Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSigh › Gallows gallery

Sigh › Gallows gallery

10 titres - 44:38 min

  • 1/ Pale monument
  • 2/ In a drowse
  • 3/ Enlightenment day
  • 4/ Confession tout be buried
  • 5/ The tranquilizer song
  • 6/ Midnight sun
  • 7/ Silver universe
  • 8/ Gavotte grim
  • 9/ Messiah plan
  • 10/ The tranquilizer song (david harrow remix)

enregistrement

Enregistré au studio Moopies/Studio Sarasvati entre aout 2004 et juin 2005. Produit par Sigh.

line up

Satoshi Fujinami (basse), Junichi Harashima (batterie), Shinichi Ishikawa (guitare), Mirai Kawashima (chant, claviers, cithare), Killjoy (voix, narration); Gunface (guitare solo); Bruce Lamont (saxophone); Matatron (Narration); Paul Groundwell (guitare solo)

Musiciens additionnels : Gus G (guitare solo), Niklas Sundin (guitare solo)

remarques

Le texte joint au CD promo précise que ce disque traite notamment des techniques de guerre abominables expérimentées pendant la seconde guerre mondiale. Peut-être ce point donne t-il une autre dimension a l'album, mais la version promo envoyée ne contient pas les textes... dommage.

chronique

Styles
metal
ovni inclassable
Styles personnels
manga metal

Bon... Sigh a toujours été spécial, sens du kitsch obligatoire pour qui souhaite adhérer. Mais pour "Gallows Gallery" il va vous falloir beaucoup plus. Ce nouvel album aligne déjà plusieurs défauts récurrents et peu surmontables : le son tout d'abord, totalement raté, un mixage nullissime : les guitares y sont surcompressées sans doute pour plus de lourdeur (résultat : bontempi des ténèbres), la batterie est en plastique (enfin non : la grosse caisse est sans doute un alliage savant de caoutchouc et de chamallow)... et puis il y a le chant de Mirai : honteux. Ben oui, honteux... car le père Mirai a déjà prouvé dans le passé son sens musical, sa culture du heavy, et sa capacité à user d'une voix black sans charme, mais supportable; ici, le leader givré du désormais quatuor nippon se lance dans une tentative légèrement "clean" et mélodique constituée d'une superposition de deux ou trois voix batraciennes et vaguement harmonisées : une telle laideur à la tête de lignes de chant hystérico-stupides directement inspirées des génériques Manga 80's (les très mauvais....) confine à l'incompréhensible... jusqu'à ce que quelques rares tentatives fassent mouche comme sur le très correct "Enlightenment day" et que l'on réalise alors que Mirai s'est tout simplement planté. Mais s'il n'y avait que ça : là où les riffs de Sigh brillaient jusqu'alors par leur passéisme nostalgique et leur sens de l'efficacité, ceux qui composent ce "Gallows Gallery" ne sont que platitude, banalité et confusion du son; là où Mirai était derrière ses claviers un véritable démiurge du grandiloquent et du baroque japonisant, il se montre aujourd'hui majoritairement commun, se contentant de superposer sa ligne à l'air de guitare qui passe où d'hammondiser dans tous les sens; certes il lui reste de nombreux coup de folie jouissive (ses arrangements sur "In a browse" entre autres), mais sur combien de tartines de margarine sans sel ? Exception faite des merveilleux ovnis nocturnes que sont "The tranquilizer song" et "Gavotte Grim", où l'on retrouve tout le lunaire du groupe, ce nouvel album de Sigh échoue partout là où, jusqu'ici, le groupe avait su exceller, en dépit des nombreux écueils. Attention, l'album n'est pas vide de quantité, mais de qualité. Des arrangements, des choeurs, violons, saxo, passages bizzaroïdes, bruits, sons improbables : y a pas à dire, Sigh travaille toujours autant, et possède toujours ce sens si particulier du "batteur de merde", même si c'est désormais à la basse que Satoshi (oui, je sais, je l'ai déjà faite sur la chro d'Imaginary...). Mélodiquement, tout ce qui passait ne passe plus, ce qui nous faisait rire nous voit plutôt navrés... trop peu de grilles qui marchent, pas de breaks convaincants... non, non, et non! A l'opposé de ses albums précédents : Sigh nous prouve qu'il y a bel et bien des limites.

note       Publiée le jeudi 17 novembre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Gallows gallery" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Gallows gallery".

notes

Note moyenne        11 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Gallows gallery".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Gallows gallery".

Seijitsu Envoyez un message privé àSeijitsu

Je l'ai trouvé imbitable. De loin leur moins bon.

Note donnée au disque :       
Jacques Capelovici Envoyez un message privé àJacques Capelovici

Leur dernier - In Somnophobia - est grandiose

taliesin Envoyez un message privé àtaliesin

Tout à fait d'accord, Sigh c'est un peu l'art de rendre le kitsch magnifique !

Note donnée au disque :       
Seijitsu Envoyez un message privé àSeijitsu

J'en remets une couche quelques années plus tard, mais il est honteusement sous estimé ce Gallows gallery. Une pure usine à tubes de manga metal. Il n'y a que les Japonais pour réussir à rendre jouissive une musique aussi ridicule et aberrante. Alors c'est peut être moins ambitieux que les albums précédents, mais c'est aussi encore plus addictif. Ce disque, c'est un peu ce qu'aurait pu être le speed melo s'il avait été digeste et malicieux. Ah Sigh...

Note donnée au disque :       
Seijitsu Envoyez un message privé àSeijitsu

Oui très bon celui là. Meilleurs que les deux suivants à mon goût en plus. D'ailleurs, quelqu'un compte se charger du petit dernier ? Et tant qu'à faire, pourquoi ne pas chroniquer aussi Scenario IV ? :)

Note donnée au disque :