Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHenry Cow › Leg end

Henry Cow › Leg end

cd | 8 titres

  • 1 Nirvana for Mice [4:56]
  • 2 Amygdala [6:57]
  • 3 Teenbeat [Introduction] [4:32]
  • 4 Teenbeat [6:47]
  • 5 Extract From "With the Yellow Half-Moon and Blue Star" [3:38]
  • 6 Teenbeat [Reprise] [5:04]
  • 7 The Tenth Chaffinch [6:03]
  • 8 Nine Funerals of the Citizen King [5:30]

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Manor Studios, Angleterre, mai - juin 1973

line up

Chris Cutler (batterie, percussions, piano, voix), Fred Frith (guitare, violon, violoncelle, piano, voix), John Greaves (basse, piano, voix), Tim Hodgkinson (orgue, saxophone alto, clarinette, voix), Geoff Leigh (saxophones, flûte, clarinette, flûte à bec, voix)

remarques

Il existe deux éditions ; la première avec un remixage orchestré par Tim Hodgkinson, Fred Frith et Martin Bisi, rajoutant au passage des pistes qui n'étaient pas présentes à l'origine, et la seconde qui restaure le disque comme paru à l'époque. C'est cette dernière qui est chroniquée ici.

chronique

Styles
jazz
progressif
canterbury
Styles personnels
canterbury

Rattaché au courant progressif, Henry Cow dépasse pourtant de loin ce cadre. D'ailleurs, il y a fort à parier que tout ce que vous croyez avoir appris sur le groupe est faux. On les dit issus de la scène de Canterbury (en raison de l'influence évidente de Soft Machine sur leur premier disque), mais rien n'est moins vrai. Lentement mais sûrement, le groupe va se constituer autour d'un quintette époustouflant qui va s'efforcer de condenser le fruit de leurs longues années d'expérimentations en réalisant un fabuleux premier disque sur le nouveau label alors en vogue, j'ai nommé Virgin. "Leg End" - jeu de mot évident - est un véritable coup de génie. Un premier album d'une mâturité et d'une densité exceptionnelle. Les rôles sont partagés entre Tom Hodgkinson (claviers), Fred Frith (guitares) et les recrues déterminantes que sont Chris Cutler (batterie), John Greaves (basse) et Geoff Leigh (saxophones). "Nirvana for Mice", premier titre du groupe, s'inscrit pourtant de prime abord dans la lignée de ce jazz britannique décrit plus haut, mais rapidement le morceau bascule dans des structures plus complexes, volontairement abstraites et qui vont utiliser toutes les techniques studio possibles et imaginables (dédoublage des bandes, avec différents niveaux de vitesse, ou sans) pour tenter de capturer le foisonnement irrépressible d'idées qui assaillent nos musiciens. La longue suite en quatre actes, "Teenbeat" est, elle aussi, marquée par les travaux de Soft Machine. Mais Henry Cow va plus loin ; il se fait en quelque sorte le relais de l'ancien groupe de Robert Wyatt qui avait délaissé ce goût pour l'exploration après leur illustre troisième album, pour se fondre dans une approche mercantile et consensuelle. Il y a du Zappa dans la musique d'Henry Cow (son lyrisme, son humour, son approche sérieuse et détâchée à la fois) et, à travers lui, tout un pan de la musique concrète et contemporaine (on pense une fois de plus à Stravinski, que le travail rythmique impressionnant de Chris Cutler évoque inmanquablement, mais aussi Schoënberg ou Bartok pour les plus évidents). Le free jazz n'est pas loin non plus ("The Tenth Chaffinch"), sans pour autant verser dans l'esbrouffe facile et téléphonée. Les pièces de cet album se suivent dans une parfaite harmonie, les thèmes principaux se retrouvant d'un titre à l'autre. Le répertoire d'Henry Cow prend donc déjà racine dans ce savant dosage entre matériel écrit (d'une incroyable richesse) et matériel improvisé, et le mot de la fin revient au pamphlet politiquement engagé de "Nine Funerals of the Citizen King" qui annonce déjà les revirements importants que le groupe sera amené à négocier ultérieurement afin de préserver son intégrité artistique. Avec son premier album, Henry Cow jète les bases d'un puzzle étourdissant qu'il va se donner pour tâche de reconstituer disques après disques.

note       Publiée le jeudi 25 juillet 2002

partagez 'Leg end' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Leg end"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Leg end".

ajoutez une note sur : "Leg end"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Leg end".

ajoutez un commentaire sur : "Leg end"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Leg end".

boumbastik › dimanche 31 mars 2013 - 23:02  message privé !

Ah mais carrément ! Du coup (et après lisage de la kro) je m'en vais écouter.

Jacques Capelovici › dimanche 31 mars 2013 - 22:14  message privé !

Pochette fabuleuse

Coltranophile › lundi 22 juin 2009 - 13:05  message privé !

Pour les fans de Henry Cow ou les très très curieux, ReRMegacorp vient de sortir deux box-sets assez énormes (9 CDs en tout plus un DVD). Que des inédits d'après leurs dires. Ca va me faire mal au portefeuille mais quand on aime,.....

Cera › mardi 30 octobre 2007 - 11:24  message privé !
Plus d'un an apres la decouverte de ce disque, je n'accroche toujours pas. Je ne ressens aucune intensité dans cette musique "aride". Même les digressions free jazz sont trop linéaires. Je préfère de loin m'écouter un soft machine ou du free jazz que ce truc trop abstrait pour moi. Un classique du courant progressif qui me passe complètement à coté. Bref je passe...
Note donnée au disque :       
Botherhood › mardi 24 avril 2007 - 22:00  message privé !
"Leg end", c'est Ubu roi sur une colline entrain de chanter l'internationale à une vache.
Note donnée au disque :