Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBionight › The art of friendship

Bionight › The art of friendship

  • 2005 • SynGate CD-R 2121 • 1 CD

7 titres - 59:37 min

  • 1 Visione 5:56
  • 2 The Art of Friendship 5:55
  • 3 Meditation in Yosemity 13:20
  • 4 Magma 9:44
  • 5 Apnea 11:25
  • 6 Sorridimi (Smile to Me) 5:03
  • 7 Crystal Mist 8:12

line up

Sbrizzi FaBIO et Mac : Gem S3 Turbo workstation

remarques

Pour en savoir plus sur Bionight et entendre des échantillons sonores, visitez le site web;http://www.bionight.net/

chronique

Après un excellent premier opus en Egoheart, Bionight s’est engouffré dans un style plus ésotérique, plus près du New Age. The Art of Friendship, 5ième opus du duo Italien, réinstalle Bionight sur les origines d’Egoheart….avec une touche plus romantique et une rythmique plus endiablée. Premier album d’une trilogie, The Art of Friendship entrecroise les styles qui vont de l’électronique lourd, mélodieux à saveur prog rock, par moment très rock, avec un faible zest d’une Berlin School refoulée dans ses bastions miroitants.
Angélique, Visione ouvre sur de fins chœurs cosmiques qui se moulent à un beau mouvement séquentiel aux cadences altérées par des rythmes impromptus. Un titre étrange, difficile à cerner qui transcende les frontières d’une MÉ moderne avec de lointains effluves d’une Berlin School. The Art of Friendship démarre en douceur. De fins arpèges solitaires faisant la cour au cosmos, avec de beaux arrangements orchestraux. Une orgue fantomatique mord cette berceuse sur un lourd mouvement séquentiel. La batterie explose et le synthé épouse les formes d’une guitare aux riffs lourds et traînants, enjoignant un cercle synthétisé d’une lourdeur sauvage et très rock. Du Deep Purple électronique. Meditation in Yosemity rejoint un peu plus les terroirs d’une MÉ. Une belle intro où les accords scintillent sur un séquenceur gambadeur. Entre le rythme et l’atmosphérique, le mouvement reste ambiguë et conserve une beauté chimérique qui évolue sur un rythme plus insistant, sans jamais s’évader de son sentier rêvasseur. Complexe et beau, c’est un des titres qui se rapprochent le plus près d’une Berlin School aux intonations entre Schulze et TD. Avec un titre semblable, on doit s’attendre à ce que Magma chauffe la cabane. Eh bien c’est le cas. Lourd tourbillon séquencé qui tourbillonne sur un clavier aux accords nerveux, Magma est d’une lourdeur cataclysmique, mais conserve toujours cette approche mélodieuse qui est si chère à nos compères Italiens. J’aime bien la fonte de l’énergie magmatique qui se calme sous de fines notes d’une harpe désillusionnée et d’un synthé agonisant. Lourd, étourdissant et puissant Magma démontre toute la puissance sonore de Bionight. Sorridimi est dans la même veine, quoique moins tempétueux et plus exalté. Léger Apnea sautille avec des accords cristallins ceinturés d’un synthé à la fois lyrique et méphistique. Une cadence en cascade qui tourbillonne comme un véritable carrousel aux prismes poétiques. Crystal Mist est à l’image de son titre. Un brouillard de cristal qui s’évapore doucement au travers maints arpèges aux harmonies romanesques. Beau, parfait pour se laisser séduire par les souffles de Morphée. On ferme les yeux et on se laisse transporter par une vague cosmique teintée d’une nostalgie qui remue de vieilles cendres. J’aime bien ce retour de Bionight dans les cercles magiques de la MÉ. Sans être un album génial The Art of Friendship réunit tous les éléments d’un album idéal pour tenter les oreilles vers un nouvel art musical. Un beau 4 boules.

note       Publiée le vendredi 29 mai 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The art of friendship".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The art of friendship".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The art of friendship".