Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDoctor Nerve › Skin

Doctor Nerve › Skin

16 titres - 53:30 min

  • 1/ Plague (2:59) - 2/ Every Screaming Ear (0:17) - 3/ The Shameful Stain (4:52) - 4/ Preaching to the Converted (5:18) - 5/ Phones Where Your Tongue Is (0:05) - 6/ Nerveware No. 8 (2:36) - 7/ Little Johnny Stinkypants (6:51) - 8/ Don't Call Too Late My Husband's a Baker (3:22) - 9/ Beta 14 Ok (1:41) - 10/ In His Feet Were Burned Because of Many Waters (3:21) - 11/ Phones Where Your Guitar Is (0:13) - 12/ I Kick My Hand (3:31) - 13/ Dead Silence (5:23) - 14/ Ironwood (2:51) - 15/ Take Your Ears as the Bones of Their Queen (5:05) - 16/ Our Soldiers Are Soft Pianos (5:05)

enregistrement

Harvestworks, Sorcere Sound, Water Music, New York, USA, 1994

line up

Dave Douglas (trompette, truc baryton), Greg Anderson (voix, basse), Leo Ciesa (batterie, percussions), Nick Didkovsky (guitare, retro echoplex nostalgia), Yves Duboin (saxophone soprano), Rob Henke (trompette, voix), Michael Lytle (clarinette basse), Marc Wagnon (vibraphone, samples), Julie Joslyn (cris)

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
avant garde

Je veux voir en "Skin" le disque idéal qui permettra aux lecteurs curieux de Guts of Darkness de franchir le pas des musiques progressives d'avant garde. "Skin" est toutes guitares dehors. Le fidèle Leo Ciesa se met même à la double pédale ("The Shameful Stain" et le solo de batterie qu'est "Ironwood"), c'est vous dire... Pour le reste, Doctor Nerve reste fidèle à son optique, à savoir la pratique d'une musique foutrement complexe dans ses structures alambiquées où les mélodies aux harmonies inhabituelles sont promulguées par un ensemble de cuivre tonitruant pendant que Didkovsky et son vieil ami chargent et bourrent dedans comme jamais ("Dead Silence"). "Preaching to the Converted", titre éloquent s'il en est, parodie tous les plans bateaux des musiques black et métal dans un contexte inédit. Aussi hilarant qu'obsédant. Parallèlement à cela, Didkovsky n'oublie pas ses développements informatiques, avec sa nouvelle génération de programme, le Nerveparm.hmsl dont il soumet les compositions générées de manière aléatoire à un ensemble Doctor Nerve décidément apte à jouer, d'accord, tout et n'importe quoi, mais jamais n'importe comment ("Take Your Ears as the Bones of Their Queen") ! Faut dire que Doctor Nerve a une belle brochette de musiciens dont on parle finalement trop peu ; Nick Didkovsky, le guitariste et compositeur, bien sûr, qui, ici plus qu'ailleurs, montre qu'il est parfaitement à l'aise dans toutes les situations, adaptant son jeu tout en restant toujours fondamentalement lui-même. Belew et Fripp à lui tout seul. Il y a Dave Douglas dont j'ai déjà parlé, et qui deviendra énorme après ses collaborations successives avec John Zorn (notamment Masada). Le solide bassiste Greg Anderson, rien à voir avec Sunn, je vous rassure, au groove inaltérable. Le saxophoniste Yves Duboin, présent depuis la première heure et dont les stridences sont à même de faire de l'ombre aux plus respectés des bruitistes jazz. Enfin, et sans vouloir faire de l'ombre aux autres participants qui ne seront pas cités, comment ne pas parler du vibraphoniste Marc Wagnon qui est pour beaucoup dans la mise sur pied de cet univers musical paradoxal. Un disque bandant, à écouter toutes fenêtres ouvertes, histoire de bien en faire profiter tout votre voisinage immédiat.

note       Publiée le samedi 9 avril 2005

partagez 'Skin' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Skin"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Skin".

ajoutez une note sur : "Skin"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Skin".

ajoutez un commentaire sur : "Skin"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Skin".

blub › mardi 16 septembre 2008 - 09:56  message privé !

Malgré les avis mitigés je vais me risquer a jeter une oreille sur ce disque, la chro est bien bandante quand-même!!!

sergent_BUCK › lundi 26 mars 2007 - 17:23  message privé !
avatar
J'ai toujours du mal avec ce disque... ça fait plus d'un an que je l'ai choppé, écouté une demi douzaine de fois, mais rien à faire. Tout ça me semble bien poussif ; les structures ne sont pas assez évidentes, et la batterie sonne carrément mal (c'est vrai quoi, on dirait qu'ils ont utilisé une boite à rythmes d'y a 30 ans !)
Dans le même genre, je préfère largement Massacre... pour l'instant (affaire à suivre)
Note donnée au disque :       
saïmone › jeudi 7 juillet 2005 - 20:31  message privé !
avatar
Non, c'était pour savoir... (enfoiré va)
Note donnée au disque :       
Progmonster › jeudi 7 juillet 2005 - 19:30  message privé !
avatar
je vis avec, pourquoi ?
Note donnée au disque :       
saïmone › jeudi 7 juillet 2005 - 18:28  message privé !
avatar
Cela dit, c'est toujours ça, d'être attiré par les mêmes choses... toi aussi tu aimes les japonaises bisexuelles hardcore et maso avec des gros seins ?
Note donnée au disque :