Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDanielle Dax › Dark adapted eye

Danielle Dax › Dark adapted eye

cd • 18 titres

  • 1Cat-house
  • 2Big hollow man
  • 3White knuckle ride
  • 4When I was young
  • 5Yummer yummer man
  • 6Fizzing human bomb
  • 7Whistling for his love
  • 8Flashback
  • 9Inky bloaters
  • 10Brimstone in a barren land
  • 11Bad miss 'M'
  • 12Touch pigg'y eyes
  • 13House-cat
  • 14Bed caves
  • 15Sleep has no property
  • 16Hammerheads
  • 17Pariah
  • 18Where the flies are

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Daniel Dax (chant, guitare, clavier, basse, flûte, sitar, percussions, kalimba, drones), David Knight (guitare, percussions, claviers, drones), Peter Farrugia (basse, guitares)

remarques

chronique

Tiens, il fait beau aujourd'hui, c'est le moment de parler de Danielle Dax, allumée notoire de l'époque glorieuse de l'excentricité britannique des 80's. Ayant débuté au sein des éphémères mais notables Lemon Kittens, elle les quitta vite pour voler de ses propres ailes. Après trois albums et une apparition dans un rôle de femme-louve dans 'La compagnie des Loups' de Neil Jordan, la belle sort en 1989 une compilation groupant des extraits de ses disques et singles précédents, une merveilleuse manière de pénétrer son univers félin et atypique. Débutons par la voix. Bien particulière, elle alterne entre tonalités normales, graves parfois et des poussées du genre Betty Boop des ténèbres sur les refrains, un mélange caractéristique de l'identité de la chanteuse. Musicalement, ça claque, Danielle affectionne les rythmiques basiques héritées du rock'n'roll qui donnent envie de se secouer les articulations mais n'hésite pas pour autant à se frotter à des roulements plus exotiques ('Fizzing human bomb', 'Bed caves', 'Hammerheads'), des trucs plus new wave (Pariah') et se risquer à une pop mutine et sulfureuse dans la veine de Strawberry Switchblade ('When I was young', 'Whistling for his love') ou un peu d'expérimentation ('Sleep has no property'). Cohérente mais insaisissable, multi-instrumentiste, Danielle brouille les codes; Brigitte Bardot des enfers, vamp déguenillée, bombe explosive avec une tignasse crêpée à en rendre jaloux Robert Smith, le visage encore plus grimé que Siouxsie, elle aime à incarner l'obscurité absolue pour ensuite se rouler dans la boue avec un bouquet de fleurs séchées, sourire comme le Petit Chaperon Rouge; elle peut se présenter presque nue sur scène sans jamais être vulgaire. Puisant dans le goth, la pop, la country, le glam, la world music, elle assemble son mobilier hétéroclite pour en faire un intérieur cosy et inquiétant à la fois; usant d'électricité comme d'acoustique (violon, banjo, guitare sèche, harmonica) selon les besoins, elle parade telle une naïade sexy et mystérieuse. Certes, la musique ne rend pas pleinement justice au goût de l'extrême, à la soif de repousser les limites du spectacle caractérisant Danielle Dax mais cette excellente compilation permet néanmoins de peindre un portrait assez complet de ses capacités. Difficile de résister à des tubes comme 'Cat-house', 'Yummer yummer man', 'When I was young', 'Touch piggy's eyes' ou le génial 'Pariah'...L'Anglaise s'inscrit dans ce panthéon d'artistes féminines originales typique de la créativité des 80's telles que Nina Hagen, Lene Lovich, Mona Mur, Siouxsie Sioux ou sa compatriote Rose McDowall. Et on cherche à nous faire croire que Rihanna est excentrique ? Laissez-moi rire.

note       Publiée le lundi 7 avril 2014

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dark adapted eye".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dark adapted eye".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dark adapted eye".

Dane › samedi 19 août 2017 - 22:18  message privé !

"Elle assemble son mobilier hétéroclite pour en faire un intérieur cosy et inquiétant à la fois", c'est parce qu'elle est devenue décoratrice d'intérieur cette phrase ?
Sinon, je ne connaissais que de nom, je jette une oreille là.

allobroge › mardi 8 avril 2014 - 08:34  message privé !

Quel heureuse surprise que cette chronique qui me remémore un vieux mais beau vynil usé à force d'écoute

Note donnée au disque :       
zugal21 › lundi 7 avril 2014 - 21:12  message privé !

The Beautiful South a une chanson qui s'appelle "Danielle Dax (the enemy within)", si je ne m'abuse

taliesin › lundi 7 avril 2014 - 21:02  message privé !

Raaah Twilight merci pour cette chronique-cadeau vernale ! J'adore cette chère Danielle Dax, qui m'évoque toujours bien évidemment notre - chère aussi - Rose McDowell ! Danielle Dax, que j'ai découvert il y a déjà bien longtemps par la filiale Current 93... Je n'ai pas grand-chose d'elle, hormis cette compile et le très bon album 'Blast the human flower'. En revanche quand elle se lance dans l'expérimental comme avec le ep 'Timber tongue', ça me parle tout de suite moins ^_^

Note donnée au disque :       
Sheer-khan › lundi 7 avril 2014 - 17:38  message privé !
avatar

Elle est de la famille de Micheline? (j'ai honte... mais j'ai pas pu la retenir...)