Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThymolphthalein › Ni maître, Ni marteau

Thymolphthalein › Ni maître, Ni marteau

  • 2011 • Mego 1 LP 33 tours

cd • 13 titres • 38:24 min

  • 1Meta-Tingue
  • 2Soaked George
  • 3Off The Wall
  • 4Mosquito Squash
  • 5L.B.O.K
  • 6Streetcar Slugfuck
  • 7Ayala
  • 8Jean Psycho
  • 9Quince
  • 10Lips
  • 11Pierre Willy
  • 12Greatest Hits
  • 13Pim

line up

Will Guthrie (percussion & electronics), Natasha Anderson (contrabass recorder & electronics), Will Guthrie (percussion & electronics), Jérôme Noetinger (tape machine & electronics), Clayton Thomas (double bass & preparations), Anthony Pateras (prepared piano & analogue synthesizer)

remarques

chronique

La thymolphtaléine est un colorant qui réagit en fonction du pH, à la manière des slictes de Joe Sagar, dont le revêtement épidermique change selon les émotions : rose pour le désir, mauve pour la colère, jaune pour la peur. Sans marteau ni maître, difficile d’avoir à choisir, au sens où c’est parce qu’on est parlé que nous même nous parlons ; le line-up ici est clairement celui d’une génération qui a grandi avec ses Maitres, Boulez pour les yeux, et tous les autres, Amm, John Cage, Toshimaru Nakamura, Keith Rowe, Yoshihide, Anthony Braxton, Günter Müller, le jazz et free jazz, le tour complet de l’avant-garde et de l’expérimental étoilée. A ce titre, Thymophthalein manque de personnalité, au sens de l’identité, s’il pioche à tour de bras dans la grammaire de l’improvisation depuis 40 ans, et même si c’est inévitable – pour la même raison ; on est pourtant dans d’autres sphères que les zorneries habituelles. Loin des zappings qu’on aurait pu redouter vu le parcours des bonhommes (Pateras et ses concours de timbres et de grindcore, Guthrie et son jazzcore et son free-banjo-band artisan boulanger de l’Asso Cable, Clayton Thomas qu’on n’arrête plus de voir dans les meilleures formations, Noetinger le collaborateur émérite et ingénieur ès Metamkine, et Natasha Anderson, compère de Pateras chez Tzadik, maitresse électronique et incongruité artistique), les enchainements de "styles", ou plutôt leur cohabitation amicale, la formation s’arrange pour éviter l’écueil du gros bordel, chacun trouvant sa place, l’art de fermer sa gueule et laisser les autres jouer, que ce soit dans le silence ou dans le bruit, exploitant les ressources qui vont : timbres, textures, harmoniques, rythmes, ondes, vibrations, rarement de notes, mais bienvenues. Cultivant l’écart entre une contradiction et un paradoxe, d’une caresse à la claque, Ni marteau ni maitre trouve sa place au creux d’un tourbillon d’idée, là-bas et ici, des différentes offrandes de la musique improvisée, sans paysage, sans architecture, mais beau comme la force de Coulomb.

note       Publiée le lundi 4 avril 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ni maître, Ni marteau".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ni maître, Ni marteau".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ni maître, Ni marteau".

GinSoakedBoy › mercredi 11 février 2015 - 23:02  message privé !

Ah ouais...ça n'a strictement rien d'ambient pour moi (à écouter plus fort pour de meilleurs résultats, bien sûr). Un peu dommage pour toi, mais heureusement aussi, car après tout c'est ptet bien dans ce qu'une œuvre a de plus terriblement chiant pour quelqu'un qu'elle peut se révéler passionnante ou stimulante pour un autre, et ce disque doit bien l'illustrer. Ainsi en est-il de son manque d’identité claire, qu'évoque très justement Saïmone, ou de la constante incertitude qui y règne. Un peu comme un cul très indécis, posé entre beaucoup plus de deux chaises, et frétillant sans direction dans l’éther - ce qui n'est pas nécessairement séduisant je l'admets... Bref, entièrement happé pour ma part, mais je ne l'ai pas ressorti depuis et entre-temps il en passa beaucoup d'autres... Merci de m'y rappeler donc :)

Note donnée au disque :       
DesignToKill › lundi 9 février 2015 - 19:01  message privé !

J'aurais préféré voir les tags : #musique électronique, #ambient ... j'ai trouvé ça chiant comme la pluie...Ecrit le lundi 4 avril 2011, c'est bête, à 3 jours prêt j'aurai eu une raison valable :3

Note donnée au disque :       
necromoonutopia666 › mercredi 6 avril 2011 - 21:22  message privé !

"le marteau sans maître" étant lui même un receuil de poêmes de René Char. C'était la minute confiture.

Moonloop › lundi 4 avril 2011 - 14:59  message privé !

.