Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCobalt › Slow Forever

Cobalt › Slow Forever

2cd • 12 titres • 83:53 min

  • Slow
  • 1Hunt the Buffalo08:48
  • 2Animal Law02:07
  • 3Ruiner06:32
  • 4Beast Whip09:13
  • 5King Rust11:14
  • 6Breath02:25
  • 7Cold Breaker06:44
  • Forever
  • 8Elephant Graveyard07:51
  • 9Final Will11:16
  • 10Iconoclast02:30
  • 11Slow Forever09:35
  • 12Siege05:38

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé par Dave Otero au Flatline Audio, Denver, Colorado.

line up

Erik Wunder (guitare, basse, batterie, samples), Charlie Fell (voix).

remarques

Sorti également sous forme vinyle et fichiers téléchargeables ici : https://profoundlorerecords.bandcamp.com/album/slow-forever

chronique

L’album commence comme si on écoutait derrière la porte d’un gars qui répète des plans des vieux Neurosis à la guitare, avec du Will Haven ou du Filter qui passe à la radio, il pense qu'il est tout seul mais non, il se fait mater par des milliers de métalleux en manque de Cobalt depuis de nombreuses années... Des amplis se dégage un doux fumet venu du Sud, dès l’arrivée des autres guitares… je regarde l’origine du groupe : ouf ! Ce sont bien des américains. J'écoute la musique : ce sont des enfants des années 1990, celui du black metal, mais aussi du hardcore gros bras et du metal inspiré par King Crimson. J'écoute ce long double cd : ils ont beaucoup écouté Tool. Les guitares sont parfois… non très souvent similaires, dans les petites intros de riffs, dans les riffs eux-mêmes, et l'on peut ressentir avec gêne de la repompe tranquille d’Adam Jones si vous écoutez bien… et si vous insistez bien vous subirez également la présence envahissante d'autres Vieux, cf. les groupes à grosses guitares du type GROSSES GUITARES : mettez le groupe ricain que vous voulez, qui commence par M, N, ou K, sorti sur le label R. Le chanteur est lui un mélange de Brian Johnson et de Jacob Bannon, une espèce de chauve-souris loup garou si vous le voulez, encore : je vais beaucoup vous demander ce que vous voulez, ahah ! Pourquoi ? Parce que j’ai du mal à accrocher cet album… Pourquoi ? Parce que la guitare est très mise en avant, ce qui est bien, mais ce qui est mal c’est que ça met aussi en relief des plans archi-revus d’une sorte de tribal metal post hardcore des plaines du Midwest, ou des rivières du Colorado, que les articulations avec la batterie sentent très souvent le copié / collé, bien trop souvent même (cf. les groupes cités plus haut, enfin surtout celui qui commence par T.), et que finalement le chanteur de Lord Mantis n’amène pas la cerise qui pourrait sauver le gâteau : assez speed metal à l’ancienne, haineuse et stridente et glaireuse, mais derrière, c’est moulinade de musique bateau, comme ces rafiots sur le Mississipi, et que c’est long… arrivé à « King Rust » j’ai envie de m’écouter 46&2 tout seul pour me rassurer que je ne rêve pas, et on n’en est qu’au milieu de ce double album interminable qui saura de temps en temps sortir la carte black metal sur le deuxième cd pour me réveiller, pour ensuite retomber dans des considérations post-metal, post-hardcore, enfin pré-intéressantes très rapidement… Il aura donc fallu 7 ans pour réécouter Cobalt, et ma foi, ils nous donnent ici une machine à voyager dans l'espace-temps... d’autres groupes. J’ai donc beaucoup de mal à écouter cet album comme un objet qui tient tout seul sur ses jambes, et j’ai beaucoup de mal à l’écouter tout court en fait, l’originalité s’étant faite fusiller tel un pauvre bison qui ne demandait qu’à courir librement dans les steppes américaines, malgré les bonnes intentions de nous tatouer sur le bide des signes indiens flippants sur l’Amérique profonde et antédiluvienne, l’épique s’étant caché sous le convenu, l’angoisse bien black metal sous des tonnes de cds en plastique invendables. Misère !

note       Publiée le vendredi 13 mai 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Slow Forever" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Slow Forever".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Slow Forever".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Slow Forever".

Bernard Envoyez un message privé àBernard

Les 5 premières écoutes peuvent paraître difficiles à avaler. Pour je ne sais quelles raisons je me suis obstiné à me repasser ce double et soudain tout prend place. L'effet de surprise de 'Eater Of Birds' en moins, un son moins poli que sur 'Gin', l'album se positionne entre ses deux précédents.

Note donnée au disque :