Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEnvy › From here to eternity

Envy › From here to eternity

11 titres - 33:53 min

  • 1/ limitation
  • 2/ trembled
  • 3/ a vicious circle, again
  • 4/ compensation
  • 5/ off
  • 6/ crusaders
  • 7/ for you who died
  • 8/ black past
  • 9/ grey wind
  • 10/ carved numbers
  • 11/ 444 words

line up

nakagawa, tobita, nobukata, tetsu, dairoku

remarques

chronique

Styles
hardcore
screamo
Styles personnels
screamo

Je connais assez mal la discographie d'Envy... leurs disques étant vraiment difficiles à trouver en France. "From Here to Eternity" est, parait-il, leur premier album. Et je n'en douterais pas, car ça se ressent vraiment, surtout en comparaison aux autres albums du groupe. Envy, donc, le fameux, celui par qui le screamo fut popularisé et maintes fois copiés sans jamais - jamais - être égalé (laissons la paternité du style à Uranus, peut être le vrai créateur du style). Sur ce premier jet, donc, nos japonais enquillent les "clichés" habituels du groupe débutant, plein d'avenir et de talent, mais avec toutes les petites maladresses inévitables. Pleines de rage adolescente, les compos font dans le brutal déchirant (les capacités vocales de tetsu ne sont plus à prouver), avec l'esquisse des mélodies qui feront leur succès, mais avec ce côté hardcore "basique" (batterie speed en binaire, riffs simplistes) qu'ils perdront au fil du temps. Les longues complaintes en son clair sont déjà là (le magnifique "compensation"), la batterie qui "sursaute" (comprennent qui peu) aussi, tandis que les guitares commencent à tisser des toiles de mélodies imparables dans un style très émo, doublé par un son cru et saignant, et bien entendu la voix irremplaçable de tetsu. Plutôt que de parler de screamo, j'aurais envie de parler d'émo-hardcore haineux, suicidaire et déchiré, violent et désinvolte comme la jeunesse tokyoïte. On n'en est pas encore à la qualité d'écriture des futurs albums, mais la personnalité du groupe est déjà énorme (vous ai-je parlé de ce chanteur charismatique ?), et cette rage adolescente dont je parlais plus haut à ce charme nippon - c'est à dire sans aucune retenue ni pudeur - auquel je ne peux résister. Un très bon début.

note       Publiée le jeudi 7 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "From here to eternity".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "From here to eternity".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "From here to eternity".

kama › mardi 25 octobre 2005 - 23:59  message privé !
Screamo is an answer to metal. I can cry and scream at the same time.
Note donnée au disque :       
zen › vendredi 9 septembre 2005 - 22:24  message privé !
très bon "début", emo/hardcore assez classique mais déjà on sent la personnalité du groupe même si ça reste bien influencé par la scène française de l'époque... je pense que les deux EP suivants sont ce qu'ils ont sorti de mieux. Le disque précédent est quand même à réserver aux fans je pense.
Tomas Chatterton › lundi 29 août 2005 - 00:16  message privé !
deja presque parfait!
Note donnée au disque :       
bemyguest › samedi 9 juillet 2005 - 14:20  message privé !
pm>oui, voila, la premiere fois on ne sait jamais trop comment faire. Le depucelage tout ca... Pour donner quelques precisions sur ce second -j'insiste- album, il existe aussi une version vinyle, totalement identique a celle cd, aujourd'hui epuisee et difficilement trouvable en occasion, meme ici. Ne pas oublier que c'est aussi un album de transition, entre la periode "old school" du groupe et celle "emo", connue par tous. idem pour moi, je lui mets 4/6. Le ep qui suivra sera d'un autre niveau. Envy prendra sont envol dans l'archipel. Les fabuleux concerts de cette epoque restent les experiences lives les plus intenses que j'ai pu connaitre.
Note donnée au disque :       
miho › samedi 9 juillet 2005 - 13:52  message privé !
Sympa, mais un peu décevant. C'est vrai qu'on sent assez que c'est un premier album... Le problème vient de la qualité assez inégale des compos, les moments forts succèdent aux passages plats et la voix est un peu trop linéaire à mon goût (après c'est vrai qu'il est bien puissant comme chanteur, mais ça ne fait pas tout). Cela dit, ça m'aura en tout cas donné l'envie d'écouter la suite, avec même une certaine impatience, tant le potentiel du groupe semble prêt à vous péter à la gueule.
Note donnée au disque :