Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRotten UK › That is not dead...

Rotten UK › That is not dead...

cd | 14 titres

  • 1 Phantasmagoric
  • 2 Revolution Moon
  • 3 Waiting For The Bomb
  • 4 Their Dreams
  • 5 Dark Times
  • 6 Reaper Follows
  • 7 Slipping Into Darkness
  • 8 Crucifiction
  • 9 Royal Blood
  • 10 Animal Sacrifice
  • 11 Stagnation Is Sin
  • 12 Long Kiss
  • 13 Deathbeat
  • 14 Back To War

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Sinn Vicious (chant), Matt Sexxx (guitare), Anarchy Jake (basse), Joel Division (batterie)

chronique

A priori, il n’y a pas qu’au Danemark qu’on trouve quelque chose de pourri…Au Royaume-Uni aussi, c’est un groupe américain qui le dit. Rotten UK exprime assez bien le slogan deathrock: ‘too goth for punks, too punk for goths’; ces mecs s’inscrivent clairement dans une philosophie punk, anarcho-punk même, mais avec un décorum empruntant volontiers à l’univers gothique. Sans détailler plus avant le skeud, on parlerait de punk rock, souvent rapide et ça suffirait amplement; un second regard démontre que le glaçage du cake est plus soigné que ça. C’est là qu’intervient l’élément gothique et pas uniquement dans le look batcave du chanteur. On retrouve des rythmiques tribales héritées des 80’s, des guitares flirtant volontiers avec le côté aigu du deathrock et une réthorique volontiers socialo-macabre. Le combo se profile clairement dans une ligne engagée (justice sociale, droit des animaux, opposition à la guerre, écologie, rejet de la religion…) mais use volontiers de paroles fortes au relents barbarico-heroic fantasy du genre ‘You know the battle has been won when you drink the blood of the masters’ (‘Revolution moon’), ‘No gods need your animal sacrifice’ (‘Animal sacrifice’). Pour parfaire l’ambiance, Rotten UK ajoute quelques pièces plus atmosphériques, ainsi l’intro ou ‘Crucifiction’, excellent collage de chants d’église, de clochettes, de grincements, de cymbales, tandis que le chanteur détourne une prière (‘Eat my flesh, drink my blood, est my shit…’). Ce disque est comme une cavalcade de Huns d’un genre nouveau (le jeu roulant de batterie y contribue largement), effrayants et pacifistes à la fois, guerriers mais pour la paix. L’herbe repousse-t-elle sous leurs pieds ? Toujours est-il qu’il s’écoule sans temps mort, enchaînant brûlot sur brûlot, oscillant en un équilibre quasi parfait entre fougue punk et noirceur deathrock (idem pour le chant, Sinn Vicious appréciant de conclure certaines chansons comme un prêcheur ou un orateur). La pourriture engendre les grandes causes. 4,5/6

note       Publiée le samedi 15 juillet 2017

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'That is not dead...' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "That is not dead..."

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "That is not dead...".

ajoutez une note sur : "That is not dead..."

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "That is not dead...".

ajoutez un commentaire sur : "That is not dead..."

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "That is not dead...".