Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCeltic Frost › Vanity/nemesis

Celtic Frost › Vanity/nemesis

12 titres - 56:01 min

  • 1/ The heart beneath 3.50
  • 2/ Wine in my hand (third from the sun) 3.26
  • 3/ Wings of solitude 4.35
  • 4/ The name of my bride 4.30
  • 5/ This island earth 5.49
  • 6/ The restless seas 5.40
  • 7/ Phallic Tantrum 3.31
  • 8/ A kiss or a whisper 3.04
  • 9/ Vanity 4.24
  • 10/ Nemesis 7.46
  • 11/ Heroes 3.45
  • 12/ A descent to babylon (babylon aspleep) 4.26

enregistrement

Produit par Roli Mosimann, ingénieurs : Voco Fauxpas et Brian Martin. Enregistré aux studios Sky Trak et Hansa, Berlin, automne / hiver 1989.

line up

Martin Eric Ain (basse), Roli Mosimann (chœurs), Stephen Priestly (batterie, chœurs), Thomas Gabriel Warrior (voix, guitares), Curt Victor Bryant (guitares) ; Ron Marks (guitares) ; Uta Günther (chœurs) ; Michelle Fischer (chœurs)

chronique

Styles
metal
metal extrême
Styles personnels
metal noir

Après la trahison «Cold Lake», unique par sa radicalité dans l’histoire du metal, Celtic Frost voulait avec ce «Vanity/Nemesis» en revenir au metal noir pur et dur, avant de tenter de donner une suite à son phénoménal «Pandemonium» avec l’inachevé «Under Appolyon’s sun». «Vanity… » restera donc le dernier album du groupe, un album tardif, classique, et qui laisse sur sa faim. Le metal de Celtic Frost redevient ce rock noir et brut, lourd et fataliste dans ses riffs, le son des guitares est plus propre et puissant, la batterie moins étouffée, la voix moins guturale… cette suite logique de «Morbid tales» sortie en 1990 par un groupe mûr et précis ne pouvait certes pas avoir l’impact de ses mythiques prédécesseurs. Il reste néanmoins ce savoir-faire incontestable dans le sombre et le brut, dans l’efficace. Ca n’est plus révolutionnaire, ça n’est plus un cri, mais ça reste une collection de pièces de metal noir sauvage à ne pas déconsidérer. Il y avait dans la musique de Celtic Frost une dimension maléfique incernable, une épaisseur morbide qui se dégageait des riffs aux guitares superposées par pur plaisir du son sale, un sens de l’harmonie désagréable et occulte… bref : une âme extrême et noire qui donna à leurs pièces une aura inédite. «Vanity/Nemesis», sans plus rien inventer, a tout de même ce mérite de nous montrer à nouveau, proprement et sans fioritures, la musique d’un groupe qui avait tout simplement du talent. Du génie en 83, du talent en 90, aujourd’hui il ne reste que des CD avec de la musique dessus. «Vanity/Nemesis» est un bon album de metal sombre à la patte inimitable, celle du grand Celtic Frost qui finit avec lui, sobrement, une carrière parmi les plus singulières qui fût…

note       Publiée le dimanche 26 octobre 2003

partagez 'Vanity/nemesis' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Vanity/nemesis"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Vanity/nemesis".

ajoutez une note sur : "Vanity/nemesis"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vanity/nemesis".

ajoutez un commentaire sur : "Vanity/nemesis"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vanity/nemesis".

zugal21 › lundi 11 septembre 2017 - 20:28  message privé !

On se mordit ici les couilles de l'avoir revendu il y a longtemps. Je le rachète donc dans cette nouvelle et belle édition remastérisée sous forme de bouquin cartonné du meilleur effet. Quatre boules, on dira, pour le relatif manque de relief malgré Wings of Solitude et Heroes. Je n'ai pas écouté Cold Lake quand il est sorti, sinon, et le découvris longtemps après. Cold Lake, ouais, je l'aime bien.

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › vendredi 29 août 2008 - 12:15  message privé !
avatar
Yes, le clip de Cherry Orchards est parfait en tout point : musicalement, attitudement et visuellement, ça bute !
The Gloth › vendredi 29 août 2008 - 11:30  message privé !
Celui-ci ne m'a pas botté, je l'ai revendu assez vite et me souviens plus comment c'était. "Cold Lake" ça n'avait pas l'air si mal que ça, je suis allé revoir le clip de "Cherry Orchards" et j'aime bien.
empreznor › jeudi 12 avril 2007 - 01:07  message privé !
Il manque d'ailleurs ce "Cold lake" héhéhé
juj › mardi 14 novembre 2006 - 20:00  message privé !
pas encore écouté en entier, mais ça se présente fort bien : warrior chante n'importe comment, un barbare qui gargouille du glam avec des relents de ses lubies death rock, la musique c'est n'imp, et les solos qu'hésitent entre slash et araya, et le son est toujours aussi vicieux : à l'arrivée on a n'importe quoi, du glam satanique - et on sourit, bête mais heureux
Note donnée au disque :