Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEnvy › A dead sinking story

Envy › A dead sinking story

9 titres - 62:52 min

  • 1 Chain Wandering Deeply
  • 2 Distress Of Ignorance
  • 3 Evidence
  • 4 Color Of Fetters
  • 5 Unrepairable Gentleness
  • 6 Go Mad And Mark
  • 7 A Conviction That Speeds
  • 8 Seasons And Onlivion
  • 9 A Will Remains In The Ashes

line up

Tobita, Nakagawa, Nobukata, Dairoku, Tetsu

remarques

chronique

Styles
hardcore
screamo
pop
post rock
Styles personnels
screamo

Envy est un groupe de vieux ados, ça on l'a bien vu (et surtout entendu). Toujours en évolution, il continue la quête du saint screamo, en s'éloignant de ses bases toujours un peu plus chaque jour, lui insufflant un peu d'air frais (le bougre en avait bien besoin) au passage. "A dead sinking story" est l'aboutissement temporaire d'un style forgé il y a de cela 8 ans (déjà !), à savoir un hardcore eminament intense et mélodique, hurlé et déchiré. Toujours plus loin, plus profond, de disques en disques nos japonais gomment la prédominance colérique pour laisser place à de magnifiques arpèges en son clair, quasi post rock, planant, mélancoliques. Mais ne partez pas ! Envy reste Envy, et ses éclats d'intense violence mélodiquement exquis tiennent toujours le haut du pavé; mais dorénavant, ils dorment avec la beauté, non pas sur leurs genoux, mais à leur côté, allongée de toute ses cambrures sur le lit. Et l'écoute de "A dead sinking story" sonne l'évidence: Envy a crée le scream-pop. Difficile de résister à ces riffs imparables, à cette voix écorchée vive, en feu, en sang, et ces longs moments de recueillements, évoquant parfois un folk minimaliste arpègié de chez Constellation. Impossible d'éviter cette alchimie, ce parfait dosage entre rage et désespoir, hymne pop et furie screamo. Pourtant, Envy a un problème: la linéarité. Le même schéma, l'alternance "moment déchiré - je chiale - moment calme - je chiale - moment bourrin - je chiale" est trop systématique, et c'est assez fatigant de devoir l'écouter une heure durant. Bien entendu, il vaut mieux écouter le même truc génial et ultime pendant une heure qu'une daube pendant 10 min, je suis d'accord. Néanmoins, ce bloc d'énergie pur s'avère assez rebutant, difficile à écouter d'une traite, car trop monolithique (le mot du moment, profitez-en !) et rébarbatif (mais que viens faire ce titre ambiant de 5 min qui casse totalement l'ambiance ?). Vraiment dommage, car on tient là une perle hardcore, ou devrais-je dire une rose (oui, vous me voyez venir, je le sais), à l'allure et à l'odeur aussi belle qu'elle s'enfonce dans notre chaire.

note       Publiée le lundi 19 décembre 2005

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A dead sinking story".

notes

Note moyenne        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A dead sinking story".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A dead sinking story".

Shelleyan aka Twilight › samedi 20 février 2021 - 10:53  message privé !
avatar

Ecouté hier chez un pote, c'est plutôt bon.

Jacques Capelovici › jeudi 19 janvier 2012 - 10:13  message privé !

"il continue la quête du saint screamo, en s'éloignant de ses bases toujours un peu plus chaque jour, lui insufflant un peu d'air frais" Est-ce screamo glacée ?

Int › mercredi 23 novembre 2011 - 20:27  message privé !

L'un des seuls disques de plus de 60 min sur lequel je ne ressens aucune baisse de niveau. C'est assez monstrueux. D'habitude, quand le disque dépasse 40 min, y'a toujours un petit fléchissement, là non.

Note donnée au disque :       
MachO))) › dimanche 17 mai 2009 - 00:54  message privé !

Raein viennent d'italie, pas d'espagne.

saïmone › mardi 12 mai 2009 - 09:23  message privé !
avatar

Chain Wondering Deeply, bougre

Note donnée au disque :