beat moulant. Le style de titre à vidéo clip et il passerait super bien. D’énormes pulsations statiques inspirent une intro éclectique métallique à Everyday I Die For Your Body. Graduellement, le tempo se moule sur une cadence plus homogène avec une tournure orchestrale tout à fait inattendue, où serpentent de belles lignes mélodieuses. Un titre aux mellotrons violonés où les léger riffs de guitares insufflent un souffle d’un disco remodelé par des percussions et passages hard techno. Un 9 minutes brillant où The Glimmer Room cogite avec ingéniosité sur des styles à mouvances corporelles aux structures aléatoires. La version originale de Fields Full Of Poppies est nettement plus ambiante et clôture à merveille une superbe collection aux idées musicales rafraîchissantes.
Plus j’y pense, plus Now we Are Six se défini comme l’opus idéal pour initier les timides au merveilleux monde de la MÉ. Pas trop ambiant, et fort mélodieux, c’est un superbe voyage musical où les sonorités éclectiques, les envolées synthétisées et les modulations séquencées fusionnent parfaitement aux approches soft techno, donnant un résultat d’une étonnante fraîcheur.

note       Publiée le samedi 28 juillet 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Now We Are Six".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Now We Are Six".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Now We Are Six".