Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNox Interna › XIII (trece)

Nox Interna › XIII (trece)

cd | 13 titres

  • 1 Lagrimas rotas
  • 2 Decepcion
  • 3 En la eternidad
  • 4 El silencio del rencor
  • 5 Noches de amatistad
  • 6 A traves del dolor
  • 7 Al matiz de tu mirada
  • 8 Una perfecta mentira
  • 9 Love song
  • 10 Hipnotico juego
  • 11 Fria come el hielo
  • 12 Hechizo
  • 13 Nox interna

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Richy Nox (chant), Aitor (guitare), Pablo (batterie), Danny Lamberg (basse), Bea (claviers)

remarques

Le DVD bonus contient les clips de 'Eternidad' et 'Hipnotic juego'.
https://noxinterna.bandcamp.com/

chronique

Douze morceau en espagnol, une reprise des Cure en anglais qui en dit long sur la carrière que suivra Nos Interna. Fondé à Madrid, le groupe se sentira pourtant vite à l’étroit dans son pays natal malgré le succès de son premier disque qui le poussera à tourner hors de ses frontières et notamment en Allemagne où l’accueil sera plutôt chaleureux débouchant sur contrats, volonté d’agir internationalement, notamment des paroles en anglais, mais ceci est une autre histoire. ‘XIII’ est un disque marqué par l’influence de Heroes del Silencio (héritage jamais renié puisque le combo se fendra d’une reprise des années plus tard) mais également par des formations teutonnes telles que Rammstein qui se traduit par l’usage des machines et de guitares musclées même si Nox Interna refuse d’avancer sur des terres metal en clarifiant ces intentions goth par des riffs moins lourdingues et des ambiances plus épurées, tantôt plutôt mélancoliques (le beau ‘En la eternidad’), tantôt plus rythmées (‘El silencio del rencor’). Honnêtement, c’est un drôle de mélange qui évolue sur le fil du rasoir; Richy Sánchez alias Richy Nox n’a pas un chant spécialement attirant ni charismatique, quant à la musique, telle que je l’ai décrite, elle pourrait être candidate à s’engouffrer dans la brèche de formations faussement gothiques telles que The Birthday Massacre, Rozencrantz, pour lesquelles je n’ai jamais fais secret de mon aversion. Par je ne sais quel tour de passe-passe, Nox Interna parvient à éviter partiellement l’écueil (peut-être en raison d’une passion pour les Cure que l’on parvient parfois à lire les lignes, ainsi sur ‘Noches de amatistad’) et à imposer son style paradoxalement pas spécialement original mais pas si aisément définissable. Ce dont le combo souffre avant tout, c’est de mélodies fortes. Il semble évident que les musiciens sont bons et qu’ils cherchent à éviter la linéarité, qu’ils travaillent leurs structures, sans oublier le vaste panel d’influences décelables. Le revers de la médaille est que ce grand écart entre rock sombre traditionnel, relents de classique (piano, violoncelle) et sonorités modernes, plutôt réussi, manque de quelque chose de réellement profond, comme une coquille joliment décorée mais un peu vide, sans sonner creuse pour autant. N’en demeure pas moins qu’au fil des écoutes, on s’habitue et qu’on découvre des chansons plus que plaisantes (‘Fria como el hielo’, ‘Decepcion’, ‘Hechizo’ ou la reprise très personnelle des Cure) mais c’est un plaisir poli, pas l’enthousiasme débordant. Reconnaissons que nos Espagnols ne se foutent pas du client puisque outre le cd, ce dernier obtiendra un DVD avec deux clips, une interview, des making ofs et des images, le tout servi en digipack…

note       Publiée le mercredi 19 juin 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'XIII (trece)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "XIII (trece)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "XIII (trece)".

ajoutez une note sur : "XIII (trece)"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "XIII (trece)".

ajoutez un commentaire sur : "XIII (trece)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "XIII (trece)".