Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTusk › Tree Of No Return

Tusk › Tree Of No Return

5 titres - 22:42 min

  • 01/ Tree of No Return
  • 02/ The Rising Terror, The Setting Sun
  • 03/ Lost in the Woods
  • 04/ Starvation Dementia
  • 05/ Ursus Arctus / Walk the Valley

enregistrement

Produit par Greg Norman.

line up

Larry Herwey - Laurent Lebec - Trevor Debrauw - Jody Minnoch - Noam Belkind

chronique

Styles
hardcore
new school
avant garde
metal extrême
progressif
Styles personnels
sombre et expérimental

Aux premières notes de "Tree Of No Return", on peut croire que les Tusk se seraient calmés en se concentrant sur leur side-project Pelican : même lourdeur, même riffing. On se trompe lourdement sur l'animal : les Tusk se sont tout sauf assagis. Là où "Get Ready" était un concentré de violence grindisante jouissive avec en prime une petite dose de subtilités (la mandoline, etc...) qui contribuaient d'ailleurs grandement à son charme, "Tree Of No Return" s'inscrit clairement dans la démarche opposée. La science de l'arrangement qui tue a pris le pas sur l'art du décrassage de tympans (même si ceux si s'en prennent quand même plein la gueule) : des blasts, il y en a, des riffs abrasifs aussi, mais cela n'est plus qu'un aspect parmi un autre de la musique des Tusk, plus expérimentale et noisy qu'auparavant - bien plus terrifiante, en fait, à commencer par la voix de Jody Minnoch, totalement possédé, alternants hurlements extrêmes et incontrôlés et voix claire nauséabonde à classer entre celle de Steve Austin et Jacob Bannon. Instrumentalement, c'est difficilement descriptible car très varié et déstructuré, mais on se situe dans une sorte de melting-pot maladif entre un Pelican déniaisé et les aspects les plus brutaux et expérimentaux de "Sadness Will Prevail" de Today Is The Day, "When Forever Coes Crashing" de Converge et "Sounds Of The Animal Kingdom" de Brutal Truth. Les 22 minutes de "Tree Of No Return" n'ont en effet définitivement rien à envier à ces trois disques niveau folie avant-gardiste ultra violente, nous mettant dans la peau d'un homme plongé quelque part dans l'Enfer Vert, perdant peu à peu la raison ("The Rising Terror, The Setting Sun" et "Lost in the Woods", alternant explosions de fureur grindcore et mammoutheries sous acides), jusqu'à abandonner ses derniers vestiges d'humanité ("Starvation Dementia") et retourner à l'état sauvage pur ("Ursus Arctus - Walk The Valley", final instrumental grandiose). Un voyage assez éprouvant pour les nerfs que ce deuxième album de Tusk, mais captivant au possible car desservi par un travail de composition absolument génial et progressif, ainsi qu'une production en béton; voyage que vous ne devriez pas regretter si vous êtes fan de tous les groupes précités, ou bien si vous cherchez un disque de hardcore grindisant extrêmement personnel et différent. Le troisième et dernier opus des Tusk devrait voir le jour d'ici peu : si il est à "Tree Of No Return" ce que ce dernier est à "Get Ready", le résultat risque d'être... tétanisant.

note       Publiée le mercredi 13 septembre 2006

Dans le même esprit, Powaviolenza vous recommande...

partagez 'Tree Of No Return' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tree Of No Return"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tree Of No Return".

ajoutez une note sur : "Tree Of No Return"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tree Of No Return".

ajoutez un commentaire sur : "Tree Of No Return"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tree Of No Return".

Cinabre › dimanche 31 mars 2019 - 15:09  message privé !

Faudrait que je re-essaie celui-là, tiens! A 18 balais, j'étais complètement fan de Get Ready. Je l'ai remis sur la platine récemment et ça me fait vraiment plus le même effet. Triste. Je vieillis.

microbe666 › dimanche 14 octobre 2018 - 17:04  message privé !

(le urban dictionary c'est cool. l'autre site "songfacts" je connais pas, je suis tombé dessus un peu au pif, et dans les commentaires y'a paul from washington dc qui dit qu'il n'avait jamais entendu ce mot dans ce sens là non plus)

Dun23 › dimanche 14 octobre 2018 - 16:18  message privé !

Ben merci pour les infos, je me coucherai moins con ce soir. Et merci pour les sites, vais encore perdre des heures, moi!

microbe666 › dimanche 14 octobre 2018 - 14:51  message privé !

https://www.urbandictionary.com/def... (2eme et 7eme def)

https://www.songfacts.com/facts/fle...

j'avais jamais entendu dans ce sens là non plus.

Dun23 › dimanche 14 octobre 2018 - 14:16  message privé !

Ça veut dire défense, d’éléphant ou de morse par exemple. En argot, après, peut être. Jamais entendu pour ma part. Dong, Wiener, Dick (comme Dick Rivers, Didier l'embrouille represent) oui, clairement mais tusk, nope! Mais si quelqu'un sait de source sure, qu'ils nous fasse signe, ça m’intéresse!