Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRamones › Pleasant dreams

Ramones › Pleasant dreams

cd | 12 titres

  • 1 We want the airwaves
  • 2 All is quiet on the eastern front
  • 3 The KKK took my baby away
  • 4 Don't go
  • 5 You Sound like you're sick
  • 6 It's not my place (In The 9 To 5 World)
  • 7 She's a sensation
  • 8 7-11
  • 9 You didn't mean anything to me
  • 10 Come on now
  • 11 This business is killing me
  • 12 Sitting in my room

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Joey Ramone (chant), Dee Dee Ramone (basse, choeurs), Johnny Ramone (guitare), Marky Ramone (batterie)

chronique

Styles
rock

C’est sûr qu’il a dû tirer la gueule encore plus bas du menton, Johnny; déjà qu’il n’avait pas aimé ‘End of the century’ qu’il jugeait trop lisse et pas assez punk, avec celui-ci il a dû friser la syncope. Et effectivement, pour cette galette-là, les Ramones se plantent assez lamentablement. Il faut dire qu’il s’annonçait sous de mauvaises augures, la boîte ayant imposé le producteur Graham Gouldman contre l’avis du groupe. Toujours cette volonté de leur apporter enfin un franc succès commercial, l’essai avec Phil Spector pourtant réussi ayant échoué à booster les ventes. A l’intérieur du combo, c’est aussi la guerre. Johnny n’en démord pas, il faut un son plus dur, Joey, au contraire apprécie l’orientation plus pop amorcée sur ‘End of the century’. Pour couronner le tout, voilà que le guitariste courtise l’ex du chanteur (qu’il épousera, ça n’a rien du coup de tête), rien de tel pour accentuer le bordel. Et c’est pas tout, entre Dee Dee qui se défonce à qui mieux mieux, Marky qui boit, la situation est loin d’être sereine. Est-ce un hasard si pour la première fois les faux frangins n’apparaissent pas sur la pochette ? Pas sûr…Toujours est-il que ‘Pleasant dreams’ n’est pas si plaisant à l’écoute. Il inclut pourtant deux très bonnes chansons, le punky ‘The KKK took my baby away’, typique du bon son Ramones et ‘We want the airwaves’, plus pop mais bien écrit. Pour le reste, c’est assez mou du genou. Certes, le goût de Joey pour des formations telles que les Beach Boys ou les Ronettes n’avait rien d’un scoop et nul doute qu’il a dû s’éclater à s’immerger dans une atmosphère similaire, assez sixities, avec même un peu d’orgue (‘Come on now’) mais inutile de cacher que la formule Ramones a atteint ses limites. On reconnaît bien la patte de Dee Dee dans l’écriture mais la pêche n’y est plus et encore moins l’interprétation. Des compositions génériques, des musiciens qui n’y croient plus, empêtrés dans leurs querelles et leurs addictions, tous les ingrédients pour faire de ‘Pleasant dreams’ un disque fade sont réunis et c’est ce qu’il est malgré quelques sursauts le sauvant du ratage total. Le côté pop surf n’a jamais été si loin que ça des Ramones mais il n’a jamais si bien fonctionné que couplé à leur énergie punk, celle qui fait totalement défaut ici. Premier jalon vers une descente aux enfers personnelle et artistique avant la résurrection des 90’s. 2,5/6

note       Publiée le mercredi 11 mai 2016

partagez 'Pleasant dreams' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Pleasant dreams"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Pleasant dreams".

ajoutez une note sur : "Pleasant dreams"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Pleasant dreams".

ajoutez un commentaire sur : "Pleasant dreams"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Pleasant dreams".

Klarinetthor › mardi 24 mai 2016 - 01:39  message privé !

je vais etre plus clement que toi twilight (pour une fois); mais c'est vrai que c'est dur de sauver cet album du marasme dans lequel il se vautre presque avec le sourire. Mais bon, le KKK et les airwaves, quoi. 3,4/6

Note donnée au disque :