Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHalocline › Troubled waters

Halocline › Troubled waters

  • 2019 • Alchimic ALCH001 • 1 CD digipack

cd • 11 titres

  • 1Mad
  • 2A way to happiness
  • 3Alchimic
  • 4Obsidian
  • 5Missing
  • 6Wrapped in chains
  • 7Deepwater horizon
  • 8Fairytales & lies
  • 9Never kill me again
  • 10Iconoclast
  • 11Obsidian (IAMX remix)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Silent Hills Studios, Suisse

line up

Valérie Leimgruber (chant, musique, composition)

remarques

www.haloclinemusic.com / existe aussi en édition vinyle et box avec t-shirt et cuillère à absinthe.

chronique

Je suis apatride mais fille des quatre saisons. Du printemps, je garde la pureté de la source qui jaillit sous le glacier en fonte (‘Deepwater horizon’); de l’été, je conserve la fraîcheur d’une clairière ombragée; de l’automne, je prends les ondulations serpentines du ru sous les feuilles mortes (‘Fairytales & lies’); de l’hiver, j’évoque la tristesse ouatée des flocons de neige en un gris matin (‘Never kill me again’). Fantomatique, mutine, entre deux mondes qui se troublent sans m’atteindre mais m’inspirent, je suis caresse rafraîchissante ou souffle glacé, c’est selon; rose aux pétales laiteux, je n’en conserve pas moins mes épines. Parcourant des terres qu’ont aussi foulées Kate Bush, Massive Attack, Sorrow, la musique d’Halocline se veut froide et organique à la fois. ‘Troubled waters’ dont la gestation aura été longue place la barre haut avec une production béton, impeccable. Presque trop. Un peu comme un concert, le départ est légèrement hésitant; le chant maîtrisé, beau, en fait des caisses sur ‘Mad’, la musique est bonne mais retenue émotionnellement malgré la tristesse que l’on sent affleurer de toutes parts. Pas pour longtemps. Avec l’étrange transe serpentine, mi-toxique mi-séduisante, de 'A way to happiness', le son Halocline paraît d’un coup prendre ses marques, ses racines; la voix libère l’émotion qui se fond d’un coup dans les arrangements subtils, joue des effets de choeurs avec brio comme savait en jouer Kate Bush. Plus moyen de reculer, ‘Alchimic’ assombrit les sonorités, les synthés se tordent, les percussions claquent, lourdes, déterminées, avec une fausse lenteur maritale plus que funèbre. Païen au sens noble du terme avec un refrain magnifique qui paraît s’envoler vers le haut des montagnes après des couplets boueux, rituel cybernétique pour les survivants d’un future post-apocalypse qui se reconstruit. ‘Obsidian’ balaie ces images; dès ses premières notes on renoue avec l’aspect le plus organique de Halocline. Dieu que cette musique évoque la nature ! Le choc de l’eau qui s’écrase sur les rochers en bas de la cascade (splendide jeu de batterie) avec des breaks ambient rappelant les stalactites de glace qui fondent avant que la voix-fée n’unisse les deux aspects pour un final magnifique de pop dynamique et glacée. Gris, bleu, blanc, roche, eau, neige, bois, terre, les chansons s’enchaînent nappées d’un halo de tristesse jamais résignée, avec de vrais éclats de lumière parfois (‘Missing’ marqué de lointains échos des Cure, ‘Wrapped in chains’, légèrement plus sec dans la production). Impossible pourtant de s’éloigner trop longtemps de la nature et de sa force étrange, protectrice, dure et fragile à la fois. Les pièces suivantes sont des perles de grâce surtout l’excellent ‘Deepwater horizon’ et le mélancolique ‘Never kill me again’ que l’on pourrait utiliser comme b.o. d’un film suivant le cours d’un ruisseau à la fin de l’hiver. J’aurais pour ma part souhaité qu’il conclue le disque par son irrésistible beauté car ‘Iconoclast’, certes pas mauvais, rompt brutalement la transe par des harmonies moins prenantes, des sonorités plus pop, heureusement équilibrées par l’efficacité du chant. Quant au remix electro-indus dansant signé IAMX, il est à prendre comme un exercice de style collant, à mon sens, assez mal avec l’atmosphère général de ce disque beau et trouble comme le nom qui le caractérise. Halocline où la rencontre des fées, la verte et la bleue…

note       Publiée le jeudi 12 novembre 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Troubled waters".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Troubled waters".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Troubled waters".