Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSupersilent › 1-3

Supersilent › 1-3

13 titres - 187:40 min

  • 1/ 1.1. (29:00)
  • 2/ 1.2. (5:08)
  • 3/ 1.3. (13:54)
  • 4/ 1.4. (15:51)
  • 5/ 2.1. (13:44)
  • 6/ 2.2. (9:25)
  • 7/ 2.3. (5:22)
  • 8/ 2.4. (6:23)
  • 9/ 2.5. (27:07)
  • 10/ 3.1. (9:53)
  • 11/ 3.2. (7:05)
  • 12/ 3.3. (24:47)
  • 13/ 3.4. (20:01)

enregistrement

Audio Virus Lab et Athletic Sound Studio, Norvège, 15-17 août et 1-2 septembre 1997

line up

Helge Sten (audio virus), Ståle Storløkken (claviers), Jarle Vespestad (batterie), Arve Henriksen (trompette)

remarques

chronique

... je ... je vais tout vous raconter! Le premier jour de ma détention... Il n'y a pas de mots pour décrire cela... Quand je repris conscience, c'était pour me rendre compte qu'ils se livraient à des expériences sur moi... Je vous le dis comme je le pense ; j'aurais préféré ne jamais me réveiller ! Comment y ai-je survécu, je ne me l'explique toujours pas... J'étais pieds et poings liés. Chaque centimètre carré de mon corps relié, à travers toute une série impressionnante de câbles, à une machinerie infernale dont le scintillement des rares indicateurs constituait l'unique source lumineuse m'interdisant de sombrer à jamais dans les ténèbres. Il y avait un bruit infernal dans cette pièce ; c'était pire que tout ce qu'un esprit humain pourrait bien s'imaginer. Le clignotement des lumières était le témoin des impulsions violentes auxquelles mon corps était soumis. Tout n'était que souffrance... Je crois me souvenir avoir été incapable d'entendre mes propres cris dans ce vacarme épouvantable. J'avais un goût de sang dans la bouche. Un goût de métal aussi. Chair et électronique ne faisaient plus qu'un... Ou tentaient de l'être. Cette douleur vive était la nature même du conflit. C'était interminable. Le deuxième jour, je ne pourrais dire si mes tortionnaires ont été plus tendre avec moi ou si j'ai simplement fini par prendre le pli de leurs traîtements particuliers. Pour faire ce qu'ils m'ont fait, ils ne devaient avoir aucun respect pour qui je suis. Par contre, ils en avaient pour ce que je représentais à leurs yeux ; de la matière organique, rien de plus ni de moins... Un terrain de jeux où ils pouvaient s'abandonner à leurs penchants les plus pervers. Il ne me semble pas qu'il y ait eu la moindre suite logique dans leur manière de procéder ; on aurait dit qu'ils improvisaient. Le troisième et dernier jour, ils ont certainement dû m'emmener dans une pièce nettement moins exiguë. Les sons que je percevais alentours me paraissaient provenir de plus loin. Les expériences allaient toujours bon train mais à ce stade, je crois bien que j'avais alors perdu tout contrôle sur mon être. Je répondais machinalement aux stimuli qui m'étaient envoyés, et... J'ai presque de la peine à me l'avouer aujourd'hui... Je pense que j'ai fini par y ressentir une certaine forme de plaisir. Au bout d'un moment, mon attention s'est portée sur le silence tout relatif qui s'était peu à peu instauré. Débarassé de tout désir de résistance, je ne m'étais même pas rendu compte que j'étais désormais libre de mes mouvements. C'est alors que j'entrepris de m'évader. Ce fût sans peine ; les corridors de cette forteresse inconnue étaient désespérement vides, désertés par ses locataires. Et c'est en titubant que je parvins jusqu'à la porte de sortie d'où s'échappait une lumière blafarde. Quand j'ai ouvert la porte, je me suis évanoui. À partir de là, je n'ai plus aucun autre souvenir. J'ignore de quelle bande de fous j'ai été la victime. Sans doute ne le saurais-je jamais. Et quoi qu'il puisse arriver désormais, une chose est sûre ; je ne suis plus le même homme.

note       Publiée le mercredi 9 août 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "1-3" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "1-3".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "1-3".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "1-3".

Sartoris Envoyez un message privé àSartoris

La référence à Big Fun, Bitches Brew ou Circle in the round est plus palpable vers les disques 5 - 6 ou 7 selon moi. Pour ceux-ci, j'entends une légère filiation avec du jeune Zorn.

Le Gnomonique Envoyez un message privé àLe Gnomonique

Etonnant qu'il n'ait pas suscité plus de commentaires celui-là. Dans la catégorie "disques brontosaures" il se pose là le coquin. Le titre 1.3 est un peu ce qu'aurait été Merzbow si j'avais aimé Merzbow. Je les réécoute tous ces derniers jours et ma préférence pour leurs débuts ne se dément pas. Le batteur abattait un labeur phénoménal et j'avoue avoir un peu décroché après le 8 même si leur musique reste belle.

Note donnée au disque :       
A.Z.O.T Envoyez un message privé àA.Z.O.T

Un bon gros parpaing nordique à s'envoyer (ca marche aussi pour kesto de pan sonic remarque) , c'est dense, très dense. Pour avoir eu la chance de les avoir vu en live gratuitement, rien ne vaut le rendu live (ce batteur !)

Eas Envoyez un message privé àEas

l'accomplissement moderne de la démarche entreprise par le miles de big fun ou Bitches Brew ? quoiqu'il en soit, ce triple album m'a appris une chose : que l'extrême de l'intensité et de l'incandescence rejoint à sa pointe la froideur de l'abstraction. flippant et éprouvant

Note donnée au disque :       
kama Envoyez un message privé àkama
La 1ere piste de ce truc est presque insuportable, mais qu'est-ce que c'est bon!