Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaturnalia Temple › Aion of Drakon

Saturnalia Temple › Aion of Drakon

cd • 6 titres • 48:59 min

  • 1God Is Two03:17
  • 2Black Magic Metal10:02
  • 3Aion of Drakon11:01
  • 4Ancient Sorceries10:35
  • 5Sitra Ahra Ruled Solitary Before the Creation06:40
  • 6Fall07:24

enregistrement

Produit et enregistré par Saturnalia Temple, Sitra Ahra Recordings, Stockholm, Suède.

line up

Tommy Eriksson (guitare, voix), Peter (basse), Paul (batterie).

remarques

Sorti en version CD et vinyle.

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
rock
psychédélique
Styles personnels
rituel psyché-doom

Saturnalia Temple c'est d'abord, pour moi, un art gracieux du crescendo, et de l'envoutement. Attendez la nuit, un moment où vous êtes détendu et ouvert à toute influence externe. Ecoutez l'entame de l'album : on ne fait pas attention comme ça, mais cette mélodie répétée, tous ces échos, et cette voix au bout du bout du moment qui, après avoir introduit son propos de groupe de metal magique invoque en fondu son "Aion of Drakon" en vingt minutes, me ficelle à chaque fois comme un agneau sur le bûcher... de la musique douce pour attendrir la viande ! C'est à peu près à ce moment là que je commence à avoir les paupières qui se baissent doucement... ce n'est pas de l'endormissement, c'est autre chose, une espèce de possession tranquille, de toute façon si ce disque était semblable au cube des enfers de Clive Barker, je ne serais plus là pour vous en parler (ou alors juste dans votre tête, ou derrière vous dans le miroir, furtivement...) (à moins que je ne sois déjà mort, et que je ne m'en rende pas compte) (euh...). L’enchaînement avec les deux prochains morceaux est magnifique, on comprend que le disque se suffit à lui-même, doit s'écouter d'une traite, sinon, non, mais si, mais si ces deux riffs tous bêtes, ils me font pencher la tête, ils ne me font pas headbanguer, nuance... comme une envie de donner mon âme contre rien, faut dire que le triangle avec l’œil de serpent rouge qui flotte à la place de l'ampoule de ma lampe de bureau est persuasif... Vous voyez le topo ? Bon, donc, ce disque est pour vous si vous aimez les effets type écho et le doom et si vous aimez les rituels à base de divinités inconnues : le chanteur est occultiste pour de vrai, il écrit là-dessus, il est aussi membre d'un ordre qui a comme objectif officiel de devenir un dieu... Par contre, ceci n'est pas pour vous si vous avez trop peur de vous-même : je vous le dis, on n'est jamais trop prudent, et on est surtout capable de faire tout ce qu'on veut, n'est-ce pas ? Le pire, comme le meilleur... Saturnalia Temple n'a pas choisi le meilleur, désolé ; Saturnalia Temple ne m'a pas l'air non plus d'être un Grand Menteur comme Anton Lavey ou Boyd Rice, Saturnalia Temple est trop radical pour faire des canulars, trop metal... Le rituel finira donc son enchantement sur moi parce que je le veux bien, définitivement à partir des effets de voix sur la paire Sitra Ahra Ruled Solitary Before the Creation / Fall... il ne reste plus qu'à faire autre chose ensuite, mais avec un bout étranger qui palpite sous la peau... Très peu headbanguant, comme une sorte d'Electric Wizard qui aurait un peu plus potassé son Grand Albert, ce disque de musique psychédélique ne donne pas comme indication un besoin de libérer qui que soit de quoi que soit, mais plutôt de vous enchaîner à elle. Pour ma part, ce drame s'est passé il y a déjà quelques années, et j'en suis même arrivé au point de ne pas vouloir écouter autre chose de ce groupe pour rester dans mes petits clous. [Lucifeeeeeer]. Gnark !

note       Publiée le mardi 28 avril 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Aion of Drakon".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Aion of Drakon".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Aion of Drakon".

Rastignac › mardi 28 juin 2016 - 00:05  message privé !
avatar

Vu en concert avec un batteur non yogi, au début du groupe, quand il avait sorti cet album (je sais plus si c'est le batteur, mais je crois qu'il y a eu un décès dans le groupe depuis. T'as peut-être vu le suivant Wotzenknecht). Le guitariste a un jeu assez épique, longs cheveux dans le vent. Et oui, là les gars sont d'un sérieux sur l'occulte, faut que je retrouve des liens sur leur ordre, je crois qu'il y a un autre mec de Therion qui se trouve là dedans (ordre dragon rouge ? un truc comme ça), ou je mélange tout, enfin, c'est pas grave, c'est tellement perché, ça se suffit sans réviser les rituels machin djinn sphinx pyramide truc.

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 27 juin 2016 - 22:16  message privé !
avatar

Ah oui, le genre de truc qui peut te flinguer l'envie d'y aller-voir, y'a moyen... CEPENDANT, ça vaut le coup d'écouter cet Aion of Drakon, le To the Other qui suit, donc et... Le split avec Nightbringer, Nihil Nocturne (... je sais, ces noms... - le disque s'appelle on the Powers of the Sphinx, aussi) et Aluk Todolo aussi, au moins, bonne grosse écuelle de bouillie de spores noirs quatre-saisons, aussi. (Pas encore écouté le premier, UR, mais nul doute que ça viendra bientôt). Pour se rendre (à priori mieux) compte, quoi.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › lundi 27 juin 2016 - 22:10  message privé !
avatar

Ah là là, triste souvenir d'un concert bâclé à cause d'un batteur de remplacement qui en faisait des tonnes pour bien nous montrer qu'il était occulte à fond (il s'est mis en lotus sur scène bien avant que le concert ne commence ; on avait l'air fin, accoudé au comptoir avec une bière en le matant du coin de l'oeil pour voir s'il allair bouger...). Je ne sais plus de quel groupe il venait, mais il m'a vraiment pourri l'image du groupe, qui pourtant me semble bénéficier d'une excellente réputation.

Dioneo › lundi 27 juin 2016 - 18:41  message privé !
avatar

Belle découverte du moment, ce groupe (merci Rasti sur ce coup - et quelques autres de l'une ou l'autre même fonte), qui tombe incidemment en période d'achalandages brefs et ponctuels (merci la Guille... hum). Sûr que la mule est comme on disait CHARGÉE, et que les mecs semblent pas trop plaisanter sur le chapitre de l'ÖkülT ! À fond dans leur plan, en tout cas, ultra doom-psyché, un son bien mélasse-goudron, des parties de guitare-wha façon hippies-du-pandémonium, un usage pas subtil mais foutrement efficace et bien placé des effets... Space rock d'en bas la tête dans le même sens, carrément, ce truc. (Et To the Other, écouté qu'une fois pour le moment, a l'air bien, bien cool, aussi, oui).

Note donnée au disque :       
Reverend Wizard › mardi 28 avril 2015 - 21:18  message privé !

découvert récemment je me suis pris la torgnole doom de ces dernières années, les deux album butent faut pas se priver Rastignac !