Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHenry Cow › Concerts

Henry Cow › Concerts

10 titres - 124:25 min

  • 1/ Beautiful as the Moon, Terrible as an Army with Banners [Medley] (22:46)
  • 2/ Bad Alchemy/Little Red Riding Hood Hits The Road (8:42)
  • 3/ Ruins (16:24)
  • 4/ Groningen (8:55)
  • 5/ Groningen Again (7:22)
  • 6/ Oslo (28:54)
  • 7/ Off the Map (8:22)
  • 8/ Cafe Royal (3:19)
  • 9/ Keeping Warn in Winter/Sweet Heart of Mine (9:59)
  • 10/ Udine (9:42)

enregistrement

titre 1 : BBC Studios, 5 août 1975 / titre 2 : new London Theatre, Angleterre, 21 mai 1975 / titres 3 & 10 : Palamostre Auditorium, Udine, Italie, 13 octobre 1975 / titres 4 & 5 : Vera Club, Groningen, Hollande, 26 septembre 1974 / titre 6 : Hovikodden Arts Centre, Oslo, Norvège, 12 novembre 1975 / titres 7 à 9 : Manor Studios, Angleterre, 4 novembre 1973

line up

Lindsay Cooper (basson, flûte, hautbois, flûte à bec, piano), Chris Cutler (batterie, piano), Fred Frith (guitare, piano, xylophone, violon), John Greaves (basse, voix), Tim Hodgkinson (orgue, clarinette, saxophone alto), Dagmar Krause (chant), Geoff Leigh (saxophone ténor, saxophone soprano, flûte, clarinette, flûte à bec), Robert Wyatt (chant)

remarques

chronique

Styles
progressif
rock in opposition
Styles personnels
rock in opposition

Quand vient l’heure pour Henry Cow de sortir un album en concert, bien évidemment, il ne s’agira pas d’un album live comme les autres. Pour la plus grande part, le matériel présenté ici s’articule autour de la période 1974-1975, celle-là même où Slapp Happy vint grossir leurs rangs. Captés à partir de sources différentes, et dans des lieux différents, le matériel présent revêt une importance quasi historique puisque beaucoup immortalisent des moments forts de leurs préstations en concert. On pourra déplorer la non uniformisation de la qualité des sources sonores qui varient de l’exceptionnel (une fois de plus, il s’agit des enregistrements de la BBC) au moyen. Mais l’interprétation des titres est absolument renversante. Ceux qui ne croyaient pas qu’Henry Cow pouvait reproduire la démence de leurs disques sur scène en auront pour leur frais. "Ruins" est là pour le démontrer. Sur les dix titres présents sur ce double cd, seuls deux sont issus du répertoire chanté du groupe. Le reste n’est qu’improvisation. Fred Frith se met particulièrement en évidence sur le second disque, laissant déjà entrevoir les possibilités techniques hors du commun qui feront sa renommée bien des années plus tard (comme sur "Cafe Royal"). Et ainsi, Henry Cow de se replier sur lui-même pour, une fois de plus, et comme sur "Unrest", explorer les coins les plus obscurs de notre esprit. Le jusqu’au boutisme du groupe l’emmène sur des territoires dangereux, avec la même urgence que King Crimson sur son extraordinaire coffret "The Great Deceiver", mais avec un sens de l’effroi qui n’appartient qu’à eux et qui sera repris, à sa suite, par des formations telles que Art Zoyd ou Univers Zéro, dépeignant une musique autant inspirée de la musique baroque, sérielle, contemporaine que des musiques de film.

note       Publiée le jeudi 25 juillet 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Concerts" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Concerts".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Concerts".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Concerts".

Seb de Super Envoyez un message privé àSeb de Super

Assez énorme ce double live notamment Oslo qui est terrifiant.

Note donnée au disque :       
Thierry Marie Envoyez un message privé àThierry Marie

Les bons groupes, les bons musiciens, sont toujours meilleurs en concert...

Note donnée au disque :       
aur Envoyez un message privé àaur
Autre bon point : un extrait de l'unique (et excellent) album de Quiet Sun : la compo de Bill MacCormick : bassiste de Matching Mole, Wyatt et Eno.
Progmonster Envoyez un message privé àProgmonster
avatar
merci à toi fracture pour cette éloge. des tas de trucs obscurs et super bons, il y en a plein dans les années 70. C'est vrai que ce coffret est pas terrible même si la présentation est aguicheuse, parce que le choix est parfois très curieux : pourquoi mettre 2 titres de Genesis ou de Yes alors qu'il n'y a pas un seul King Crimson ? Oui, bon, je fais une fixation...Par contre, ils mettent un Zappa pour se la jouer éclectique, mais là n'est pas le propos. Seul réel bon point à ma connaissance : c'est le seul box surlequel tu trouves un extrait du désormais introuvable quatrième Samla Mammas Manna.
Note donnée au disque :       
fracture Envoyez un message privé àfracture
En tout cas merci Proggy pour tes nombreuses chroniques qui permettent de faire des repères /découvertes intéressants, en particulier dans le prog des 70's dont on aurait tendance à oublier la ribambelle de bons groupes. Mais, il y avait pas mal de déchets aussi, si j'en crois le très moyen coffret 5CD Supernatural Fairy Tales: The Prog Rock Era" dont j'ai une copie.