Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLucie Cries › Semper ad alta

Lucie Cries › Semper ad alta

cd • 10 titres

  • 1La grâce et le glaive
  • 2Les fous de Messidor
  • 3L'acropole d'or
  • 4Vers les mines du Golgotha
  • 5Alcôves, sérénades et lumières
  • 6Le madrigal de l'elfe
  • 7Carthago delenda est
  • 8Les soleils félons
  • 9Abyssus Abyssum invocat
  • 10La sagrada familia

enregistrement

Studios Quasar, Rouen, France, fin août-début septembre 1994

line up

Olivier Paccaud (chant, basse), Stéphane Vignon (guitare), Frédéric Bertin (guitare), Marc Le Gigan (batterie), Loic Dauvillier (clavier)

remarques

chronique

Toujours plus haut ! Débordant d'énergie, Lucie cries qui enchaînent concert sur concert enregistrent leur second album en cette année 1994. Toujours plus haut ? Pour être honnête, le début de l'album m'avait peu convaincu à la première écoute; les trois premiers morceaux étaient certes bons, s'étaient même enrichis d'une petite touche de clavier sans perdre leur noirceur électrique, mais je les trouvais un peu trop typiques du style du groupe, dilués, sans y sentir la touche accrocheuse. Par contre, avec le génial 'Vers les mines du Golgotha', c'est une sacrée dose d'adrénaline qui explose d'un coup...Bon sang ! Une batterie roulante et tranchante comme un sabre, des sons bien glauques de synthé, une basse galopante, une rage et une énergie furieuse...que l'on retrouve également sur le superbe 'Carthago delenda est'. Le rythme est pêchu, les lignes à deux guitares jouissives, Olivier alterne chant mélodique et crié, le tout assaisonné d'une touche de clavier hantée, ça c'est de la musique ! D'ailleurs, curieusement, tandis que le début évoluait dans un registre plus mélancolique, le ton s'accélère nettement vers la fin. S'il est un brin moins colérique que 'Carthago delenda est', 'Les soleils félons' poursuit dans la même lignée gothic rock rapide et ça ne semble pas vouloir s'arrêter car 'Abyssus Abyssum Invocat' repart dans une noirceur épileptique terrible, la musique se tort dans un tourbillon de rage torturée habilement soutenu par le discret clavier. Toujours plus haut ! Le groupe s'y tient...si l'intro de 'La sagrada familia' est mélancolique, un roulement de batterie s'élève pour relancer les hostilités pour un final éblouissant, m'obligeant lui apposer un 4,5 et pas un simple 4.

note       Publiée le dimanche 26 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Semper ad alta".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Semper ad alta".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Semper ad alta".

MightyJayM › mercredi 28 février 2007 - 00:17  message privé !
Très très bon disque, moins immédiat que le premier, mais porteur d'une prise de risque appréciable. "Vers les mines de Golgotha" est effectivement démentiel ! Le chant gagne d'ailleurs beaucoup en maturité par rapport aux précédents opus.
Note donnée au disque :