Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCircle Takes The Square › As the roots undo

Circle Takes The Square › As the roots undo

8 titres - 44:06 min

  • 1. Intro
  • 2. Same Shade As Concrete
  • 3. Crowquill
  • 4. In the Nervous Light of Sunday
  • 5. Interview at the Ruins
  • 6. Non-Objective Portrait of Karma
  • 7. Kill the Switch
  • 8. A Crater to Cough In

line up

Kathy • basse et chant Drew • chant et guitare Jay • batterie

remarques

chronique

Styles
hardcore
screamo
progressif
rock
Styles personnels
post screamo ?

Incroyable mais vrai: il est possible de jouer du screamo sans bêtement copier Envy. On n'y croyait guère, et Circle take the square arrive avec ses gros sabots pour démonter nos anciennes certitudes. Mieux que ça, CTTS vient même nous prouver que le screamo peut être barré, barge et poétique, intense et mélodique. CTTS c'est sans aucun doute l'une des plus grosses tueries du style qu'il m'ait été donné d'écouter. Déjà, l'artwork est magnifique (signé par le chanteur / guitariste, éminent graphiste cf interview dans Versus #2), avec un digipack qui s'emboîte façon "lettre", doublés de dessins magnifiques, étranges, fantasmagoriques. Et quand on met l'album dans la platine, c'est la claque. Le trio (oui, ils ne sont que trois) nous déverse des torrents de désespoir dans un magma de voix, de cris, de chuchotements, de chants (faux, mais c'est le style qui veut ça) sur fond de hardcore barré moderne aux structures complètements folles, avant de s'embarquer sur du folk / post rock qui déboucherait sur le l'émo pur jus, copulerait avec des blasts beats et de la noise façon Sonic Youth, tout ça dans le même morceau. Intense, je vous disais. Le traitement des voix est particulièrement excellent, où nos trois amis se mettent à chanter en même temps, où le guitariste hurle, le batteur chuchote et la bassiste - à la voix punk du meilleur effet - scande des textes excellents, oniriques, poétiques, surréalistes et - pour une fois - intelligents. Quand cet entremêlement de voix se lie aux mélodies screamo déchirantes, la schizophrénie n'est pas loin. Et puis, ces montées en puissance, lentes (l'incroyable "a crater to cough in", 8 min de développement progressif jusqu'à l'orgasme), ses longues descentes façon complaintes d'un ex-suicidaire ("Kill the switch", 9 minutes de montagnes russes finissant sur l'apothéose d'un ralentissement s'enchaînant sur le précité "a crater to cough in")... CTTS, c'est du screamo progressif, c'est puissant, original, intense (c'est rien de le dire), mélodique, planant (de nombreux passages post rock - mais pas mou), sombre, complexe (inutile de chercher un refrain ou un couplet, les structures sont labyrinthique), beau, triste, violent, déchirant (putain, cette voix !). Si je ne mets pas le 6/6, c'est parce que je mise sur le prochain album qui sera, espérons-le, du même acabit que cette petite bombe à ne pas mettre entre toutes les mains. Génial. Un de mes albums favoris de 2003.

note       Publiée le jeudi 7 juillet 2005

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "As the roots undo" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "As the roots undo".

notes

Note moyenne        18 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "As the roots undo".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "As the roots undo".

Heptapus › mercredi 11 janvier 2012 - 17:11 Envoyez un message privé àHeptapus

En concert ce weekend au Glazart (+ d'autres dates françaises dans leur tournée).

Note donnée au disque :       
Spektr › dimanche 11 octobre 2009 - 11:07 Envoyez un message privé àSpektr

Je veux un nouvel album bon sang !!

Note donnée au disque :       
Painkiller › jeudi 23 avril 2009 - 20:20 Envoyez un message privé àPainkiller

J'ai l'album depuis des années, bon allé j'en lance une au hasard "Crowquill" ... heu non ça passe pas, la voix est faible. J'vais me remettre du Comeback Kid.

Note donnée au disque :       
Gloubi › jeudi 23 avril 2009 - 19:55 Envoyez un message privé àGloubi

Personnellement , je prend pas sa comme une tentative de meler Screamo et Prog , mais plutot de pousser la furie et le bordelisme (pas d'autre mot pour decrire) du screamo a son paroxisme . Un peu comme Orchid en fait . Le resultat est ultra brutal , j'aime enormement les echanges entre les deux chants .

Ce disque a le default de ses qualités , c-a-d que c'est hyper varié , on s'ennuie pas . Mais d'un autre coté , j'aurais aimer que le zenith des morceaux soit plus devellopper , que sa monte en intensité . Mais bon , sa reste de tres haut niveaux.

5/6

Note donnée au disque :       
michel rocard › vendredi 5 septembre 2008 - 02:03 Envoyez un message privé àmichel rocard
C'est le disque parfait pour les fans de Dream Theater refoulés (notez que j'aime Dream Theater, enfin certains albums).
Note donnée au disque :