Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaturnalia Temple › To the Other

Saturnalia Temple › To the Other

cd • 9 titres • 54:01 min

  • 1Intro01:19
  • 2ZazelSorath06:06
  • 3To the Other08:49
  • 4The Snow of Reason07:59
  • 5March of Gha'agsheblah05:21
  • 6Black Sea of Power07:31
  • 7Crowned with Seven05:29
  • 8The White Shadow 06:12
  • 9Void05:15

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé au studio Sitra Ahra, Roslagen, été / automne 2014. Mixé et masterisé par Joona Hassinen et Saturnalia Temple à l'Underworld, Norrköping.

line up

Tommy Eriksson ([Tommie] guitare, voix, batterie), Peter (basse), Tim (batterie)

remarques

Sorti en cd, vinyle (Listenable Records, Ajna Offensive). Disponible également en format numérique sur bandcamp.

chronique

On m'a demandé un jour si Saturnalia Temple jouait de la musique psychédélique... ma première réaction, interne, fut de me dire "oui, c'est répétitif, c'est planant, ça mime certaines tournures de l'esprit intoxiqué qui parlent à ceux qui en ont goûté, il y a des gimmicks empruntés au LSD rock des années 60, ..." ; ma deuxième réaction me happa, me fit retourner l'oeil gauche à droite, l'oeil droite en haut, ma langue se mit à rebrousse poil, j'eus comme une pseudo hernie générale et je me repliai, et le monde fut repeint de mes viscères. Car j'allais analyser une Grande Voix, repeindre le monde c'est la manière d'écrire des chroniques par là-bas, enfin par à côté, enfin, derrière le mur, sous le lit : on explose ou on implose, on se déplie ou on se démultiplie selon le nombre de bouboules posées en bas du texte. Vu qu'ici, je vais en mettre un paquet, j'ai donc exprimé franchement ce que je suis en train de vous écrire. Mes collègues furent d'accord avec mon propos - et donc il se transformèrent en champignons. Ils devinrent en même temps des fougères et nous sommes devenus de l'air quand j'ai commencé mon développement : "oui, ce disque est un peu différent du premier. Il y a eu comme des changements, un deuil, des maturations. On écoute quand même des gens qui sont dans le métal extrême et l'occultisme depuis des années, en Suède ! On bourgeonne, ça pourrit, ça nourrit. Ce n'est pas de l'anthroposophie, non, c'est euh... en rapport avec des dragons, oui. Oui, là comme Gilbert le Dragon tu vois ? Celui qui vit en face de l'abattoir. Bref, ils sont encore plus graves sur "To the Other" (spéciale dédicace) : graves dans la voix hurlé railleuse, graves dans le propos, ils balancent toujours autant d'incantations mais ils les veulent plus accessibles aux humains, reproduisant vieilles rengaines de rock ou de blues, des mises en perspectives de demi-tons pas piqué des (gloups !)... euh, des, enfin de belles mélodies, qui restent dans la tête, voyez, j'étais en train de raser des mondes l'autre jour, enfin je tondais la pelouse, et j'avais l'équivalent numérique dans les oreilles, et ça m'a comme gonflé de peps ! Cette musique est énergisante, ça oui, et en même temps tellement... profonde, quand on l'écoute en disque au coin du feu, et ce n'est pas parce qu'il y a un gros trou sur la pochette que je dis ça... enfin, on a tous le même dans nos chiottes et ailleurs, rien de neuf, c'est juste... ils nous peignent le monde tellement bien ! J'aime les films, j'aime la musique à relents doom, j'aime la répétition, j'aime les drogues psychédéliques, je ne pouvais donc pas refuser ce bon trip plein d'images, plein de fumée, plein de visions. C'est ça, quand on a goûté à des fractales en économiseur d'écran ou à de la musique sombre et insistante, on ne peut pas revenir au monde d'avant... vous vous souvenez d'avant ? Quand on avait des problèmes, quand on se prenait la tête, on insistait à faire l'impossible, on s'obstinait à comprendre ce qui est hors de portée. C'est fini ça ! Là, on pose la galette, on regarde... enfin, on écoute, mais... vous verrez.". Là, ils vomirent des abominations (de joie), tapèrent dans leur tentacules (de dégoût) et nous avons recréé temps et espace, c'était un dimanche (enfin, le "XXe siècle") (tout ça, c'est relatif). Et me voilà ce soir : Saturnalia Temple a sorti son meilleur album, et ça commence à dater, mais quitte à se complaire dans l'extase autant le faire avec peu d'éléments oui, mais de confiance ! Hanté, expectorant, poussant à l'enthousiasme : merci Saturnalia Temple, Merci Tommie, et merci "à l'Autre" bien sûr. (5,999/6,000)

note       Publiée le mercredi 17 octobre 2018

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "To the Other".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "To the Other".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "To the Other".

born to gulo › jeudi 18 octobre 2018 - 10:19  message privé !

"Blues" et "dragon" sont très précisément les 2 mots qui me viennent lorsque je repense à ce disque.

Note donnée au disque :