Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIInterpol › El Pintor

Interpol › El Pintor

  • 2014 • Matador Ole-1069-2 • 1 CD digipack

cd • 10 titres

  • 1All the rage back home
  • 2My desire
  • 3Anywhere
  • 4Same town new story
  • 5My blue supreme
  • 6Everything is wrong
  • 7Breaker 1
  • 8Ancient ways
  • 9Tidal wave
  • 10Twice as hard

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Electric Lady, Atomic Sound, New York, USA

line up

Paul Banks (chant, guitare, basse), Daniel Kessler (guitare, piano), Sam Fogarino (batterie, percussions)

Musiciens additionnels : Brandon Curtis, Roger Joseph Manning Jr. (clavier additionnel), Rob Moose (violon, viole)

remarques

chronique

A force d’écouter de la musique, de plonger dans les discographies des groupes, on finit parfois par devenir capables de développer une forme d’instinct. Dès les premiers accords de ‘All the rage back home’, j’ai senti que ce disque allait me plaire, que Interpol renouait avec l’inspiration après deux opus en demi-teinte et effectivement ‘El pintor’ confirme. Bien sûr, Carlos Dengler n’est plus là et cela s’entend, le jeu de basse assuré par Paul Banks sonne plus anodin, lisse, à l’image du son général de l’album dont les titres s’écoulent en une parfaite continuité sans chercher à en promouvoir un plus qu’un autre. Moins d’urgence mais toujours cette classe devenue un brin froide mais toujours plaisante. ‘El pintor’ (beau symbole) est clairement leur travail le plus abouti depuis le brillant ‘Antics’ même si le quatuor devenu trio ne prend pas beaucoup de risques et ce n’est pas ce qu’on leur demande d’ailleurs. Des accords bien sentis, certes légèrement conventionnels pour les spécialistes des New-Yorkais mais franchement efficaces, un jeu de batterie gracieux, un chant qui perd parfois de ses tonalités graves pour oser plus de pop (‘Same town new story’, ‘My blue supreme’), Interpol ne brille plus de mille feux mais les braises se sont mises à rougeoyer de belle façon et sans parler de phénix, cet album offre de beaux moments de grâce comme on les aime chez ce groupe: ‘Everything is wrong’, ‘All the rage back home’, même le plus léger ‘My desire’ ou encore ‘ Tidal wave’ et le final ‘Twice as hard’. On pourrait débattre des heures sur le fait que Interpol stagne, que ‘Turn on the bright lights’ et ‘Antics’, c’était mieux, et je ne sais quelle autre considération car il est très mal vu de se laisser aller à l’enthousiasme de renouer avec une formation qu’on aimait mais ça je m’en balance, ‘El pintor’ m’a redonné confiance dans les New-Yorkais et même s’il n’y avait pas de sixième album, au moins finiraient-ils leur carrière sur une note classieuse, à leur image.

note       Publiée le dimanche 16 octobre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "El Pintor".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "El Pintor".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "El Pintor".

Kissthecatconcept › mercredi 7 octobre 2020 - 16:08  message privé !

Sans surprise, mais diablement efficace, notamment sur la puissance émotionnelle des refrains, qu'on laisse prendre possession de notre humeur quasi instantanément.

Note donnée au disque :       
cantusbestiae › jeudi 20 octobre 2016 - 15:41  message privé !

Bien plus inspiré et prenant que ses deux prédécesseurs. J'ai retrouvé sur "El Pintor" quelques traces de ce qui faisait la quasi-perfection de "TOTBL" et "Antics". Les mecs paraissent légèrement fatigués mais pas non plus exsangues, encore beaucoup d'énergie à revendre, ça se ressent dans l'aspect "tubesques" de certains morceaux. Un retour pas encore en grâce mais très appréciable.

Note donnée au disque :       
JUDerAtS › lundi 17 octobre 2016 - 08:43  message privé !

Je l'aime bien celui là. Quelque part, le départ de Carlos Dengler et la simplification du jeu de basse qui en a résulté rend leur musique plus direct et c'est ce qui manquait terriblement dans les 2 précédents albums.C'est sûr c'est pas la claque "Turn..." mais c'était y a 15 ans et ce El Pintor est rafraichissant pour des mecs qui font de la musique depuis la fin des 90'.

Note donnée au disque :       
Richard › lundi 17 octobre 2016 - 08:15  message privé !

Le problème pour moi avec Interpol, c'est que j'espère toujours ressentir les mêmes émotions que j'ai pu avoir à l'écoute des prenants " Turn" et "Antics". C'est évident, un groupe qui essaie de proposer des choses à chaque nouvel album, c'est bien...mais rien à faire, je n'accroche vraiment pas à la suite des New-Yorkais. " El Pintor" ne fait pas exception, même si parfois j'y retrouve un peu de l'âme qui m'a fait apprécier Interpol.

Note donnée au disque :       
mangetout › dimanche 16 octobre 2016 - 19:56  message privé !

Je l'ai écouté une ou deux fois celui-là et je n'en ai rien retiré, d'ailleurs il ne m'en reste aucuns souvenirs, si ce n'est le titre de l'album mais peut-être ne l'ai-je écouté que d'une oreille. Je retenterai à l'occasion vu ce que tu en dis Twili, mais, me connaissant, généralement les premières impressions sont capitales.