Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCeltic Frost › Morbid tales

Celtic Frost › Morbid tales

12 titres - 46:16 min

  • 1/ Human (intro)
  • 2/ Into the crypts of rays
  • 3/ Visions of mortality
  • 4/ Dethroned emperor
  • 5/ Morbid tales
  • 6/ Procreation (of the wicked)
  • 7/ Return to the eve
  • 8/ Danse macabre
  • 9/ Nocturnal fear
  • 10/ Circle of the tyrants
  • 11/ Visual aggression
  • 12/ Suicidal winds

enregistrement

1-8 : produit par «Mad» Horst Müller ; coproduit par Warrior et Ain. Enregistré et mixé par Horst Müller au studio Caet, Berlin, du 8 au 15 octiobre 1984. / 9-12 : Produit par Warrior et Rick «Lights», coproduit par Ain. Enregistré et mixé par Thomas Süsstrunk au studio Line In, Zurich, du 8 au 12 avril 1985.

line up

Martin Eric Ain (basses, chant additionnel, effets de basse), Stephen Priestly (batterie sessions sur 1-8), Reed St Mark (batterie et percussions sur 9-12), Thomas Gabriel Warrior (voix, guitares, effets spéciaux)

remarques

Cette réédition remastérisée 12 titres de «Morbid Tales» regroupe l’album éponyme ainsi que le mini LP sorti en 1985 : «Emperor’s return». Les titres 1 à 8 constituent la version longue américaine du Morbid Tales sorti en 1984, et les titres 9 à 12 le E.P. «Emperor’s return».

chronique

Mini album de 6 titres en Europe, Full lenght 8 titres aux Etats-Unis, «Morbid Tales» démarre en 1984 la carrière de Celtic Frost, groupe tout aussi légendaire que rétrospectivement intrigant. Pour qui n’a pas connu Celtic Frost dans son contexte, il est en effet difficile de voir a posteriori ce que cette musique, longtemps après Motörhead et un an après «Kill’em all» et la première apparition de Quorthon sur une fameuse compil’ scandinave, a pu représenter. Ce n’est pas vraiment une question de violence, d’agressivité, ce n’est pas une histoire de vitesse. Les riffs sont simples, sombres, classiques, et incontestablement efficaces… la guitare est noire, la rythmique primitive et bestiale… la technique un peu juste donne aux soli et accélérations des allures d’emballements incoercibles… ce que Celtic Frost a amené aux oreilles du monde se situe juste là, en filigrane encore et à la rencontre de hasards comme de volontés : de la ténébreuse spontanéité de cette musique se dégage l’ombre terrible du Chaos. De la lenteur noire et fatale qui préside à l’esprit des intros se dégage les fumées Doom, de la primitivité sauvage et brutale de la rythmique est né l’impact du death… d’une pièce comme «Dethroned Emperor» on sent monter le malaise nocturne comme jamais auparavant : il y a quelque chose d’impitoyable dans la manière dont les choses s’enchaînent, même si ce n’est pas si rapide, même si ce n’est pas si violent, il y a dans le son des guitares et la frappe du batteur, dans la voix sans charme mais sans compromis de Warrior, dans l’épaisseur hasardeuse des instruments l’avènement du principe d’apocalypse, l’émergence d’une autre facette du noir. C’est dès «Morbid tales» quelque chose de plus que balbutiant. C’est palpable, omniprésent, pesant… les intros sont lourdes et lentes, leurs mélodies un peu dégueu au rictus négatif expriment la résignation, les couches de guitares accrochent et la précision technique inversement proportionnelle à la vitesse de la musique finit de cimenter chacun des titres dans sa propre structure, avec ses lenteurs lourdes et mornes et ses déformations accélérées où les soli s’emballent jusqu’au bruit. «Return to the eve» et sa courte intervention féminine porte en elle les rythmiques à venir de Darkthrone… par son metal lourd, rock et sombre, Celtic Frost franchissait ici et en pionniers la grande porte des nuits sans lune. De «Human» à «Dance Macabre», Ain et Warrior ont enfoncé le clou du malaise et du malsain, de «Crypts of rays» à «Nocturnal fear» celui de la furie noire. Ce n’est qu’un début, en route vers Mega Thérion, en route vers Pandemonium… et voilà très exactement ce que fût Celtic Frost : le début…

note       Publiée le dimanche 26 octobre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Morbid tales".

notes

Note moyenne        37 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Morbid tales".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Morbid tales".

Coltranophile › jeudi 4 février 2021 - 14:44  message privé !

Il a un charme indéniable, peut-être plus encore que les suivants. Il arbore avec un enthousiasme sombre ses vestiges Motorheadiens et punk par moments, son coté proto-Sepultura à d'autres et cette drôle de parenté avec Bathory qui, vu les dates de sortie, ne peut être qu'un alignement des étoiles. Noires, les étoiles. Forcément.

Note donnée au disque :       
zugal21 › jeudi 24 décembre 2020 - 14:27  message privé !  zugal21 est en ligne !

La pochette verte ici ajoutée de la version Emperor's Return m'a toujours beaucoup plu

Note donnée au disque :       
taliesin › mardi 21 août 2018 - 07:49  message privé !

J'ai repeint mon caleçon au premier "ugh !" :-p

Note donnée au disque :       
fonfongre › lundi 20 août 2018 - 21:01  message privé !

T'as mouillé la chemise ?

taliesin › lundi 20 août 2018 - 08:55  message privé !

Vu Triptykon samedi soir à Méan... Ils n'ont joué quasi que des titres de C.F... L'orgasme total ^_^

Note donnée au disque :