Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGoblin › Zombi

Goblin › Zombi

  • 1978 • Cinevox MDF 33.121 • 1 LP 33 tours
  • 2000 • Dagored Red 117-1 • 1 LP 33 tours
  • 2012 • Cinevox CD OST 716/s • 1 CD

cd • 17 titres • 51:46 min

  • 1L'alba Dei Morti Viventi
  • 2Zombi
  • 3Safari
  • 4Torte In Faccia
  • 5Ai Margini Della Follia
  • 6Zaratozom
  • 7La Caccia
  • 8Tirassegno
  • 9Oblio
  • 10Risveglio
  • Bonus (réédition Cinevox 2012)
  • 11L'Alba Dei Morti Viventi (Alternate Take)
  • 12Ai Margini Della Follia
  • 13Zombi (Sexy)
  • 14Ai Margini Della Follia (Alternate Take)
  • 15Zombi (Supermarket) 3:13
  • 16L'Alba Dei Morti Viventi (Intro - Alternate Take)
  • 17Zombi (The Living Dead's Voices!)

remarques

Cet album a connu multitude d'éditions (42) et de pochettes, accessibles sur Discogs. La pochette présentée est celle de l'édition originale de 1978. Celle de la réédition Cinevox de 2012 est similaire, avec un fond coloré en rouge. La seconde pochette est celle de la réédition vinyle Dagored, sortie en 2000.

chronique

L'Aube des Morts... Deuxième stade de la trilogie zombie de George A. Romero. Un mec visionnaire, le George. Difficile de prétendre le contraire à l'heure où je tape ces lignes, aux rayons alimentaires des supermarchés du moins. Le tempo inoubliable de Dawn of The Dead tourne en boucle dans ma tête, aussi nonchalant et implacable que l'avancée des morts-vivants... Peux pas l'empêcher. J'ai été contaminé adolescent par cette musique, ce thème irrépressible et gluant, avec ses synthétiseurs baveux qui se lavent pas bien les mains. Le glas de la pandémie. En plus c'est italien, ça augmente le pouvoir anxiogène. Peut-on parler de la B.O. de Zombi, si on a pas vu le film, Série B des séries B au magnétisme terrible ? Pas sûr. Pas plus sûr qu'on puisse en causer très objectivement, si on a été comme moi à jamais irradié par son ambiance incroyable (tant de fois copiée jamais égalée), livide comme ses journées baignées dans un Soleil de craie, juché au sommet du temple de la consommation à regarder des cadavres tituber au ralenti. Rien que visuellement, Romero avait saisi un truc qu'aucun autre n'a saisi, et sûrement pas ses innombrables rejetons insipides (comme cette version beauf et au rabais nommée Walking Dead). Et la musique de Goblin était essentielle pour imprimer cette vision, autant qu'elle le fût chez leur réalisateur attitré Argento. Calfeutrage de fortune dans le temple de la consommation, attente d'une résolution qui ne viendra jamais, loisirs insouciants... Fin de civilisation, réflexes consuméristes intacts. Et la mort dont on finit par rire à force de la côtoyer, mais qui approche, lentement mais sûrement, et finira par nous bouffer. Une fois la garde baissée.

"L'alba dei morti viventi", ouverture en plongée froide sur le nouveau monde des morts errants, des ghettos atomisés et des survivants éparpillés, est assurément l'un des morceaux les plus puissants de Goblin. Fortement inspiré par "Hare Krishna" de William Sheller (sur Lux Aeterna), il déploie quelque chose d'authentiquement morbide, funèbre, dont le rythme s'impose comme une évidence, avec ces synthés nauséeux en peau nécrosée. Puis le thème central "Zombi", et son stress, sa sensation d'urgence diabolique ? Oui, ça a indéniablement pris un coup de vieux... mais c'est toujours le panard vu d'ici. Même topo pour "Ai Margini Della Follia" et son ambiance d'asile psychiatrique abandonné, qui n'est pas sans rappeler "The Hall of Mirrors" de Kraftwerk. Je ne crache pas sur "Zaratozom" et ses guitares aux relents BÖC zigzaguant dans une pulsation hallucino-synthétique, je visualise direct Tom Salvini (et son peigne à moustache) qui déboule avec tous ces potes Hell's angels dans les allées du centre commercial, en décapitant à tour de bras du consommat... du zombie. Du génie brut ou pas loin. Je suis amoureux du film comme du disque, mais dois signaler quand même : le reste de la bande originale est très en dents de scie. Trop d'interludes très "muzak" qui cassent l'ambiance, entre jazzy-pourri, saloon honky tonky et bande-son digne d'un vieux porno moisi. Ces interludes légers aidant au côté "comics" de Dawn of the Dead, dans le film ça passe, mais ils gâchent fort l'immersion et auraient dû être regroupés à la fin voire pas inclus du tout... M'enfin entre ces thèmes cheesy de chez cheesy, Goblin gardent cette patte, cette mocheté toxique, ce goût rance de vieille croûte occulte. Ces morceaux bigarrés sont en fait agencés comme les rayons/espaces du centre commercial, chacun étant dédié à une scène (celle à la boutique de vêtements, à l'armurerie, à la patinoire, au restaurant etc...)

Et puis dans les bonus il y a aussi à glaner. De la sonorité proto-Soupe aux Choux, entre autres saveurs avouables. Je retiens surtout de ce surplus (militaire?) les sons cauchemardéformés utilisés en pistes douze et dix-sept, soit les voix des zombies maquillés en bleu pâle, et filmés en gros plan grimaçants pressés contre des vitres, qui m'ont marqué à vie. Ces bonus des rééditions nouveau-millénaire ajoutent en qualitatif, si vous voulez le Goblin dans son versant le plus expérimental. Film immortel. Bande originale réservée aux fans avant tout. Moitié glauque, moitié kitsch - parfois les deux en même temps - et surtout bien malsaine.

note       Publiée le dimanche 15 mars 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Zombi".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Zombi".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Zombi".

Klarinetthor › mardi 17 mars 2020 - 21:17  message privé !

oui 6/6 pour l'inspiration sur le theme et le kitsch de certaines musiques...

Dead26 › dimanche 15 mars 2020 - 15:07  message privé !

Rien que le main title & le track 4 "Torte In Faccia" génial !! Ambiance soukouss.

Note donnée au disque :       
(N°6) › dimanche 15 mars 2020 - 10:25  message privé !
avatar

Le film est un de mes préférés du genre, visionnaire en effet (et d'une drôlerie macabre), j'avoue ne pas me souvenir de toute la BO et de toute façon, y a toujours un côté kitsch chez Goblin, mais ce thème principal vaut 6 boules.

nicola › dimanche 15 mars 2020 - 09:21  message privé !

Comme les zombis tournent pas mal par ici, quelqu’un pour Zombie de qui vous savez dans deux semaines ?