Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAtlas › Bla vardag

Atlas › Bla vardag

cd | 8 titres

  • 1 Elisabiten [7:12]
  • 2 På Gata [14:10]
  • 3 Blå Vardag [6:56]
  • 4 Gånglåt [2:52]
  • 5 Den Vita Tranans Väg [7:18]
  • 6 Björnstorp [6:17]
  • 7 Hemifrån [7:50]
  • 8 Sebastian [4:31]

enregistrement

Studio Bellatrix, av Hasse Palsson, Suède, 1979

line up

Björn Ekbom (orgue, piano, synthétiseur, clavinet, mellotron, Fender Rhodes), Erik Björn Nielsen (synthétiseur, mellotron, Fender Rhodes, orgue, piano), Micke Pinotti (batterie), Uffe Hedlund (basse, guitare), Janne Persson (guitare, percussions)

chronique

C'est pas mon genre de cracher dans la soupe ; mon intérêt plus qu'évident pour la cause progressive n'est plus à prouver. A cela, j'aimerais néanmoins ajouter que mon avis sur le sujet, bien que subjectif, s'est toujours démarqué des opinions communément admises, non pas par principe, mais par réelle conviction. Les visions que je défends sont les miennes et je me fais un point d'honneur à défendre les causes perdues quand il me semble qu'elles en valent la peine. Ce n'est pas du progressif en tant que tel dont je parle ici, mais bien des groupes ou des albums parus et catalogués dans ce genre à la réputation trop entâchée que pour être honnête. Dans le même ordre d'idée - je suppose que vous l'aurez noté - je prends un malin plaisir à faire la peau aux idées reçues. Vous allez le voir, une occasion en or m'est offerte pour vous le prouver sous la forme de ce disque, "Bla Vardag", considéré comme un de ces fameux trésors cachés qu'il vaut la peine de convoiter. Eh bien, pas du tout. L'ineptie que représente ce disque est à la hauteur de la réputation démesurée qu'on lui a taillé. Ce groupe scandinave de la fin des années soixante-dix aime le Genesis de la grande époque. Et je les comprends. Là où, par contre, j'ai plus de mal à les suivre, c'est l'acharnement avec lequel ils leur repiquent tous leurs plans. Parfois, c'est même du Yes, du Pink Floyd ou du Gentle Giant que l'on devine, mais toujours avec une sonorité issue de "Selling England by the Pound". Bon, ce n'est pas à la note près bien sûr, quoi que par moments c'est vraiment limite, mais assez en tout cas pour irriter durablement l'amateur qui se rend compte en dernière minute qu'il a, une fois encore, été victime de l'enthousiasme parfois trop pubère des progueux de base qui font un chef-d'oeuvre de tout ce qui adopte de près ou de loin leur cause. Comme en tout, il y a du bon et du mauvais dans cette musique, et ce même si certains pensent savoir mieux que tout le monde laquelle de ces deux optiques est majoritaire. Atlas fait partie de la seconde catégorie, et là, c'est moi qui le dit.

note       Publiée le mardi 17 août 2004

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'Bla vardag' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bla vardag"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bla vardag".

ajoutez une note sur : "Bla vardag"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bla vardag".

ajoutez un commentaire sur : "Bla vardag"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bla vardag".

fracture › mardi 17 août 2004 - 11:27  message privé !
Je ne connais pas le quart des albums prog chroniqués sur ce site (essentiellement de Proggy), celui-ci y compris. Par ailleurs, je me demande combien de Gutsiens connaissent cet album qui a sûrement dû être vendu à 500 exemplaires hors de Suède (j'espère me tromper). L'opinion communément admise (Rauque & Flôk ???).... C'est assez drôle somme toute cette terminologie... De toute évidence, nous voici devant une nouvelle opinion communément admise: cet album est une daube! Circulez y a rien à voir... :o))