Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBionight › Egoheart

Bionight › Egoheart

  • 2002 • SynGate CD-R 2101 • 1 CD

6 titres - 54:51 min

  • 1/ Egoheart (8:40)
  • 2/ Technoflight (remix of Technofly) (6:45)
  • 3/ Timegod (9:02)
  • 4/ Campoalto (6:12)
  • 5/ Bionight (17:34)
  • 6/ Technofly (6:12)

line up

Sbrizzi FaBIO et Mac : Gem S3 Turbo workstation

remarques

La première édition, parue en 1999, était distribué par Bionight sur étiquette Bionight, le numéro était BNT001

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique berlin school
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Bionight, c’est l’union créative de Sbrizzi FaBIO et le mystérieux, ainsi que très sympathique, Mac, deux musiciens Italiens fortement inspirés par les effluves des longues tirades musicales séquentielles des années 70. Réalisé et distribué en 1999 sur une étiquette indépendante, Egoheart est leur premier opus et l’élément premier d’une trilogie comprenant Afterpost et Daybreak. Entièrement réalisé avec un Gem S3 Turbo Workstation, Egoheart est superbement mélodieux. Le genre d’opus qui séduira les fans de Musique Électronique, style Berlin School. Il est maintenant distribué par Syngate, et ce 2ième souffle permettra aux amateurs de découvrir enfin l’univers sonore à la fois harmonieux et audacieux de Bionight.
Une intro très flottante aiguise nos sens lorsqu’une ligne basse et ondulante souffle au travers nos hauts parleurs. Tranquillement, la pièce titre prend son envol sur un solide jeu de percussions qui martèle un rythme déviant et revient sur sa ligne initiale, embrassant une basse ronde et lourde. Sulfurants, les solos de synthé toisent des accords de simili guitares sur un rythme infernal qui monte et descend, tel une montagne russe cosmique. Un habile mélange de Michael Stearns entre le superbe Chronos et l’enivrant M’Ocean, deux classiques de MÉ tourbillonnante. Egoheart se termine dans le calme sifflotant des harmonies de sa ligne maîtresse. Un départ canon, qui dépeint assez bien l’œuvre entière. Une pièce trop courte et jamais assez longue. Technoflight est une douce ballade qui dévoile sa tendresse sur un synthé symphonique. Les notes virevoltent sur des doux accords d’une harpe céleste, enrobées de savoureux passages flûtés. Une version plus douce de Technofly qui ferme Egoheart avec une approche plus ‘’dance floor’’. Pulsé par une influence très Schulzienne, Timegod galope sur un mouvement linéaire lourd, agrémentée par de géniales percussions qui s’entremêlent à des notes saccadées. Les synthés, aromatisés de discrets chœurs, enveloppent ce rythme lourd et débridé. La basse y est superbe. Campoalto est un titre audacieux qui pousse les limites de la mélodie dans un champ plus complexe. Il vrille en spirale sur des notes limpides qui tombent avec l’effet de carillons. Un titre enchanteur où les accords de guitares, ainsi que les chœurs gutturaux, appuyé sur un séquenceur discret forment un étonnant boléro spatial. Un titre qui me rappelle Deep Ocean Vast Sea de Peter Murphy. Bionight, la pièce musicale, est la pierre d’assise d’Egoheart. La première partie est tout simplement superbe. Le rythme est fluide, filtrant de fines notes qui dansent sur un synthé suave. Les solos sont exigus et aigus et finissent dans des rythmes plus puissants, poussés par une ligne basse sensuelle et pénétrante qui, déjà, avait tracée son faible mouvement hypnotique. Tranquillement, le titre se dirige vers une portion plus atmosphérique qui interpelle les mouvements de Egoheart.
Voilà une agréable surprise. Le genre de cd qui accroche, tant par son côté mélodieux que l’audace de ses évasions atmosphériques et cosmiques. J’y ai trouvé des similitudes avec Schulze, Baffo Banfi et Neuronium, une belle brochette, mais le duo Italien garde un brin d’originalité. Bionight ne se contente pas d’imiter un style, une époque. Il y contribue par sa sonorité bien personnelle qui devrait plaire, tant aux néophytes, à cause des rythmes et harmonies, qu’aux purs et durs, à cause des loupes vrillantes et de la superbe pièce d’introduction qui colle aux tympans. Garanti.
Pour plus d'information, visitez le lien http://www.bionight.net/

note       Publiée le lundi 28 août 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Egoheart".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Egoheart".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Egoheart".

ForceMajeure › vendredi 21 septembre 2007 - 08:49  message privé !
A part la couverture ;o) ... Egoheart est un bon album de Mé. Le morceau le plus réussi, le plus original est à mon avis Timegod. Superbe. Egoheart, Campoalto et Bionight sont de bien belles compositions. Les 2 techno(flight et fly) sont de facture plus classique...
Note donnée au disque :       
boumbastik › jeudi 2 août 2007 - 11:37  message privé !
Empreznor : ouais ouais ouais, ègzakt, y'a du Canal + et du Colgate ! ! ! Merci pour ces infos, d'une importance capitale ;-)
empreznor › mercredi 1 août 2007 - 16:22  message privé !
alors comme ça je dirais Canal+ ou Colgate total...
boumbastik › mercredi 1 août 2007 - 15:38  message privé !
Connais pas la musique de Bionight (Bionight, sans déconner...), mézalor la pochette, lézami, la pochette... Elle me fait vaguement penser à un truc, familier pourtant, mais qui a du mal à remonter à la surface de mon inconscient... A moins que... Attendez... Si si si... ça commence à se préciser... Une marque de dentifrice ? De la lessive liquide ? Raaa, si vous pouviez m'aider sur ce coup, je vous en serais éternellement reconnaissant. Commentaire totalement gratuit, je plaide coupable. Mais cette pochette...
Aiwass › dimanche 12 novembre 2006 - 02:38  message privé !
Pendant un bref instant j'ai cru qu'on chroniquait des barrils de produit lessive sur Guts. Et en fait nan...