Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDead Hollywood Stars › Junctions

Dead Hollywood Stars › Junctions

cd | 16 titres | 00:00 min

  • 1 Last Train To Aldebaran [5:34]
  • 2 The Pure Voice [3:03]
  • 3 Back From Exile [3:43]
  • 4 Through The Cane Fields [2:23]
  • 5 Suburban Mystery [3:20]
  • 6 In The Abbey Of The Psalms [4:11]
  • 7 Akiko's Diary [1:29]
  • 8 A Cold Spot [3:13]
  • 9 Triangulating The Daemon [6:27]
  • 10 Stardust [3:35]
  • 11 Gunslinger [3:26]
  • 12 Down To Zero [3:19]
  • 13 Singapore Sling [3:11]
  • 14 The Crying Indian [4:09]
  • 15 Noctuary [5:28]
  • 16 Western Glamor [1:06]

line up

Cedrik Fermont, Gabriel Séverin, Hervé Thomas, John N. Sellekaers, Marc Mœdea

remarques

Contient une piste vidéo. Existe aussi en version double CD avec le premier album 'Gone West'.

chronique

Styles
ambient
electro
folk
musique de film
Styles personnels
electro-americana

Avec son premier album Dead Hollywood Stars se découvrait à nous, avec Junctions il se découvre à lui-même. Cette fois tout coule de source entre cette americana rêveuse, subtilement psychédélique et l'électronica plus européenne venue complimenter et structurer un son transformé en une aventure totale. Depuis les pads luxuriants du premier titre, mêlant d'emblée basses roucoulantes, breakbeat affirmé et guitares slides – Oh, 'The Pure Voice' ! - jusqu'au dernier (harmonica et bruits de ferme se transformant en breakbeat déglingué) c'est avec une assurance certaine que l'on traverse le far-west autrefois arpenté par Earth sur son Hex; Or Printing In The Infernal Method mais ici couplé avec Xingu Hill ayant passé quarante jours dans le désert. Les timbres se lâchent, avec outre les guitares et pianos l'apparition de la trompette, des violons tendus sur une seule note ou quelques glissandi faisant office de ponctuation lors de cette brûlante traversée ; parfois c'est un sursaut soudain – un glitch, une note qui hoquette – qui ramène l'électronique au premier plan quand, une seconde après, un sample venu d'on ne sait où nous ramène à un monde de sensations, de mémoires inconnues, de fantasmes. Et quand même le jazz fait son entrée - 'Suburban Mystery' – c'est sur trois notes, une respiration, un aboiement de chien... Toute la magie de la cinématographie, du praxinoscope même, tient devant nous, dans un enivrant cocktail de sources et d'effets, de musique acousmatique langoureuse qui à un évènement acoustique renvoie un effet méconnaissable ; le rêve psychédélique se tient pourtant tout seul, sans narration, sans image – l'image c'est nous, dans ce décor quasi mystifié où seul le titre fait office de script ('Triangulating the Daemon', terrible) et où l'atmosphère est tendue sur le bout d'un bottleneck, sur le fil d'une corde belle comme du Woven Hand ou d'un angle impromptu taillé sur mesure par un deus ex machina méticuleux. Cotonneux et trippant jusqu'au bout des samples, et hautement recommandé dans sa version double CD incluant le premier album au complet.

note       Publiée le jeudi 14 mars 2013

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'Junctions' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Junctions"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Junctions".

ajoutez une note sur : "Junctions"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Junctions".

ajoutez un commentaire sur : "Junctions"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Junctions".