Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTusk › The Resisting Dreamer

Tusk › The Resisting Dreamer

4 titres - 37:27 min

  • 01 – The Everlasting Taste Of Disguise
  • 02 – Cold Twisted Aisle
  • 03 – Life’s Denial
  • 04 – The Lewdness And Frenzy Of Surrender

enregistrement

Recorded and mixed by Greg Norman at Electrical Audio studios (during Pelican's "Fire In Our Throats Will Beckon the Thaw" sessions from midnight to five am) and Studio Greg Studios II.

line up

Larry Herwey, Laurent Lebec, Trevor Debrauw, Toby Driver, Evan Patterson

remarques

Ecoutable en streaming sur http://theresistingdreamer.com/

chronique

Voilà un album qui se sera fait attendre sa race. C’est le moins qu’on puisse dire. Chant du cygne – visiblement – de ce groupe traumatisant, je frétillais comme une pucelle à la simple idée de ce nouveau Tusk. Peut-être est-ce pourquoi je suis déçu as fuck par ce skeud – je l’ai trop et j’en ai trop attendu. Pourtant, ils nous avaient bien prévenus : Jody Minnoch (le chanteur donc) s’est cassé car il ne se reconnaissait plus dans la nouvelle orientation musicale du groupe, plus rock. Du violentissime « Get Ready » au terrifiant « Tree Of No Return », le ravalement de façade était déjà fort important – beh ici, il l’est tout autant, si ce n’est plus. En ce sens, j’avais raison dans la dernière phrase de ma chro de « Tree… », mais le résultat n’est pas nécessairement tétanisant. Plaisant, certes, tétanisant, non. Les 15 premières minutes (« The Everlasting Taste Of Disguise » et « Cold Twisted Aisle »), tu kiffes ouais. A bloc même. Tu te dis que ça a changé, que effectivement y’a presque plus de blasts, que les deux nouveaux chanteurs (Toby Driver de Kayo Dot et Evan Patterson des Young Widows) font leur taf avec folie et classe, que harmoniquement les riffs déchirent toujours, que la prod est toujours terreuse et organique. Que c’est lancinant, franchement beau, certes plus du tout furieux ni flippant mais que ça déchire bien. Puis viennent « Life’s Denial » et « The Lewdness and Frenzy of Surrender », pendant plus de 20 minutes – c’est beau, mais c’est chiant, plus de chant (à part quelques cris saturés très lointains au fond), plus de pêche, plus de riffs. Post-rock-shoegaze-chose, Pelican, je fais durer le larsen et HOP c’est fini. Là t’es blasé, tu te dis que t’as attendu un MCD plus qu’autre chose. Tu voulais un chef-d’œuvre – beh t’as 15 bonnes minutes de très bonne musique (sans être exceptionnelle), et 20 de remplissage. Bouuuuh ! Si seulement Pelican était resté un side-project… M’enfin. On serre les dents, et on apprécie les 15 premières minutes, car c’est visiblement les dernières que l’on n’aura jamais de la part de Tusk. Et on se repasse « Tree Of No Return » en boucle.

note       Publiée le dimanche 2 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Resisting Dreamer".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Resisting Dreamer".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Resisting Dreamer".

saïmone › vendredi 2 octobre 2015 - 11:46  message privé !
avatar

Chopé en vinyle y'a pas longtemps, la face A est quand même tellement balèze ! Pas encore réessayé le dernier morceau...

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › samedi 16 novembre 2013 - 02:03  message privé !
avatar

6/6 retroactif

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › lundi 12 octobre 2009 - 22:40  message privé !
avatar

Ptain je l'aime vraiment bien lui, surtout quand tu oublies les deux précédents..

Note donnée au disque :       
blub › samedi 16 août 2008 - 09:15  message privé !
du trés bon Pelican 6/6! hein? c'est du Tusk? alors là non 2/6! quoi? c'est les mêmes gars? ah! on s'en fout donc! ce skeud vaut 4/6! blague a part, je suis de l'avis général, les 2 titres qui ouvrent l'album sont bien cool, les voix bien sympatoches! perso j'aime bien la 3) progressive qui prend bien au tripes avec gueulantes a l'appui sur la fin, la 4) on oublie! 20min fort sympa donc...
Note donnée au disque :       
Powaviolenza › jeudi 6 mars 2008 - 12:50  message privé !
avatar
Les 15 premières minutes sont tellement bonnes que je rajoute une boule...
Note donnée au disque :